>
HautBas

Little Sunshine ☆

Sunshine ☆

Tes Personnages
Ses Personnages :
Ses Personnages Perso 1Perso 1Perso 2Perso 2Perso 3Perso 3Perso 4Perso 4Perso 5Perso 5Perso 6Perso 6Perso 7Perso 7Perso 8Perso 8Perso 9Perso 9Pico. PersoPico. Perso
Prénom & âgePrénom & âgeLisa (21) ☮Joy (20) ♫Nerathël (19) ♔Calypso (30) ⚛Raya (245) ⚔Carolyn (16) ☆
Nano. MondeNano. MondeChimèresX-MenZombielandAlpha PerduAv. du PasséBruxia
AvatarAvatarlisajoynerathelcalypsoRayacarolyn
Maître Nanite
Sunshine ☆
Messages : 5090
Crédit avatar : Picolo - kun on D.A. ☆
OnlineEn ligne
Little Sunshine ☆Mar 23 Avr 2013, 17:41
Réputation du message : 100% (8 votes)
Rappel du premier message :

Presente toi banane flambee


Prénom : Caroline
Age : Née en 1998, j'avais 14 lors de mon inscription ! wtf
Activités : (ce que tu fais dans la vie : travail, étude, autre) Doctorante en informatique et imagerie médicale !
Centres d'intérêts : (ce que tu fais de tes loisirs : RP, manger des cookies, dire merci à Nano., etc.) Faire plein de rps avec les nanites, vénerer Nano., tenter de convaincre Sip de porter du rose, flooder pendant des heures avec Clowney, refaire ma culture cinématographique afin d'éviter à Choob un arrêt cardiaque et préparer des cookies en suivant scrupuleusement la recette d'Alyaa.
Où j'ai trouvé le forum : (partenaire, top site, bouche à oreille...) J'ai suivi les miettes ... Cookie plein
Un petit mot pour Nano. ? : Merci pour tout.  Coeur
Activité à Prévoir : (combien de jours par semaine penses-tu être là ?) Je souhaite passer au minimum une fois par semaine en période chargée, peut-être plus si possible !
Bonus : J'ai beau être une vioc, j'ai encore toutes mes dents !  *555


Lisa


Chimeres

○ Prénom et Nom : Lisa Kumoyama
○ Age : 21 ans
○ Race : Zootrope
○ Forme animale : Milan noir
○ Métier : Petits boulots (Serveuse) / Proche de la résistance / Passé : Actrice (Spectacle d'oiseaux)

○ Crédit image : IU




L'oiseau en cage rêvera des nuages.

- Grand ou petit ? Ou entre les deux ? Oh, et bien, je crois que je suis plutôt dans la moyenne. Enfin, ça dépend si on compte l'envergure des ailes ! Ahah pardon ~ Disons que je dois faire environ 1m70. Je suppose.

- T’as des signes particuliers ? Et bien, je suis d'origine asiatique, mais vu la mixité des grandes villes, on ne me remarque pas tant que ça dans les rues ~ Et puis, sinon, je n'ai rien de particulier vous savez, vraiment.

- Décris-nous un peu ton style vestimentaire : J'aime beaucoup m'habiller avec de vieux vêtements d'occasion, des choses simples. Je privilégie les vêtements amples et faciles à mettre, histoire de gérer un peu le rhabillage après les vols ! Comme je récupère du tissu à bas prix, c'est moi qui me confectionne parfois mes propres vêtements ! J'essaye la plupart du temps de bien me couvrir : c'est qu'il fait froid hors de chez soi ~

- Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ? Oh, j'ai beaucoup de choses dans mon sac, de l'argent, mes papiers, des bricoles ...


avatarLisa

Interview de Lisa

- Tu pries tous les soirs ? Oh ... Je suppose que je peux vous le dire à vous. Je ne pratique pas la religion. Enfin, je, je ne prie pas. Ah, oui, pardon, je m'exprime parfois un peu bizarrement, c'est que votre langue n'est pas si facile que ça à apprendre ! Enfin, je veux juste dire que non, je ne prie pas, je n'ai jamais appris à le faire et puis ... je n'en vois pas vraiment l'intérêt ... Enfin, je dis ça, c'est juste ce que je pense personnellement, juste moi ! Bien sûr, ceux qui veulent peuvent prier, je ne critique pas ~

- T’aimes les animaux ? Ahah, oui évidemment ! Particulièrement les koalas depuis ... quelques temps ~ *rougit* Euh, enfin, oui j'aime les animaux, pardon. Mais je n'en ai pas en "domestiques", vous voyez ? Je préfère quand ils sont libres ...

- Ton pire souvenir, c’est… ? Hum ... Peut-être ... Quand j'ai dû fuir de chez moi ... Mais ça n'a plus d'importance maintenant, on ne va pas s'éterniser là dessus !

- A quoi ressemble ton chez toi ? Oh, c'est un appartement très modeste, comme il en existe des centaines ! Plus de déta.. ? Oh mais je vais vous embêter. ... Bon. Alors, quand on rentre, on arrive dans un petit couloir. Il y a une petite salle de bain à droite, et en faisant quelques pas encore en avant on arrive dans le salon. Enfin, "salon", ahah ... Il y a juste un vieux canapé sous mon unique fenêtre qui donne sur la rue. À gauche il y a ma chambre avec mon lit et une vieille commode que je viens de récupérer, et en face c'est la petite cuisine ! Pour une personne c'est très confortable, et à deux ça aussi alors je ne peux pas me plaindre ~ Pardon ? J'ai dit deux ? Oh, hum, et bien ...

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? Et bien, je me trouve des petits boulots en attendant d'être stable, je fais des petites courses avec ce que j'ai, et ... Oui ? Ah, oui, je comprends, ça ne fait pas très "résistante" ... En réalité, j'ai bon espoir de m'intégrer dans la société, je me contrôle très bien et je ne vois pas pourquoi ça n'irait pas ! Oui oui, je fais attention, mais je n'ai rien à me reprocher vous savez ~ Quand je dis résistante, c'est parce que j'aide quand je le peux mes congénères, mais je n'ai pas vraiment rejoint de réseaux ...

- Ok, si tu pouvais devenir Tsar demain, qu’est-ce que tu ferais ? Je ... Et bien, comme toute personne de ma condition, je tenterais de faire vivre les personnes normales et les personnes comme nous en harmonie ... Mais bon, j'ai peu de chance de devenir Tsar, vous ne pensez pas ? *rire*

Histoire

Résumé ~

• Née au Japon d'un père japonais et d'une mère française, elle y grandit heureuse, travaillant dur à l'école, s'affirmant dans la vie avec sa meilleure amie Konoka et aidant ses parents du mieux qu'elle le pouvait.
• Elle effectua sa première transformation à l'âge de 7 ans, dans un état second. Elle tomba du ciel jusque dans la rivière Fujikawa. Sa mère tenta alors d'exorciser le démon qui se trouvait en elle. Sans succès.
• Apprenant qu'on allait se débarrasser d'elle, elle s'enfuit une fois pour toute de chez elle. Son instinct d'oiseau migrateur l'emmena jusqu'en France où elle finit pour chuter de fatigue.
• Recueillie par le fils d'un fauconnier, elle finit par redevenir humaine devant lui. S'attendant à être dénoncée, il lui promit au contraire de veiller sur elle.
• Devenue pour tous le nouvel oiseau du spectacle paternel, la jeune fille ne reprenait sa forme humaine que lorsqu'elle était seule avec Mattéo. Ils apprirent ensemble des figures aériennes et impressionnèrent toute la troupe.
• Profitant de sa cachette, Lisa se renseigna sur sa condition de zootrope, et les dangers qui la guettaient. La propagande anti-zootrope et les rumeurs de prémices de révolution en Russie achevèrent de la convaincre que sa place n'était pas encore ici.
• Le jour de ses 18 ans, elle fit ses adieux à son cher Mattéo. Ils avaient convenus entre eux de simuler la mort de l'oiseau, afin de ne pas éveiller les soupçons. Ils s'étreignirent une dernière fois, conscient de leur longue, voire définitive, séparation. Elle gagna la Russie.


Histoire ~


21 Décembre 1874 - 22h34

   Des cris résonnèrent dans toute la pièce, presque noire, éclairée uniquement à l'aide d'une bougie dont la flamme vacillait. Une femme était allongée sur un lit pendant qu'une autre se tenait près d'elle, s'activant du mieux qu'elle pouvait. Un homme se tenait en retrait. Les cris se firent plus forts encore. Il s'approcha alors et lui prit la main. Quelques longues minutes plus tard, les cris cessèrent enfin. La jeune femme reprit doucement sa respiration.
« Madame, monsieur ... C'est une fille. »

3 Avril 1879 - 7h45

   « Lisa ! Viens prendre ton sac, dépêche toi ! » La petite fille accourut. Elle se précipita vers sa maman, fière de lui montrer ses nouveaux vêtements. Elle avait une jupe brune et un chemisier blanc, fermé avec des boutons cuivrés. Sa mère lui passa un petit sac de toile aux épaules et lui déposa un baiser sur le front. La petite fille allait étudier avec quelques autres privilégiés. « Tu crois que je vais me faire des amis là bas ? » questionna timidement la petite fille. « Sois gentille avec les autres et tout se passera bien. Et sois polie avec ce monsieur, tu as beaucoup de chance de pouvoir apprendre. » Lisa acquiesça et partit rejoindre son père. C'était lui qui allait l'emmener de l'autre côté de la ville, pour la première fois. La petite n'en pouvait plus, elle était si impatiente !

   Le trajet fut fort heureusement rapide. Ils étaient passés par un quartier que la petite aimait beaucoup, grouillant de vie, avec ses maisons bancales et noircies par la fumée. Son père la laissa à l'entrée et Lisa se retrouva bientôt seule en compagnie de quelques uns de ses camarades. Elle était intimidée mais parvenait à rendre leur sourires aux autres. Une fille aux longs cheveux noirs vint lui parler. « Ohayo, moi c'est Konoka ! T'es qui toi ? » fit-elle avec un sourire effronté. Lisa s'inclina tout en lui répondant. « Ohayo gozaimasu, je m'appelle Lisa. Yoroshiku onegaishimasu ! » « Soyons amies Lisa-chan, d'accord ? » « Ha... Hai ! »

   Les enfants furent bientôt appelés par leur enseignant puis furent conduits dans le bâtiment. Ils étaient une quinzaine en tout, âgés de 4 à 6 ans. Ils s'assirent tous en cercle, au milieu d'une pièce d'apparence délabrée, mais qui convenait très bien pour accueillir un grand nombre de personnes.
« Bonjour les enfants, bienvenue, je suis Fujisaki-sensei. Pour commencer ... »
Konoka s'était assise à côté de Lisa, mais les deux petites filles écoutaient sagement. Mr Fujisaki demandait à ce que tout le monde se présente chacun son tour. Il demanda un volontaire et Konoka se leva immédiatement. « Konnichiwa minna-san, je suis Matsukuni Konoka ! J'espère pouvoir tous vous connaître mieux ! En ce qui me concerne, vous pouvez compter sur moi pour organiser les jeux ! » Puis elle se rassit dignement. Plusieurs enfants avaient un regard admiratif.
   Impressionnée, Lisa prit son courage à deux mains et se leva à son tour.
« Bonjour tout le monde, je ... je m'appelle Kumoyama Lisa et, euh ... » « Pourquoi t'as un prénom bizarre ? » l'interrompit un jeune garçon. Elle sourit timidement. « Parce que ma maman est française. C'est elle qui a choisit. » Aussitôt, ses camarades se mirent à chuchoter entre eux. C'est que la France était un pays lointain et un peu mystérieux. Lisa se tourna vers Konoka qui l'encouragea à continuer. « Et ... En tout cas, je suis très contente d'être dans cette classe, et j'espère être amie avec chacun d'entre vous ~ » Elle se rassit vivement, les joues en feu.

29 Septembre 1879 - 14h30

   Les enfants jouaient dans la rue. Ils avaient un peu de temps avant de retourner travailler et ils en profitaient. Deux garçons avaient trouvé un chat et quelques autres les regardaient, dont la petite fille.
« Hideki-kun est amoureux de Lisa-chan ! » « Non c'est pas vrai ! » « Si c'est vrai ! » « Yamete ! » « Lisa-chaaaan ! »
La petite fille releva la tête en entendant son nom. Elle laissa passer quelqu'un devant elle pour voir le chat, s'excusa auprès de ses camarades et alla voir sa meilleure amie. « Qu'est-ce qu'il y a Konoka-chan ? » « Viens vite, il faut pas qu'il nous voit ! » Elle entraîna Lisa vers une impasse, déserte. « Hideki il est amoureux de toi ! » La petite fille en resta interdite. « Eeee ? Nani ?! Doshite ? Mais euh ... » « Chut hein, on fait comme si je te l'avais pas dit ! » Konoka lui fit un clin d’œil et gambada vers le bâtiment.

15 Septembre 1881 - 17h10

   « Tadaima ~ » « Okaeri Lisa-chan ! » Sa mère apparut dans l'encadrement de la porte de la cuisine.
« Tu as bien travaillé ma puce ? »
« Oh oui, j'ai ... »
« Ah, le riz déborde ! Pose tes affaires et viens m'aider. »
« Haaai ! »
« Oh fais un effort Lisa, parle moi en français, tu sais bien qu'il faut que tu travailles tes langues ... »
« Oui maman ! »


2 Décembre 1881 - 15h02

   Un homme était en train de rendre des bouts de papier pendant que ses élèves chuchotaient entre eux. « Dis Lisa-chan, tu penses avoir réussi ? » « Je ... Je ne sais pas trop ... » fit-elle, peu confiante.
« Kumoyama-san, parfait ! Continue comme ça. Tsukiyomi-san, il va falloir faire plus d'efforts. Hoshina-san ... »
Konoka se pencha vers Lisa. « Bah voilà, franchement, quelle surprise ! T'es la meilleure depuis qu'on est petites. Au fait, j'ai pas compris le truc sur la religion, tu pourrais m'expliquer ? » Lisa fit un grand sourire. « Évidemment ! » « Super, on va chez moi après alors ! » « D'accord, par où ? » « Mm ... On tente le dirigeable ? » « Arrête, on va se faire prendre ... » « Bah, au pire, il peut rien nous arriver ! »

19 Avril 1882 - 17h35

   « Je monte ! » Lisa entra dans sa chambre et s'affala sur son futon, exténuée. Elle faisait de son mieux, mais en était très fatiguée par moment. Elle ferma doucement les yeux, s'accordant quelques instants de répit. Elle fit alors un drôle de rêve. Elle se relevait et ses bras commençaient à se couvrir de plumes. De véritables ailes apparaissaient, ainsi qu'une queue au bas de son dos. Elle s'approchait alors de la fenêtre, éprouvant l'irrésistible besoin de se lancer. Elle prenait de l'élan et sautait. Une fois en chute libre, elle se transformait alors en un véritable oiseau et ses ailes noires la portaient au-dessus des nuages ...

19 Avril 1882 - 20h12

   « Oui ... Oui ... Des passants ... Dans ? Pardon ?! La riv... Fujikawa ?! Bien sûr, nous arrivons tout de suite. » Mr Kumoyama raccrocha le combiné, puis passa sa main sur son front. Enfin une trace de sa fille.

19 Avril 1882 - 20h45

   La petite Lisa était assise, les cheveux trempés, enroulée dans une grosse couverture. Sa mère se précipita vers elle tandis que son père alla parler aux sauveteurs.
« Maman ... »
« Viens Lisa, nous rentrons à la maison. »
« Maman, qu'est-ce qu'il s'est passé ? J'étais dans mon lit et puis d'un coup je me suis mise à tomber de très haut, de tout là-haut dans le ciel. »

Elle pointa la direction de son doigt, mais sa mère lui baissa immédiatement la main.
« Il ne s'est rien passé d'accord ? Rien du tout. »
« Mais ... »
« Avance. »  


20 Avril 1882 - 22h58

  « Qu'est-ce qu'on peut faire ? » « Il faut la guérir, bien sûr, on ne peut pas la laisser avec un démon en elle. » « Mais C'EST un démon ! » « Ma chérie, calme toi, il y a forcément un moyen ... » « Ma belle petite fille, une de ces choses ... » « Écoute, je suis sûr que ce qu'on nous dit n'est pas vrai, le ... » « Mais les prêtres ! » « Écoute, je pense que c'est un mauvais esprit qui s'est emparé d'elle, et ... » « Toi et tes esprits ! De quoi veux-tu parler, tu ne m'as jamais accompagnée à la messe ! » « Mais je crois que notre fille n'est pas le démon qu'ils veulent te faire croire ! En revanche, il faut lui retirer la chose qui s'est emparée d'elle ... » « Tu penses vraiment que nous pouvons la récupérer ? » « Mais oui, mais oui, il faut juste garder le secret ... »
 La jeune fille recula sur la pointe des pieds et monta dans sa chambre.

25 Avril 1882 - 17h35

  Lisa était assise par terre, dans sa chambre. Elle réfléchissait à tout ce qui s'était passé, à tout ce qu'elle avait entendu. Elle ne se sentait pas démoniaque, rien n'avait changé en elle. Pourtant, elle s'était envolée. Mais ses parents n'avaient aucune raison de s'inquiéter ! Ce qui s'était passé ce soir là, c'était certainement un cadeau des Esprits de papa, ou du Dieu de maman. On lui avait permis de faire un merveilleux voyage, voilà tout. Et maintenant, tout rentrerait dans l'ordre.
  Elle regarda ses bras. Comme elle aurait aimé pouvoir voler à nouveau ... Était-ce mal de désirer quelque chose aussi fort sans en avoir le droit ? Elle s'imagina traverser les nuages, en sentant le vent ébouriffer ses plumes, quitter la vapeur et la noirceur du monde pour voguer dans le bleu du ciel ...
  Elle se releva en un sursaut. Ses bras ! Son dos ! Que ... Les plumes étaient revenues ! Une vague de bonheur déferla sur la petite fille. Ainsi donc, elle pouvait vraiment s'envoler ! Oh, quel merveilleux cadeau !

  C'est à ce moment que la porte s'ouvrit. Sa mère se tenait dans l'encadrement, les yeux écarquillés. Puis son visage se tordit de colère. Devenue comme folle, elle se mit à la frapper, tenant de lui arracher ses ailes. La petite fille cria et se re-transforma aussitôt. Haletante, elle tenta de se dégager mais la femme la maintint fermement. « Ne ... Ha ... Ne recommence ... Ha, plus jamais ça. » Lisa acquiesça, soulagée. *Pas devant toi en tout cas.*

30 Janvier 1883 - 18h52

  Elle était fatiguée. Si fatiguée. Aujourd'hui encore elle s'était occupée de la maison, avait étudié dans la pièce à vivre et s'était bien comportée avec ses parents. Elle porta la main à son front, réprimant un soupir en pensant à sa journée. Mais soudain, se remémorant son exploit de la veille, un sourire éclaira son visage. Elle avait réussi à faire apparaitre un bec ! Peut-être qu'un jour, elle pourrait devenir un véritable oiseau !
  Elle regarda par la fenêtre, verrouillée. Comme ce serait magnifique de pouvoir vivre à l'air libre.
  Son ventre grogna, et elle redescendit sur terre. Cela faisait quelques mois qu'elle ne pouvait plus sortir de sa maison. Konoka lui manquait. Elle devait s'inquiéter. Peut-être aurait-elle pu renoncer à ses ailes si elle avait pu voir ses amis. Après tout, vivre une vie normale lui aurait épargné tous ses problèmes actuels. Mais ici, seule, exclue comme le démon qu'elle était censée être, il ne lui restait que ce privilège. Pourquoi ne se rendaient-ils pas compte qu'elle possédait au contraire un cadeau du ciel ?
  Elle soupira et s'arracha à la douce vision des nuages qui défilaient tout là haut. Elle vérifia par la serrure que personne ne se trouvait derrière la porte et se transforma à nouveau. Quel bonheur ! Ses bras se couvraient de plumes dès qu'elle le souhaitait à présent. Bientôt, elle en était sûre, elle arriverait à devenir entièrement oiseau.

27 Juillet 1885 - 18h05

  Si elle l'avait pu, la jeune fille aurait crié de joie. Mais elle en était incapable, et pour cause : ce n'était pas une jeune fille qui venait de traverser un nuage. Elle avait réussi quelques semaines auparavant à casser le verrou de sa fenêtre, sans toutefois éveiller les soupçons de ses parents. Folle de joie à l'idée de s'envoler à nouveau, elle s'était lancée sans réfléchir. Et ce n'était pas une petite fille ailée mais bel et bien un oiseau qui avait jailli de la chambre.
  Des années qu'elle attendait ce jour, des années qu'elle essayait sans relâche. Et aujourd'hui, une fois de plus, elle était dans le ciel à savourer ces sensations. Elle ne s'était encore jamais faite prendre, mais devait donc se dépêcher de rentrer. Personne ne devait savoir de quoi elle était réellement capable. Et il ne fallait surtout pas que sa fenêtre soit réparée et de nouveau verrouillée !

27 Juillet 1885 - 18h27

  Lisa descendit en piqué jusque dans sa chambre et referma la fenêtre d'un coup de bec. Elle vola jusqu'à son lit, s’apprêtant tristement à redevenir une petite fille et à remettre ses vêtements.

  Cela s'était joué à quelques secondes. Sa mère entra et eut tout juste le temps d'apercevoir le petit oiseau noir. Un éclair de folie passa dans ses yeux et elle sortit en claquant la porte.

27 Juillet 1885 - 23h52

  « C'est fini, ce n'est plus notre fille. » L'homme resta silencieux. « Nous avons assez attendu, et alors que ton fichu esprit semblait avoir disparu ... Cela s'est aggravé ! Je n'aurais jamais dû t'écouter. » Il soupira, mais ne dit pas un mot. « C'est une erreur de la nature, un monstre ! Ça l'a toujours été ! ... J'irais voir le prêtre demain. Il saura quoi faire. » Camouflé par la nuit, un bel oiseau noir était posé, silencieux, sur le rebord de la fenêtre.

28 Juillet 1885

  Lisa volait. Elle laissait les vents l'emporter, loin, toujours plus loin. Elle voulait continuer à avancer, ne jamais s'arrêter, jusqu'à oublier, oublier tout ce qu'elle était, ce qu'elle avait été.
Continuer. Loin. Toujours plus loin.

Août 1885

  Elle s'était faite une fois de plus distancer. Décidément, ces oiseaux migrateurs étaient impressionnants ! Ils parcouraient des centaines de kilomètres sans se fatiguer, trouvaient toujours de quoi se désaltérer et se rassasier ... Lisa les regarda s'éloigner, admirative. Elle trouverait d'autres compagnons de route et tenterait d'être elle aussi assez endurante pour suivre la cadence.

Septembre 1885

  Plus vite. Plus loin. Ne pas penser. Sentir le vent. Encore.
  Non, pas de pause. Il faut continuer à voler. Les souvenirs partent avec le vent. Oui, plus vite, plus loin.

6 Octobre 1885 - 14h22

  « Mattéo ! Va nourrir les aras, tu veux ? » « Oui P'pa ! » Le jeune garçon se leva avec regrets. Il aurait aimé pouvoir regarder un peu plus longtemps la répétition. Mais son père avait aussi besoin de tranquillité pour entraîner ses protégés.
 Il s'éloigna et inspira. Il appréciait la vie au grand air. La troupe allait parfois s'installer en ville et il se sentait oppressé par l'étroitesse des rues, la complexité des maisons, la puanteur des vapeurs. Ici, il se sentait libre.
 
 Il regarda autour de lui. Le champ dans lequel la troupe s'était arrêtée était immense. Des dizaines de petits dirigeables étaient amarrés dans un ordre discutable. Chaque famille en possédait un et, s'il n'y avait que peu de place et peu de confort, c'était bien pratique d'avoir une maison volante pour voyager.
 Le jeune garçon se faufila dans la foule de personnes qui s'activaient. Il évita trois enfants qui jouaient à chat, passa sous une corde à linge et faillit renverser la vieille diseuse qui déménageaient ses bibelots. Tout le monde se saluait dans un joyeux bazar.
 Enfin, il arriva au dirigeable renfermant la nourriture de l'animalerie. « Oncle Jep' ! Il te reste de la bouffe pour les aras ? » Un homme avec un bouc tressé de perles se retourna, faisant cliqueter les anneaux de cuivre qu'il portait à l'oreille droite. « Tiens, p'tit Matt, encore de corvée ? » plaisanta-t-il d'une voix rauque. « Sur ta droite ! » Le jeune garçon s'empara d'un seau de graines et sortit.

 Il s'éloigna difficilement de la cohue du camp. La volière était assez éloignée, principalement à cause du bruit. Alors qu'il était presque arrivé, son regard fut attiré vers le ciel. Un mouvement avait capté son attention. Il distingua un point noir qui chutait très rapidement vers le sol. Poussé par la curiosité, il lâcha son seau dans un grand bruit de ferraille et se mit à courir.

6 Octobre 1885 - 15h12

 Un oiseau. C'était un oiseau qui était tombé. Il respirait encore. Mais que lui était-il arrivé ? Mattéo était troublé. Il ne connaissait pas cette espèce, et ne comprenait pas la cause de sa chute. Lui qui pensait connaître tant de choses à leur sujet ! Son père saurait, lui. Le garçon prit alors délicatement l'animal dans ses bras et revint vers les dirigeables.

6 Octobre 1885 - 15h45

 « Pas maintenant Matt ! » « Mais ... » « Écoute, débrouille toi, ce n'est franchement pas la priorité avec l'ouverture de la saison, alors ... » « Mais regarde ses ailes, il est superbe, je suis sûr qu'en lui apprenant des figures ... » « Pas dans cet état Matt, nous n'avons pas besoin d'un oiseau sauvage à moitié mort. » « Mais si je le soigne ? » « Oh fais ce que tu veux, mais laisse nous travailler. » Mattéo, ne sachant trop s'il avait gagné ou perdu, reprit vite courage et se dépêcha de rejoindre le dirigeable familial.

 Il n'y avait que son père et lui à habiter là, ce qui rendait l'endroit ... légèrement désordonné. Le jeune garçon dégagea un peu d'espace sur la minuscule table au milieu de la pièce et déposa l'oiseau dessus. Il se fraya ensuite un chemin jusqu'au placard et y dénicha un petit tube de cuivre parmi toutes les bricoles entreposées. Il allait humecter le bec de son petit protégé en attendant qu'il se réveille. Oh, et il faudra aussi préparer un endroit clos et sombre pour ne pas qu'il panique au réveil ! Mattéo sourit et se retourna vers le volatil. « Aller, courage, je vais m'occuper de toi ! »

8 Octobre 1885 - 12h24

  Lisa ouvrit les yeux. Aussitôt, elle comprit que quelque chose n'allait pas. Elle se trouvait dans une petite pièce étrange, allongée sur un lit, entourée de différents objets qu'elle n'avait jamais vu. Mais le pire, c'est qu'elle était sous forme humaine. Non, encore pire : elle n'avait aucune idée de comment elle s'était retrouvée là. Ni d'où elle avait trouvé cette chemise. Elle tenta de se redresser mais un bras l'en empêcha. Elle cria.
  « Chut, hey, du calme ! » Un garçon se tenait à côté d'elle. « Il faut que tu te reposes, alors reste là, ne t'agites pas ... Tu comprends ce que je dis ? » Lisa hocha la tête et le regarda. Il avait le teint basané, des traits doux et enfantins et des cheveux bruns en bataille. Ses grands yeux bleus la dévisageaient avec insistance. Elle détailla l'endroit avant de reprendre, en français. « Oui ... Où est-ce que je suis ? » « Dans ma chambre. » Elle plongea son regard dans celui du garçon. « Et comment je suis arrivée là ? » Il sembla gêné. « Je ... Ben, en fait, j'ai récupéré un oiseau au fond du champ, je l'ai emmené ici pour le soigner, et, hier, ben ... il y avait toi à la place. » Oh. Il savait. Lisa sentit la peur lui nouer les entrailles et se retint de pleurer. « Et ... tu vas faire quoi maintenant ? ... » Il fut désemparé face à ses yeux. « Mais ... Mais je ne vais pas te dénoncer enfin ! » « Pourquoi ? N'importe qui le ferait à ta place ! » « Mais ... » « Quelle idiote, j'aurais dû m'économiser. » « Hey ... » « Maintenant tu n'as plus qu'à ouvrir le bouche et c'est fini. » « Écoute moi ! » Elle releva la tête vers lui. « Écoute ... Je ne compte pas en parler à qui que ce soit. » Elle resta dubitative. « Ma maman était comme toi. » fit-il en lui prenant la main. « On ... On nous as toujours dit qu'il fallait le dire quand un cas était déclaré, qu'ils savaient s'en occuper, qu'ils savaient soigner ... Mon père ... Il y est allé. » Lisa serra sa main. « ... Je n'ai pas revu ma mère depuis. Je la retrouverais hein ! ... » Il resta silencieux quelques instants. « Mais ... je t'en prie, crois moi, je ferais tout pour qu'il ne t'arrive rien. »

14 Octobre 1885 - 15h12

  Mattéo vérifia que personne ne se trouvait dans la pièce principale et appela ensuite. « Lisa ? » « Oui j'arrive ! » Elle sortit de la chambre, habillée d'une robe à breloques et les cheveux tressés. Elle tourna sur elle même. « Elle est superbe ! Tu l'as trouvée où ? » « Je l'ai prise chez la diseuse, elle a tellement de trucs qu'elle ne s'en rendra pas compte. » « Oh ! Mais il ne faudrait pas qu'elle devine ton méfait dans les cartes ! » « Ah ça, aucun risques ! » Ils s'esclaffèrent.
  Le jeune garçon se mit à préparer à manger pendant que Lisa faisait de la place sur la table. « C'est étrange quand même, un dirigeable comme ça ! C'est tout comme une vraie maison, en petit, et qui peut voler ! » « Ouai c'est vrai, on vit dans un moyen de transport. Tu verras, c'est super pratique de changer d'endroit en déplaçant simplement ce truc ! »
 Ils se mirent à manger tout en continuant à discuter.

27 Octobre 1885 - 10h01

  « Hey p'tit Matt ! Joli ton oiseau ! Il est à ton père ? » « Alors Matt, tu crânerais pas un peu à te balader avec ça ? » « Oh Mattéo, on peut le caresser ? »
 Le jeune garçon traversait encore le champ de dirigeables avec son oiseau sur le bras. Les enfants cherchaient toujours à pouvoir lui toucher les ailes et les adultes souriaient sur son passage. Certains savaient que le jeune homme s'occupait de son premier oiseau, et ils étaient fiers de le voir suivre les pas de son père. Quand à Lisa, elle s'amusait beaucoup et était très heureuse de pouvoir sortir.

18 Novembre 1885 - 13h12

  « Lisa ! Viens voir ça ! » La jeune fille s'approcha dans un bruit de clochettes, provoqué par sa robe. « Qu'est-ce qu'il y a ? » « Regarde, cette espèce là, elle te ressemble beaucoup non ? » Elle se pencha sur le livre et observa la page. C'était un livre manuscrit et les pages jaunissaient. Un dessin représentait un oiseau au corps brun, et aux serres et bec jaune. « Je ... je ne sais pas ... » « C'est marqué Milan Noir. Tu crois que ça pourrait être toi ? » « Oh Matt je n'en ai aucune idée. Mais peut-être bien ... Il y a les caractéristiques ? » « Ouais là. » Mais avant qu'elle ait pu commencer à lire, ils entendirent du bruit à l'entrée. Paniqués, ils se regardèrent une fraction de secondes. Puis Lisa se changea en oiseau et Mattéo poussa la robe d'un coup de pieds sous la table. Son père entra dans la pièce principale. « Salut bonhomme ! Je viens juste chercher un truc à manger, il te reste d... Oh. » L'oiseau battit des ailes, calmement. « Pas à l'intérieur Matt. » « Mais elle est encore convalescente ! » « Mais il ne faut pas l'habituer ... Enfin. » Il ébouriffa les cheveux de son fils. « Ah ... J'étais comme toi à ton âge. Ne dors pas avec quand même hein. Ils ont besoin de liberté. » « Oui. » « Tu lui as donné un nom ? » « Em ... Je, je l'ai appelée Lisa. » « Ahah, bien. » « Et Papa ? Je, je t'ai pris un des livres là bas, et je cherchais son espèce ... » « Et tu t'es arrêté ... Ah, un Milan Noir hein ? Oui, ça m'en a tout l'air. »

2 Mai 1886 - 16h47

  Il faisait bien meilleur à cette altitude. Lisa plana encore quelques instants avant de reporter son attention vers le sol. Mattéo l'encourageait avec de grands gestes. Elle décida de voler encore un peu, juste pour l'embêter. Puis, suivant ses indications, elle descendit en piqué vers lui. Visant son bras, elle le rata de peu et dû remonter en catastrophe dans le ciel.
  *Bon, aller, on se concentre.* Elle recommença la manœuvre, descendant droit vers le bras protégé de cuir de Mattéo. Se redressant à la toute fin, elle posa finalement ses serres sur lui.

  Aussitôt, elle entendit un grand bruit. Elle se retourna vivement et aperçut une bande d'enfants applaudir et sifflant. Elle chercha alors à comprendre en tournant son regard vers Mattéo. Il ne lui répondit que par un large sourire.

24 Février 1887 - 23h12

  « Bonne nuit Lisa ! » « Bonne nuiit ~ » Il éteignit la lumière. Il passa quelques secondes avant que la jeune fille se mette à parler. « Ah mais non, non non non, stop. » Dans le noir, Mattéo se retourna, inquiet. « Ça va ? » « J'ai les bras couverts de plumes ! » Il rit. « J'étais au courant ! Et tu ne t'en rends compte que maintenant ? » « Ah-ah. Maais ... Je leur ai rien demandé là ... Attends. » Il entendit un bruit de froissement, puis un soupir de la jeune fille. « Dire que j'ai passé des années à essayer de me transformer complètement ... Maintenant j'ai du mal à garder mes bras ! » Mattéo passa ses bras derrière sa tête et garda les yeux ouverts, même s'il ne voyait rien. « Tu ... Tu m'as jamais raconté ... » « Ça risque pas de t'intéresser ... » « Ben ... si tu veux hein, mais si, j'aimerais bien savoir ... comment c'est arrivé ... » Elle resta silencieuse. « C'est pas arrivé en fait. J'ai toujours été comme ça. Mais j'en ai prit conscience ... oh, ça fait longtemps maintenant ~ » Et elle se mit à parler. La nuit, propice aux confidences ? Sans doute. Toujours est-il qu'ils discutèrent jusqu'à l'aurore.

4 Octobre 1887 - 12h47

  Elle secoua ses ailes, perchée sur le bras de Mattéo. C'était une sensation très drôle d'être à l'intérieur tout en étant quand même dans le ciel. Le père de Mattéo aux commandes du dirigeables, elle ne pouvait pas être sous forme humaine. Mais elle avait heureusement échappé à la volière. Le garçon soupira. « Papa ... J'ai pas envie d'aller en ville. » « Pourtant c'est là qu'on va trouver un public ! » « Mais c'est irrespirable ! » « On t'a demandé ton avis ? Jorgio a trouvé un bon espace pour nous, et il serait temps d'avoir de l'argent, alors la troupe suit. » « Je sais ... Mais c'est comme ça chaque année ... J'aime pas les villes. »
  La jeune fille, elle, était plutôt contente de bouger encore une fois d'endroit. Quel plaisir de voyager ! Et le fait de ne jamais s'attacher à un lieu ... Oui, cela lui plaisait beaucoup.

10 Mars 1888 - 15h00

  Beaucoup de bruit. Beaucoup trop. Bon sang, ils venaient juste d'apparaître ! Lisa ne comprenait sincèrement pas pourquoi on les applaudissait. Mattéo faisait de grands gestes face au public. Lisa en fut attendrie, elle l'avait vu observer son père de nombreuses fois.
  Ce fut bientôt à eux de proposer leur petit numéro. Il ne durerait que quelques minutes. Lisa était un peu stressée. Mattéo lui avait confié la veille que c'était pour lui plus qu'un honneur d'ouvrir le spectacle paternel, et elle ne voulait pas le décevoir.
  À son impulsion, elle s'envola.

21 Décembre 1890 - 20h22

  « Et encore joyeux anniversaire ! » Lisa en était toute émue. Elle se leva du canapé et se jeta dans les bras du jeune homme, qui lui ébouriffa les cheveux. « Oh mais ... merci ~ Tu n'aurais tellement pas dû ! » « C'est pas tous les jours qu'on a 16 ans ! » « Mais quand est-ce que tu as eu le temps de faire ça ? On est débordé en ce moment ! » « Arrête, tu avais trouvé le moyen d'aller toute seule en ville m'acheter un cadeau pour mes 18 ans. » « Mais quand même ! » Elle se détacha de lui et observa avec un immense sourire le gâteau, posé en équilibre précaire sur le bazar de la petite table, et le paquet cadeau posé au sol.

17 Juillet 1891 - 16h32

 Les deux adolescents étaient étendus sur le lit, dans la chambre. De nombreux rayons de soleil étaient arrêtés grâce au tissu attaché devant la fenêtre, mais l'air ambiant était toujours pesant. Un véritable après-midi d'été.
 Lisa somnolait, la tête sur l'épaule de Mattéo. Elle était fatiguée d'avoir marché toute la matinée. Bien sûr, elle avait adoré découvrir cette nouvelle ville, mais sous cette chaleur, ses forces s'étaient vite épuisées.
 Les dirigeables s'étaient cette fois amarrés sur un petit terrain au milieu de la cité. Pour une fois qu'ils n'étaient pas excentrés. La jeune femme s'était donc baladée incognito, de plus en plus sereine à l'idée de croiser des gens. Personne ne la reconnaissait. Déjà, elle avait bien changé depuis son enfance ... et elle était si loin de chez elle ! Personne ne savait plus qui elle était désormais. Et de plus, les gens de la ville pensaient qu'elle était avec les gens du voyage et vice-versa. Elle avait croisé plusieurs membres de la troupe qui lui avait demandé leur chemin ! C'était si étrange de parler à des gens qu'elle connaissait depuis des années ...

 La porte s'ouvrit brusquement. Aucun des deux n'eut le temps de réagir. « Matt, dis moi tu ... oh. » Son père resta dans l'encadrement. Mattéo resta allongé et passa un bras autour de la jeune fille, tout en montrant son exaspération. « Papa, je t'ai déjà dit de sonner la cloche de dehors quand tu rentres à la maison ... » Lisa pensa qu'il devait avoir peur qu'elle se transforme sous le coup du stress. Mais elle ne savait même pas comment réagir. De la gêne dû se lire sur son visage puisque l'homme sembla enfin réagir. « Ah oui, pardon, je ... Oui. Je vous laisse. » Il s’apprêta à refermer la porte, mais ne put s'empêcher de faire un clin d’œil appuyé à son fils. « Amusez-vous bien ... » La porte se referma. Le jeune homme porta la main à son front tandis que Lisa étouffait un rire.

10 Août 1891 - 10h33

 Lisa ferma violemment le journal. « Maintenant, on ne parle même plus des disparitions "inexpliquées". Je crois que je préférais même voir ça plutôt que ... que ce vide ! Alors quoi, tout le monde dans les rues parle de gens qui disparaissent, et rien, pas la moindre allusion dans ce ... raa ! » Matt s'arrêta de cuisiner un instant et lui répondit : « Ça paniquerait les gens. » « Parce que les gens sont calmes là peut-être ? » « Y en a plein qui sont pas au courant. » « Tant mieux pour eux. » « Et puis, y a que dans les endroits louches où ça évoque ... » « Je sais. »
Le jeune homme s'arrêta, puis continua son affaire. Lisa soupira. « Je ne peux rien faire ... Rien du tout ... »

4 Novembre 1891 - 2h12

  « Matt' ? » « Mm ? » « Je veux aller à Moscou. » « 'kaaay ... ... ... Quoi ? » Il se releva brusquement. Du moins, la jeune femme l'entendit se relever brusquement, puisque gène ou pas elle ne voyait pas dans le noir. Elle sourit.
« Je veux aller à Moscou ! » « Oui c'est bon j'ai entendu ! Mais ... Mais comment, quand, pourquoi, je ... » Elle se releva aussi. « Je ne sais pas quand, mais bientôt. Et parce que des choses se passent là bas. Des tas de voyageurs en parlent, ça fait maintenant 2 ans que dans chaque ville où l'on se pose, l'information remonte. C'est peut-être une légende, mais je veux voir ça de mes yeux. Il parait que des milliers de gens comme moi sont là-bas, qu'ils s'organisent, et, et ... » « Moi j'ai entendu dire que la répression était de pire en pire. » « Mais ça peut changer ! Une telle concentration de forces, ça ne peut que bouger ! Le monde peut changer, peut-être que tout le système va s'effondrer et que partout dans le monde ... » « Je ne veux pas que ce soit toi qui t'effondre. Bordel Lisa, t'es en sécurité ici ! » « Je ne veux pas passer ma vie à me cacher. » « Je ... »

  Elle attrapa sa main. « Tu me comprends forcément. Je sais que c'est dangereux, mais il faut que j'aille voir ça. S'il se passe enfin quelque chose, quelque chose d'autre que cette acceptation de notre sort, il faut que j'en sois. J'ai tellement lu, observé, je, j'ai besoin de faire quelque chose. Je ne serais jamais heureuse à mener une vie paisible ici, dans la crainte qu'un jour tous ceux autour de moi disparaissent en fumée. Je préfère prendre le risque. »

  Le jeune homme resta silencieux. Au bout de quelques minutes, il chuchota. « Je ne veux pas qu'il t'arrive des horreurs. Tu es sûre de toi ? » « Oui. Je vais m'installer, là-bas, peut-être même travailler, je suis assez grande maintenant. Et je veux voir comment les choses évoluent. » « Mais, comment tu vas te débrouiller toute seule ? Je veux dire, on s'est toujours occupé l'un de l'autre, comme une vraie famille ... » « Bah, ce sera un peu compliqué au début, c'est tout. » « J'ai l'impression que tu ne saisis pas bien ... » « Hey ! Je suis une fille normale qui vient trouver du travail à la Capitale Russe, une fille qui a beaucoup voyagé et qui a choisit cette ville pour son charme et hum, ses nombreux emplois. Je n'ai rien à me reprocher, j'ai de l'argent mis de côté, et les gens seront ravis de m'aider ! » « Tu trouves ça crédible ? » « C'est bon, la vie n'est pas une jungle et les gens ne me veulent pas directement du mal ! Je me débrouillerais. » « Tu sais que je pourrais te mettre dans une cage et on en parlerait plus. » « Mais tu ne le feras pas. » Il soupira.

21 Décembre 1891 - 19h27

 La petite fille s'accrocha à la jambe de Mattéo. « Matt ! C'est vrai que ton oiseau noir, il ... » « Ouais, elle se faisait vieille tu sais. » « Mais ... Mais il t'obéissait ... et ... et on pouvait le caresser ... » « Ne t'en fais pas Emy, je vais faire un numéro avec des tas d'oiseaux de toutes les couleurs et ils viendront se poser sur toi ! ... Aller, sèche moi ces larmes, là ... Tes affaires sont prêtes ? On décolle tous demain à 6h. » « Tu vas où ? » « En ville. »
 Le jeune homme quitta le camp et pressa le pas jusqu'au port aérien.

 Lisa attendait son dirigeable patiemment. Elle était au delà de l'impatience ou de la peur, elle ne réfléchissait plus. Elle sourit quand elle vit son frère de cœur la rejoindre. Il l'étreignit longuement. « Bon anniversaire. » Elle rit. « Merci ~ » « Tu as tout ce qu'il te faut ? » « Oui. Ça a marché ? » « Tout le monde pense l'oiseau mort. » « Parfait. » Elle sourit.

 « Bon. Et bien, c'est le moment. » fit-elle en se dégageant un peu. « ... Tu ... Tu vas me manquer. » « Toi aussi. » Mattéo avait le regard triste. Il murmura « S'il t'arrive quoi que ce soit, reviens. Je ... Peu importe dans combien de temps, peu importe les conséquences. » Elle acquiesça silencieusement. « ... Tu vas vraiment me manquer, ptite Lily. Sois très prudente, d'accord ? »

  Après de longs adieux, la jeune femme monta, les larmes aux yeux, dans le dirigeable. Elle était entourée de très nombreuses personnes qui partaient, tout comme elle, mais elle se sentait déjà seule. Elle savait dans son cœur qu'elle avait pris la bonne décision, mais les obstacles qu'elle allait devoir surmonter semblaient désormais beaucoup plus réels. Une autre vie s'ouvrait à elle. Et elle allait se battre pour ce en quoi elle croyait, elle allait vivre par elle-même et qui sait, participer à la construction d'un nouveau monde ...

~  ~  ~


Joy


X-Men

○ Prénom et Nom : Joy Stevenson
○ Nom de code : Echo
○ Age : 20 ans
○ Race : Mutante
○ Alignement : Neutre
○ Métier : Artiste, musicienne, compositrice, chanteuse, DJ.
○ Pouvoir : Hypnose par la musique. Elle est capable d'influer sur les émotions des personnes l'écoutant jouer, chanter ou mixer. Ainsi, ils peuvent ressentir de la joie, du désespoir, de l'excitation, de la colère, la sensation d'être le maître du monde ou bien celle d'être un moins que rien. Avoir envie de danser toute la nuit, de rire et d'aimer, ou bien de s'endormir au coin du feu. Cette manipulation est très subtile, le sujet ne s'en aperçoit pas. Cependant, son talent ne fonctionne pas à travers le multimédia, et est très fluctuant en fonction de la personne.

○ Crédit image : "Now playing" by Picolo-kun




Le virtuose ne sert pas la musique, il s'en sert.

- Grand ou petit ? Ou entre les deux ? Mon talent ? Immense, quelle question. ... Hey, joke, c'est bon, détend toi ~ Je suis plutôt grande en fait. Mais ça dépend de la taille de mes talons, évidemment. Ouais c'est cheaté, et alors ? Ça va, je pourrais faire de la chirurgie, prendre des médocs amincissants ... Se grandir de 10 cm c'est pas interdit non plus !

- T’as des signes particuliers ? Hormis le fait que je sois une des plus jeune star montante du moment ? Ben quoi, je dis pas ça pour frimer, c'est vrai, je fais tout pour depuis que je suis petite. S'il y a ma tête de plus en plus souvent dans les médias, c'est parce que je l'ai voulu. Ça demande du travail t'sais. Oh, quelle délicatesse. Mon "pouvoir" et les sous de papamaman, c'est ça que tu penses ? Okay, stop, écoute. Je suis une mutante, on est d'accord, bien qu'aucun humain ne soit au courant. Oui j'ai un talent, un talent de mutante, un talent que je travaille depuis toujours, qui m'a prit plus d'énergie et de souffrances qu'aucun humain ne saurait comprendre. Et cela me permet de me faire aimer du public. Je joue avec eux. Et alors, où est le problème ? Je suis plus forte qu'eux, je suis d'une race supérieure à eux. Les mutants sont l'évolution.
Et puis, comme ce serait facile de n'avoir qu'à bosser mon pouvoir. Comment veux-tu que je m'en serve si je ne peux ni jouer ni chanter ni mixer ? Comment veux-tu que j'arrive faire danser qui que ce soit sur du mauvais son ? Pareil, les interviews, les apparitions, les festivals, les shootings, tu crois que ça tombe du ciel ? Faut aller les chercher hein. Quoi, tu voulais que je te réponde que je suis originale parce que j'ai un grain de beauté là ou un tatouage ici ? Désolée mec, j'ai plus que des signes particuliers. Je suis "particulière" parce que je suis Joy.


- Décris-nous un peu ton style vestimentaire : Aah, en voilà une question intéressante. Plus légère disons. Je suis accro aux fringues, j'en ai littéralement des tonnes ~ J'essaye beaucoup de styles en ce moment, je suis capable de faire un lookbook par mois avec 20 tenues complètement différentes, au moins ! Et puis les fans donnent leur avis aussi. Écoute, je reste très rarement chez moi une journée entière, je suis toujours à me déplacer, donc bon le style lazy girl c'est pas le top. Ça dépend de l'activité du jour aussi, si c'est enregistrement et répét' ça va être rock, si c'est festival ça va être fluo/electro, si c'est réception tu sors les robes de soirées  ... Bon je suis rarement en jupe à fleur hein, faut pas pousser non plus. Mais tu vois le genre, ça bouge ~

- Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ? Pas vraiment en fait, je me balade toujours entre les studios ou les salles de concert avec des instruments, des fringues de rechange, des partitions, des CDs d'instru, mais je veux dire ... Un objet que je porte sur moi ? J'ai pas de trucs porte-bonheur ou autres conneries hein. Ah, si, mon portable ! Je l'avais presque oublié, mais oui, lui est toujours dans ma poche. C'est important dans ce monde de toujours être joignable. Ouais, pour geeker aussi, j'avoue ~


avatarJoy

Interview de Joy

- T'as Facebook ? Twitter ? Tumblr ? T'es geek ? Ouais bien sûr, j'ai des comptes officiels sur la plupart des réseaux. C'est limite obligatoire, sinon tu as toujours un petit malin qui en fait un à ton nom et qui met n’importe quoi dessus. Mon manager voulait engager des gens qui répondraient à ma place, mais je lui ai dit que c'était hors de question. Je réponds moi-même, ou bien je ne réponds pas, c'est comme ça. En général j'ai pas énormément de temps, mais je m'arrange toujours pour balancer mes actus. Je laisse la prod gérer Youtube, mais je sors les dates, les teasers, les pistes, les noms de titres, etc, sur les gros trucs genre Facebook et Twitter. En fait, j'utilise beaucoup plus souvent Insta, Vine, les app's de ce genre pour balancer des petits moments de ma vie. Ils adorent ça, savoir ce que je bouffe, ce que je fais, ce que j'écoute, qui je vois et où je viens de prendre un café ... Ah, fatiguant hein ? ... Okay, ouais, j'aime bien lire les coms ...

-Ta famille est cool et fonctionnelle ? Elle est riche et très peu sur mon dos, c'est tout ce que je leur demande. En fait, petite, je faisais tout pour attirer leur attention, mais, t'sais, le show-biz avant tout ... Non c'est bon, je vais pas te faire le cliché de la petite héritière délaissée hein. J'ai été dans les magazines dès ma naissance, j'ai été un produit depuis toujours ... mais j'ai adoré ça. J'adore toujours ça d'ailleurs. Vu que mes parents étaient occupés, ben je l'ai vite été aussi.
Je me sens ni seule ni isolée, je vois plein de monde, j'ai trop de boulot pour m'ennuyer et j'ai un big appart rien qu'à moi. Niquel quoi.
Ils sont fiers de moi. Enfin, ils ne savent pas que je suis une mutante hein. Encore heureux. Ils voient juste leur petite fille gérer son image, se lancer de ce monde à paillettes qu'ils connaissent bien et sont contents de la voir rappliquer à leurs soirées. Pour pouvoir montrer qu'ils l'ont bien élevée, qu'elle prend bien la relève. Bon, à ce que j'ai compris, la prochaine étape dans leur tête c'est que je me trouve quelqu'un, mais ça ...
... En vrai je pense que je les aime. Un peu.
En tout cas, cela m'importe de savoir qu'ils sont fiers de ce que je fais.

- C'est quoi tes passe-temps, dans la vie ? Bizarrement, je vais te répondre la musique. Oh, tu ne t'y attendais pas ? Ben ouais mais c'est vrai, je passe mon temps à composer, à jouer, à chanter, à mixer ... Après non, c'est pas un passe-temps, c'est mon boulot, mes revenus, ma vie. C'est pas juste un petit plaisir. Parfois c'est dur, parfois je m'arrache les cheveux à trouver de l'inspi, parfois je suis morte après une salle ... Tiens d'ailleurs. Si, j'ai une sorte de passe-temps. Un truc qui ne compte pas, que je fais en dehors. Le moment où j'arrête de jouer à l'humaine, où je ne suis plus Joy. Les soirées mutantes. Je te parlais des soirées de mes parents tout à l'heure. Ben crois moi, on parle pas de la même chose. Les underground parties, 10 mutants au m², un truc tellement dingue que je ne pourrais pas te l'expliquer. Bon, comme on se refait pas, je fais DJ dans ce genre d'endroit. Y a pas que moi, on tourne suivant les semaines, du coup je suis aussi de temps en temps à danser dans la foule. Ça fait tellement de bien d'être entre nous. ... Quoi mon pouvoir ? Bien sûr que non idiot. Manipuler des humains okay, mais je vais pas faire ça à des mutants ! Nan, j'y vais comme ça. Oh tout de suite ... Non, je prouve rien du tout, je sais mixer, pouvoir ou pas. La preuve.

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? J'ai pas de journées normales. Non mais je dis pas ça pour ... Écoute ! C'est vrai, mes journées ne se ressemblent tellement pas ... Je peux avoir des journées chargées genre enregistrement, festival, ou des journées plus cools où j'essaye de composer et de tenir à jour mes apps entre deux appels stressants.

- Si tu pouvais passer dans le journal de 20h, qu'aurais-tu à dire ? Ben je ferais ma promo. Quooooi, évidemment, je viens pas dans les médias pour parler politique hein ! ... Han j'aimerais bien, imagine le nombre de gens qui me découvriraient ? Mais bon, le 20h c'est le must, faudrait que je sois encore un peu plus connue. Mais je vais bosser, t'inquiète, c'est une question de temps !

- Si tu pouvais devenir mutant (si t'es humain) ou humain (si t'es mutant), tu le ferais ? Pouah, quelle horreur ! Humaine ? Non, bien sûr que non, mon pouvoir fait partie de moi. Je suis mutante, et tellement heureuse de l'être ! Vivre en tant que faible humaine ... Ahah, jamais. Les mutants sont supérieurs aux humains. Nous sommes le futur.
Aucun humain ne soupçonne ce que je suis, et c'est très bien comme ça. Mais un jour, un jour peut-être, je révèlerais tout ça. Quand le temps sera venu, quand les mutants seront nombreux, quand ils quitteront tous leur cachette ou leur fausse identité pour montrer qui ils sont. Le futur. L'évolution. La suite. Mais d'ici là, moi, je compte faire bien plus qu'atteindre mes ambitions.

Histoire (courte)

Mais j'ai pas le temps, vieux, et franchement tu en sais déjà beaucoup ! J'ai eu une sacrée chance de commencer ma vie comme ça, mais maintenant il me reste des tas de trucs à faire. Je veux commencer à être vraiment connue, à faire des grosses salles et qui sait, à prendre part dans le conflit ?

Tu me demandes mon histoire, mais tu vas t'emmerder en fait. Le plus intéressant, c'est ce qui va se passer maintenant ~ Ah, mon pouvoir ? Ben en fait, je me rappelle plus trop, j'étais gamine. Tout concordait en fait, c'était une évidence, je voyais les mutants faire nawak à la télé et moi je pouvais manipuler mes parents comme ça. Enfin, "comme ça", j'exagère. Déjà je voulais jouer devant eux, je bossais tellement mes instruments que je voulais qu'ils restent, et je les faisais rester. Je me souviens, mon père avait carrément raté un avion. Ça me crevait au début, voire ça marchait pas. J'ai pas eu des pics en fait, je connais des gens qui ont vraiment pas contrôlé leurs pouvoirs au début, mais moi soit ça venait un peu, soit ça marchait carrément pas. Et plus je grandissais, plus j'arrivais à faire ce que je voulais. Ça a été hyper progressif, je devais améliorer mon endurance. À genre 9 ans j'avais testé dans un parc devant 10 personnes et j'en avais eu des courbatures horribles pendant un mois. Mais ils avaient dansé, en plein milieu de l'allée.

Oh, et mon premier concert ! J'avais 16 ans, c'était une petite salle, je m'en souviens. C'était la première fois où il y avait autant de gens et où je m'en sortais quasiment sans douleur. Faut dire que j'ai jamais vraiment contrôlé mon pouvoir jusque là. À chaque fois que je jouais, il se mettait en place automatiquement, que je le veuille ou non, que je me tue ou non. Maintenant j'ai compris, enfin ! Je m'épargne le risque de me faire déborder moi-même, c'est toujours ça de pris. Mais ce que je voulais dire, c'est que depuis ma petite enfance, à chaque fois que je jouais, je m'entrainais sans m'en rendre compte. Je progressais, je tenais plus longtemps. C'est vrai que j'aurais pu me faire vraiment du mal. Mais c'est vraiment à 16 ans qu'il y a eu un déclic, mes progrès ont été fulgurants. Avant, c'est comme si ça avait été en sommeil, j'arrivais à faire quelques trucs, mais c'était comme bridé. Ouais, bizarre hein. À partir de là, j'ai vraiment senti que j'avais de la force. Et elle croît depuis, sans arrêt.

Je sais pas si je vais continuer à m'améliorer comme ça, mais je suis beaucoup plus endurante. J'ai compris que si je dirigeais aussi les émotions dans l'air plutôt que dans chacune des personnes, je gagnais une énergie phénoménale. Je sais que je suis capable d'aller très loin avec ce don.

... Sûre de moi ? Ben ouais. Le monde appartient aux plus forts.


Bien sûr que je suis forte. Attends, ola, non, tu m'auras pas. Je ne te dirais pas. Ni mes doutes, ni mes peurs, ni mes faiblesses.
Parce que si je t'en parle, c'est comme si ils existaient, tu vois ? Si je garde ça coincé tout au fond, ben ça sort pas. Et je reste forte.
Ouais j'ai besoin d'être aimée, j'ai besoin qu'on s'intéresse à moi, oui j'ai le phobie de la solitude, oui je suis capable de m'écrouler aussi facilement qu'un château de cartes.
Mais je ne me laisse pas ce droit.

C'est tout, c'est pas compliqué hein. Quand ce genre de merde te prend, suffit de tenir, et tout rentre dans l'ordre.

... Oh c'est quoi cette ambiance ? Aller hop, tu vois, c'est pour ça que j'aime pas parler de ça. Bon, comme je te trouve cool, je te propose un truc : ça te dit de voir ce que c'est une Under' ? Aller, t'inquiète, amène toi ~


Dernière édition par Sunshine ☆ le Ven 20 Aoû 2021, 00:54, édité 181 fois

Mey

Tes Personnages
Ses Personnages :
Ses Personnages Perso 1Perso 1Perso 2Perso 2Perso 3Perso 3Perso 4Perso 4Perso 5Perso 5Perso 6Perso 6Perso 7Perso 7Perso 8Perso 8Perso 9Perso 9Pico. PersoPico. Perso
Prénom & âgePrénom & âgeYeva, 26Larae, 423Katja, 26Raïssa, 16Moira, 72Robin, 40Setesh, 6500
Nano. MondeNano. MondeChimèresAdPX-MenChimèresAdPX-MenBruxia
AvatarAvatar‘Yeva'‘Larae'‘Katja'‘Raïssa'‘Moira'RobinSetesh
Super Nanite
Mey
Messages : 2374
Crédit avatar : anndr sur Deviantart
OnlineEn ligne
Re: Little Sunshine ☆Sam 11 Sep 2021, 13:58
Je me marre si Than et Raya se liguent pour faire devenir chèvre Stej et Larae xD


Little Sunshine ☆ - Page 5 Fan_ch10
Little Sunshine ☆ - Page 5 Blason-Touristonanite2
Little Sunshine ☆ - Page 5 J4v0
Sunshine ☆

Tes Personnages
Ses Personnages :
Ses Personnages Perso 1Perso 1Perso 2Perso 2Perso 3Perso 3Perso 4Perso 4Perso 5Perso 5Perso 6Perso 6Perso 7Perso 7Perso 8Perso 8Perso 9Perso 9Pico. PersoPico. Perso
Prénom & âgePrénom & âgeLisa (21) ☮Joy (20) ♫Nerathël (19) ♔Calypso (30) ⚛Raya (245) ⚔Carolyn (16) ☆
Nano. MondeNano. MondeChimèresX-MenZombielandAlpha PerduAv. du PasséBruxia
AvatarAvatarlisajoynerathelcalypsoRayacarolyn
Maître Nanite
Sunshine ☆
Messages : 5090
Crédit avatar : Picolo - kun on D.A. ☆
OnlineEn ligne
Re: Little Sunshine ☆Mar 14 Sep 2021, 16:08
Réputation du message : 100% (1 vote)
@Alyaa a écrit:Bwahaha, la dernière phrase de l'histoire m'a fait beaucoup rire bwahaha

Merci j'ai beaucoup ricané moi même xD

@Lunatique a écrit:C'est une bonne opposition à Than mais j'espère qu'elles s'entendront à merveille.

Ouii trop hâte de la rencontrer !

@Mey a écrit:Je me marre si Than et Raya se liguent pour faire devenir chèvre Stej et Larae xD

ange


Little Sunshine ☆ - Page 5 Card_l10
Little Sunshine ☆ - Page 5 Card_j11
Little Sunshine ☆ - Page 5 Card_n11
Little Sunshine ☆ - Page 5 Card_c12
Little Sunshine ☆ - Page 5 Card_r10


Mes Blasons :
Little Sunshine ☆ - Page 5 Fan_nm10
Little Sunshine ☆ - Page 5 2vnly0y
Little Sunshine ☆ - Page 5 494385blaclosun