>
HautBas
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet

Les commentaires ♥

Alyaa

Tes Personnages
Ses Personnages :
Ses Personnages Perso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8Perso 9Pico. Perso
Prénom & âgeSiv (25)Patya (17)July (32)Jez / Pencil (14)Unknown (2X)Cýrus (19)
Nano. MondeAPChimèresX-MenX-MenZomzomBruxia
AvatarSivPatyaJulyJezUnknownCyrus
Petite Langoustine au Caramel
Alyaa
Messages : 24784
Crédit avatar : Studio Ghibli
OnlineEn ligne
Les commentaires ♥Dim 11 Avr 2021, 14:56

Les commentaires



L'Interforum, c'est un grand flot d'amour à partager (et pas seulement un amour de l'écriture, t'as compris gaga ). Quand on lit la masse de textes proposés par les participants, on a parfois envie de dire à quelqu'un à quel point on a aimé et pourquoi. Et quand on écrit, on est content de savoir qu'au moins une personne l'a trouvé bô  luv

Cet espace est donc là pour ça. Mais comme tout espace disponible sur les internets, il a des règles. Et promis, ce sera pas trop long  kissy
Tiens, prends un cookie avant de commencer  yum



Quelques mots sur NRP & Généralités

Même s'il prend parfois des accents de concours, rappelle-toi que l'Interforum est avant tout un tournoi amical  glomp

Pour commencer, voici un court extrait du règlement d'NRP :

Le règlement de NRP a écrit:[...] on va jamais te pénaliser sur l'écriture. On est pas l'Académie Française non plus.

(Tavu, c'était court gaga )

En résumé, on se fiche des fautes d'orthographe, de grammaire, de syntaxe, etc. Premièrement parce qu’on accueille des membres qui sont là pour découvrir le RP. Beaucoup de joueurs font leurs débuts de carrière sur NRP. Ils sont là pour pratiquer, pour s’exercer mais également et surtout pour s’amuser. Deuxièmement, parce qu’on accueille des membres dys qui n'ont pas besoin qu'on leur mette la pression. Troisièmement, parce qu’on accueille des membres dont le français n'est pas la langue natale (HELLO SIP 8D). Et évidemment, last but not least, on n’a jamais eut l’intention de faire primer la langue sur le jeu !


Les règles

Ton opinion a autant d'importance que celle de Marie-Paulette qui nous lit du fond de la salle sans rien dire (mais n'en pense pas moins). On ne demande pas d'auto-censure sévère, encore moins de t'auto-bâillonner. Garde juste à l'esprit que ton commentaire sera lu par beaucoup et attendu tout particulièrement par la personne qui aura écrit le texte que tu commentes. Songe que si cette personne est blessée, elle aura une vision négative de l'Interforum et n'y participera peut-être plus jamais. Et c'est pas ça qu'on veut  crai

On a déjà parlé dans le règlement général du contraste des couleurs et de la taille des polices utilisées. Inutile d'en remettre une couche dans les commentaires si certains participants en utilisent.

Si tu n'as pas lu un texte, quelqu'en soit la raison (le thème, le style, la forme), ne le dis pas, ce n'est pas pertinent.

De même, si tu n'as pas du tout aimé un texte, tu n'es pas obligé d'en parler. Il se peut qu'au final, le commentaire soit juste blessant et rien d'autre, même si t'as voulu apporter matière à l'améliorer.

Paix et amour, les gens ! Ce n’est qu’un Interfo, pas la Grande Ligue des Jeux Pluri-lympiques de la Galaxie 435. Sois toujours bienveillant dans tes propos et critiques. Le RP est un loisir, l’interfo aussi. Distribue des fleurs et des cookies, pas des leçons et des corrections en rouge dans la marge.


En bref
— Tu ne feras pas de remarque négative sur l'orthographe, la grammaire ou la syntaxe.
— Tu ne feras pas de remarque négative sur les couleurs ou la taille de la police.
— Tu ne diras pas que tu n'as pas lu un texte.
— Tu seras bienveillant dans tes propos et critiques.



En cas de problème

Cette édition vient avec une nouveauté : une modératrice attitrée. Ceux qui sont là depuis quelques Interforums savent qu'il y a eut du drama dans la passé. On va donc tester une nouvelle méthode (qui est vieille comme le monde, really). On espère que tu n'auras pas peur pour autant de poster un petit mot d'amour pour le texte de Gérard que tu as adoré Coeur

Nano. sera modératrice principale. Elle lira tous les commentaires, interviendra avec un petit mot gentil quand un commentaire lui semblera enfreindre les règles pré-établies ci-dessus.

Étant donné qu'en tant qu'invité, tu ne pourras pas éditer ou effacer un commentaire, il faudra prendre contact avec Nano. pour apporter les modifications demandées. En cas de silence, elle prendra les mesures appropriées.

De même, si un commentaire te blesse, mais que tu vois qu'il n'a pas été modéré, adresse-toi directement à elle pour en discuter. Ne reste pas dans ton coin, ne pars pas non plus en guerre contre l'auteur du commentaire.

Dans un cas comme dans l'autre, rappelle-toi juste que si Nano. ne répond pas tout de suite, c'est sûrement qu'elle mange des cookies dans un transat au soleil en caressant son chat et en lisant un bon bouquin. Ou bien elle dort wtf (wtf Nano. !) *fuit les briques envoyées par Nano.* Bref, elle a une vie, elle sera pas là H24. Mais elle sera là What a Face

Voici son id Discord : Nanouchka#1757

Si tu es trop timide, tu peux en parler aux admins de ton forum qui prendront contact avec elle pour toi pleased as punch

De plus, deux autres admins de forums copains seront là pour la seconder, histoire d'avoir d'autres avis dans la balance qui ne soient pas NRP-centrés. Ces deux personnes n'interviendront pas en tant que modérateur dans les commentaires, mais seront en lien avec Nano. tout au long de l'Interfo pour en discuter à 3 voix en cas d'hésitation ou de litige.
Il s'agit de Darkness [feu Fairy Tail - TND] et Fenrir [Spirited Away] qu'on remercie de tous nos cookies pour leur volontariat volontaire dans cette affaire doncookie


Sur ce... À vous les commentaires ! *555



Les commentaires ♥ 200424040511721281 Les commentaires ♥ 200424040511721281 Les commentaires ♥ 200424040511721281 Les commentaires ♥ 200424040511721281
Les commentaires ♥ 200424040511604206

Les commentaires ♥ Alyaa_12
Cadeau de Noël d'Angell o/
Anonymous
Stilgar [Es/Te]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 18 Avr 2021, 23:40
Il est tout à fait adapté (ou pas, en fait on s’en fout j’avais juste besoin d’une accroche pour commencer) que je poste le premier, je suppose.

Bonjour à tour, je suis Stilgar de l’Esquisse et Luna/Aylan sur Terrae et je propose un service un petit peu spécial, à savoir, le contrepied exact de tout ce qui a été dit auparavant. Sur votre demande et avec votre assentiment, je vais lire vos textes et déployer autant de mauvaise foi, de pinaillage idiot, de sel et d’acide possible. Le but est de produire une parodie de critique qui ne reflètera en rien mon opinion réelle, pour le plaisir de la déconnade. Que voulez-vous, à chaque édition on me le demande, qui suis-je pour refuser.

Voilà à quoi ça ressemble en détail :
1) Vous me contactez sur Discord, Stilgar#2008 et m’indiquez votre épreuve et votre texte.
2) Je vous lis, puis produis une destruction en règle, une distribution de taloches comme ça, gauche droite gauche droite et au milieu dans le pif. L’idée est de prendre des éléments qui ne sont pas vraiment des défauts (ou alors très mineurs) et d’en faire des caisses dessus. Si j’en parle, c’est que ça ne mériterait pas d’être relevé pour juger le texte, vous pouvez partir de là.
3) Je livre ensuite mon véritable commentaire, celui qui reflète ma pensée et qui est bien plus conforme aux règles édictées plus haut (auxquelles je souscris tout à fait bien entendu).
4) Je vous montre par MP le résultat final, soit les deux étapes précédentes.
5) S’il vous convient, je les posterai sur ce sujet.

Tout se fait donc avec votre consentement du début à la fin, rien de ce que je ne dis dans ma parodie de commentaire ne reflète mon opinion ou des défauts réels de vos textes. Et je suis bien entendu tout à fait disposé à recevoir un avis tiers de la modération nanite si besoin.
Anonymous
Stilgar [Es/Te]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Lun 19 Avr 2021, 18:32
Les gens svp j’avais pas prévu ça moi.

Suite à l’afflux considérable de commandes, je suis dans le regret de vous annoncer que Stilgar Corp. n’a plus de contrat de parodie de critique à distribuer. Seize textes à traiter ça fait un peu beaucoup, vous voyez. Si par quelque miracle j’arrive à faire les podiums sur les 6 épreuves (parce qu’en plus il y a ça, je vous jure les prochaines semaines vont être chargées) et à honorer vos commandes je repasserai vous proposer de venir, mais il ne faut pas trop compter là dessus.

Merci à tous ceux qui se sont déjà proposés et désolée pour les retardataires. ♥
Anonymous
Francisco de Angelis
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Lun 19 Avr 2021, 18:54
Hellow! ♥

J'ai évidemment pas fini de touuuuut lire, donc je vais probablement reposter ici (pardon le spamm)

Mais je me dois de sortir ça de mon cœur nuu

Melkus, Effie, votre texte pour l'épreuve #1 était tellement beau! En vrai c'est venu toucher une corde sensible, vous m'avez fait pleurer en masse (mais des bonnes larmes, je vous jure!), j'ai adoré vos plumes respectives, et je crois que votre binôme était un match fait par les dieux!

Bref je vous stan! Okay, love you, bye!
Rallumeuse d'Etoiles

Tes Personnages
Ses Personnages :
Ses Personnages Perso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8Perso 9Pico. Perso
Prénom & âgeLucie 27ansAsbjörn 32ansQI'tuy 214ansLyra 15ans
Nano. MondeX-menAventures du passéAlpha PerduChimère
AvatarLucieAsbjörnprenomprenom
Nanite Gourmande
Rallumeuse d'Etoiles
Messages : 643
Crédit avatar : AquaSixio
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Mar 20 Avr 2021, 22:52
Réputation du message : 100% (1 vote)
Yop, ici Piu[Te] ! Promis c'est le dernier forum sur lequel je m'inscris avant looooongtemps arrêtez du juger !
J'ai l'habitude de toujours chercher des points positifs et négatifs à chaque textes mais cette année, j'ai ni l'énergie ni le temps de me modérer pour que ce soit bienveillant ou argumenté dans mes points négatifs et positifs, alors j'vais pas livrer tout ça mais juste mes retours sur les textes que j'ai méga kiffé ! Par contre j'ai des petites notes sur tous les textes que j'ai lu (actuellement uniquement l'épreuve 6) et du coup je peux vous prouver que je vous ai lu, et que vous êtes lu, et que du coup vous êtes pas invisibles et que je vous aime. Si c'est pas logique c'est normal.

Pour l'épreuve 6 :

Dusk Lumiris : Sérieux. Ce texte. Il est top top top. J'peux pas dire combien je trouve qu'il est sincère et vrai. L'anhédonie à la suite d'un deuil, c'est tellement évident et pourtant tellement vu et revu... Ce texte aurait pu être cliché, il ne l'est pas, il est touchant, doux, amer. Très bien écrit. Approcher le deuil par l'anorexie c'est très bien vu ! Bref. Je l'aime. (et puis d'habitude j'ai toujours la méga-crainte que le premier texte posté soit bâclé, et là. BAH. Non. C'est juste trop bien !)

Penguin's Highway
: Je ne suis absolument pas capable de dire si l'usage et la description du maquillage est réaliste, par contre j'ai beaucoup ri en lisant.

Just Married
: Parle aussi de maquillage, j'ai aimé la chute subtile et adroite !

Ilukaan : Ce texte m'a excessivement perturbée parce que le perso principal, j'le connais, genre j'ai un pote c'est lui de A à Z. Du coup j'ai apprécié tout du long en me disant "awi trop l'genre de galère qu'il vivrait dans cette situation !"

Esquisse
: L'approche est vraiment intéressante, et j'aime bien le rendu. Perdre ses mots ça passe ienb !

Elysion : La progression dans le texte par période/souvenir est intéressante. C'est agréable de découvrir tout un personnage en un texte. J'aime la conclusion !

Terrae : gros parti pris, mais ARIA BB JTM.

Les Néréides : Simple et efficace. On n’en demande pas plus. Écriture accrocheuse. On rentre dedans comme dans du beurre et c’est assez court pour qu’on n’ait ni le temps de s’ennuyer, ni le temps d’en sortir… sans pour autant être trop court. J'ai vraiment beaucoup aimé ce texte !

Nano RP : j'aime beaucoup la forme de journal prise par ce texte qui dénote un peu avec le reste. J'ai bien aimé aussi l'objet de la perte et la chute !


"Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser"
Un urgentiste toulousain anonyme.


Lucie
: FB [x] Normal [libre] Express [libre]
Asbjörn : FB [libre] Normal [x] Express [libre]
QI'tui : FB [x] Normal [x] Express [libre]
Lyra : FB [x] Normal [libre] Express [libre]
Anonymous
Francisco de Angelis
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Jeu 22 Avr 2021, 18:28
Épreuve 2
Francisco de Angelis

Streamer sur Twitch et OnlyFans, Cisco est populaire grâce à sa laideur. Sorcier qui s’ignore, ses neurones ont la capacité de traiter de l’information super rapidement! À 1m91, avec une resting bitch face niveau légendaire, il fait tourner les têtes. Fan de jeux vidéo, ses connaissances auparavant inutiles deviendront son meilleur atout…


Penguin's Highway


Rellow! Je copie carrément Piu[Te], je veux aussi vous laisser savoir mon opinion vraiment pas très sérieuse des textes que j’ai lu, en ce moment j’ai fini l’épreuve 1!  nuu

Terrae & Just Married : votre texte était hilarant! J’ai un gros faible pour les situations improbables, et votre texte était pile poil dans mon genre d’humour. Étant gay moi-même, je dois avouer que c’est très satisfaisant de voir un personnage homophobe se faire un peu chier, quand même XD Merci pour ce contenu de qualité!  glomp

Spirited Away & Dusk Lumiris : J’ai adoré la fin de votre texte! BONNE FÊTE MAMIE Tout au long de l’histoire on se demande qu’est-ce qu’elles font, ce qu’il y a dans la boite… comme vous étiez en train d’écrire et de monter la tension, on aurait crû qu’elles allaient murder quelqu’un, MAIS NON. Bref, gros love~  clap

SnK Rebirth & Open World : Les noms de vos attaques!  mouahaha  Je! En vrai ça m’a bien fait rire, merci! C’était à la fois étrange mais aussi tellement réaliste si on regarde certains anime

Penguin's Highway & Joueur amical : C’est sûr que je suis biaisé, mais votre texte était tellement drôle et frais, et j’ai adoré que vous ailliez joués sur le fait qu’ils ne parlaient pas la même langue!   Bambou  

Néréides & Ilukaan : Votre texte intégrait je crois très bien les détails de vos univers, et j’ai adoré comment vous avez écrit les retours en arrière, comme des éclipses je dirais, qui imitaient les textes précédents. Je trouve que c’était un jeu stylistique admirable!

Kobe High School & Valoran's Battlefront : Vos personnages sont tellement différents! J’adore ce que vous avez fait pour les faire se rejoindre, c’était à la fois glauque et comique, et vote intrigue était très bien montée je crois! Pauvre Kawada, j’espère qu’il sera bien vivant demain quand même  scream

Ezylone & Lacrimosa : Comment Gandalf était trop horrible là XD Je trouve que la rencontre de vos deux univers était très intéressante, puis après je suis toujours gaga pour les histoires où une personne se fait prendre telle une princesse! Quel drôle de rêve ça fait pour vos personnages, quand même!

Esquisse & Elysion : Vous connaissez déjà mon opinion ♥ Merci pour votre excellent texte, qui fut un plaisir à lire!

Damned Town & Sword Art Online : Rosalia a les bonnes prioritiées dans la vie, faut sauver les mignons petits lapins!!! Casey qui doit gérer Rosalia, c’était chou quand même, et après votre aventure me fait penser à l’aventure solo de Aang et Zuko dans avatar et c’est définitivement un plus dans mon cœur!  clap

Avalone-Path of G. & Nano. Rôleplay : J’aime beaucoup l’approche que vous avez faits d’un biologiste qui veut étudier un dragon lambda sans trop se soucier du fait qu’il pourrait le squish si facilement! Je suis heureux de voir (ou avoir l’impression en tout cas) que vos personnages vont rapportés ces réflexions / aventures dans leur développement, enfin, je vous souhaite bonne continuation pour ça!


Voilà! C’était mes réflexions sur les texte de la première épreuve, bientôt je passe à la deuxième et je ferai la même chose  heya
Anonymous
Melkus
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Jeu 29 Avr 2021, 19:56
Mes commentaires pour l'épreuve 3 !

Épreuve 3 - Avalon-Path of G. & Open World
Le texte de Meuh est touchant avec un angle intéressant sur une figure de sirène. Les scènes dans la librairie sont particulièrement réussies du point de vue de la retranscription des sentiments. Celui de Hieronimus possède également un aspect émouvant et est remarquablement un écho du premier. Seul, il ne fonctionnerait pas vraiment mais dans cette association, il est agréable de voir l’astuce pour l’imbrication du conte mais aussi et plus finement, celle qui permet d’enchâsser les thématiques de la solitude, de la culpabilité et du désir de reconnaissance. Un ensemble cohérent et agréable donc.



Épreuve 3 - Damned Town & Dusk Lumiris
Le style précieux de Luke est agréable à parcourir, tout en permettant sans même connaitre le personnage de saisir tout son passé de noble démoniaque. Le duo d’un point de vue stylistique se rejoint d’ailleurs plutôt bien car l’écriture d’Arya a également un coffre littéraire certain. L’écho est bien pensé et cohérent avec cette double projection sur ce couple qui n’a rien demandé. Un phrasé propre et un récit qui fonctionne !



Épreuve 3 - Ezylone & Elysion
C’est une production d’une grande ambition ! Dans la première partie par Adamarys, j’ai apprécié le cadre de l’école et le rythme maîtrisé de la discussion entre la scientifique et les élèves. On avale les informations sans indigestion. Dans le texte de Loutre, il était très impressionnant de voir comment l’aspect document historique se mêlait habilement à l’idée d’un véritable récit fondateur, d’une fin d’épopée. Tant de temps manipulés à la fois dans vos textes pour un résultat aussi dense et cohérent, c’est une belle réussite.



Épreuve 3 - Ilukaan & Spirited Away
Avec Pénélope, on rentre assurément dans un univers. Sa personnalité ressort à chaque phrase, ce qui est très appréciable. Le récit est également bien mené avec un beau travail sur le mélange des tons. On retrouve plus ou moins les mêmes qualités avec Alessio. Le personnage est maîtrisé et son tempérament offre un contrepoint agréable avec celui de pénélope. Un ensemble agréable avec des personnages très humains.




Épreuve 3 - Kobe High School & Terrae
Deux récits vraiment parallèles. Il y a une certaine alchimie entre les deux styles qui rend l’ensemble agréable et fluide. Le thème est touchant et j’aime particulièrement la conclusion de Hisao assez surprenante. Un bon ensemble donc porté par une association fructueuse.



Épreuve 3 - Lacrimosa & Penguin's Highway
Il y a quelque chose de délicatement mystérieux et d’assez poétique dans le rêve décrit par Lisa. A cette douceur succède l’âpreté de Ljuban. Le contraste fonctionne dans ce duo songe-cauchemar et propose une déclinaison convaincante de ce rapport à la magie et de cette confrontation à la différence.



Épreuve 3 - Nano. Rôleplay & Esquisse
Le récit est dense mais la structure efficace ainsi que le style sobre et soigné parviennent à faire tenir le tout, tout en offrant un jeu de contrastes séduisants dans le texte d’Al. Avec Maiwenn et ce discours de la défaite, on a un angle plus intimiste qui conjugue parfaitement son registre pathétique avec les tonalités plus ironiques de son partenaire. Un ensemble amer bien ficelé.



Épreuve 3 - Néréides & Just Married
C’est un coup de cœur. Belladone et Maya sont des spectatrices qui si elles n’interagissent pas directement avec lui, font vibrer le monde qu’elles observent avec une profonde délicatesse. Je ne creuserai pas davantage, il n’y a pas à interpréter mais simplement à voir dans cette vitre poétique tendue gracieusement.



Épreuve 3 - SnK Rebirth & Sword Art Online
Pas évident de choisir un procès comme mise en situation quand on a aussi peu de mots. Mais le pari est tenu. L’équilibre entre les pensées des personnages, l’intrigue et les dialogues fonctionnent. Un bon ensemble qui n’avait pourtant pas choisi la voie la plus simple.
Anonymous
Melkus
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Ven 30 Avr 2021, 14:54
Les commentaires de l'épreuve 4 !


Epreuve 4 - Avalon-Path of G.
Il n’est pas toujours simple de donner vie à une scène d’action, en particulier quand on en veut en faire ressortir toute l’urgence. Le pari est ici réussi tant le texte se lit d’une traite et parvient par divers effets syntaxiques à bien faire ressortir la tension.

Épreuve 4 - Damned Town
Le style article est respecté et j’ai bien ri devant cette galerie de personnages qui ne cessait de s’étoffer. C’est léger, drôle et rythmé. Un excellent moment.

Epreuve 4 - Dusk Lumiris
Une écriture technique qui produit un contraste intéressant entre la trivialité du sujet et la préciosité du phrasé. C’est plaisant à lire et il faut noter toute la performance de tenir aussi longtemps sur un récit finalement très limité en termes d’action.

Épreuve 4 - Elysion
Un véritable poème en prose qui loin de faire de sa contrainte un ornement artificiel l’intègre aussi bien au récit, la perte du a d’amour, qu’à sa forme, où cet élément devient un ingrédient d’une poétique jouant sur les sons, les images et les nuances.

Epreuve 4 - Esquisse
C’est un petit bijou. Sur la technique déjà avec des vers d’une régularité racinienne, sur la densité référentielle où sont convoqués tant d’illustres modèles mais aussi sur le fond. La mise en abyme loin d’être un vulgaire artifice interroge et répond pleinement à la contrainte de l’écriture théâtrale imposée à un texte de rôliste.

Épreuve 4 - Ezylone
Contrainte pas évidente mais traitée avec brio. Le rythme haché entrainé par les phrases plutôt courtes sert plutôt bien le sentiment d’urgence, et l’écriture parvient sans problème à rendre concret l’univers naturel du cadre du récit.

Épreuve 4 - Ilukaan
Un ensemble amusant. C’est bourré de petites blagues, de détails bien trouvés, sans pour autant que la fluidité en soit limitée. Une parodie de reportage très sympathique.

Épreuve 4 - Just Married
Un récit assez complexe mine de rien et pas simple à structurer en aussi peu de mots. Le texte est très fluide et l’on avance avec plaisir aux côtés des personnages dans cette recherche. Les petits détails sur l’univers glissés ça et là sont sympas.

Épreuve 4 - Kobe High School
C’est un style brut de décoffrage. Le récit est drôle et très spontané. Un bon moment !

Epreuve 4 - Lacrimosa
L’idée est très originale, la narration nerveuse et le style épouse bien le ton d’un reportage en direct. Chapeau pour la présentation également.

Épreuve 4 - Nano. Roleplay
Le traitement façon presse à scandale est très réussi. C’est drôle d’un bout à l’autre, mention spéciale à l’interview.

Épreuve 4 - Néréides
Le cadre est très bien retranscrit que ce soit dans la description des lieux, des attitudes des personnages ou encore dans les dialogues. Un beau travail d’ambiance assurément.

Épreuve 4 - Open World
La personnalité du personnage joue beaucoup dans la réussite du texte. D’un bout à l’autre, tout le texte se dote d’une couleur singulière grâce à cela. L’ensemble fonctionne alors d’une manière parfaitement cohérente.

Epreuve 4 - Penguin's Highway
Une comédie animalière bien rythmée et plutôt inventive au niveau des péripéties. Les références à Koh-Lanta m’ont bien fait rire.

Épreuve 4 - SnK Rebirth
Le côté héroïcomique est très sympa. Chaque scène désamorce notre attente et le renouvellement des personnages et des situations, évite la redite. J’aime beaucoup.

Épreuve 4 - Spirited Away
Un joli sens de l’écriture au niveau des dialogues qui s’enchaînent très bien. Une sobriété bienvenue dans les descriptions pour un ensemble bien pensé.

Epreuve 4 - Sword Art Online
C’est très bien écrit. L’urgence est présente mais elle prend son temps. On peut profiter dans ce temps distendu des réflexions et des pensées du personnage, dans un style je le répète, tourné remarquablement. Si on ajoute à cela la contrainte … Bravo !

Epreuve 4 - Terrae
C’est vif, spontané et drôle. Les dialogues s’enchaînent dans une grande fluidité en mélangeant les tons et les niveaux de langue. A partir d’une idée toute simple, ne se privant pas de faire références à plusieurs reprises au sujet dans lequel elle s’inscrit, cette petite pièce se révèle une sucrerie piquante et joyeuse.
Anonymous
Stilgar [Es/Te]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Sam 01 Mai 2021, 02:22
Alors, mes petits chéris. Histoire de ne pas tout publier super tard, j’ai décidé de d’abord balancer ma fournée pour les épreuves 1, 2 et 3. Je me permets de rappeler ce que j’ai dit plus haut et/ou en privé :
- Toutes les personnes dont les meulages de textes vont être publiés ses ont inscrites au préalable, ont reçu ma production en privé et ont soumis leur accord pour la publication.
- Mes podiums ont été faits avant que je m’attaque aux textes, donc aucun risque que je sois biaisé de quelque manière.
- Il y a eu des éditions sur mes parodies après les avoir montrées à leurs commanditaires, mais elles ne concernent que des fautes d’orthographe, de syntaxe et de style de votre serviteur.
- Je ne prends hélas plus de commandes vu qu’il me reste quelque chose comme huit ou neuf textes à faire et j’ai mes limites.

Sur ces entrefaites, c’est parti.



Épreuve 1, Tresh & Keitô Heiki (VB & KHS) :

Bien bien bien mes lapins en chocolat.

On commence avec du lourd, du pesant, rien de moins chers amis que notre Tresh national. Son partenaire a accepté d’être inclus dans la distribution de gifles, alors c’est parti.

Ce RP sera orienté vers l'Horreur. Bien que nous fassions de notre mieux pour garder cela tout public, il est possible que certaines descriptions ou actions puisse choquer la sensibilité des plus sensibles
Il y a intérêt.

il était auparavant un Soldat au sein des îles Bénies qui, avant la Ruine
Alors, on va se calmer tout de suite sur les majuscules sinon on va pas être copains.

Ce mort vivant arpente depuis plusieurs siècles le continent à la recherche des âmes les plus résistantes afin de pouvoir exercer son hobby favori.
Son hobby. Imaginez Tresh à une coloc de nerds, un truc débile genre Big Bang Theory ou quelque chose comme ça.
– Treeeeeesh ?
Rires enregistrés
– Oui Michael ?
– Pourquoi est-ce qu’il y a trois camions remplis de policiers armés jusqu’aux dents qui encerclent la maison ?
– Alors, tu vas pas me croire mais…
– Et pourquoi est-ce qu’à la télé on montre des images d’un massacre survenu au centre commercial ?
Rires enregistrés
– Oh, ben tu sais…
– Non, pas encore, mais j’attends une explication, et dépêche-toi, le GIGN est en train de commencer à enfoncer la porte.
Rires enregistrés
– Hé bien, tu sais ce que c’est, depuis que Sharon m’a quitté…
– Oui…
– … je m’ennuie et tu m’as dit de trouver un passe-temps…
– Mm mm…
– … alors je suis allé au magasin que tu m’as conseillé, là, qui vend des figurines…
– D’accord…
– … et… hé ben c’était quarante-deux euros la boîte de cinq figurines en plastique, alors… j’ai tué tous les vendeurs, leur ai fait connaître mille souffrances, puis ai fait de même avec les clients et puis ben… comme en sortant il y avait une crèche à côté, euh…
– Non, ça va, pas la peine d’entrer dans les détails. Cette colocation ne va pas être facile si tu n’en fais qu’à ta tête Tresh !
Rires enregistrés

Dans un des petits salons se tenaient deux Invocateurs, encapuchonné et cherchant à cacher tout signe distinctif.
Probablement des sectateurs de Richenou.

- Thresh, tu es venu... je n'en doutais venant pas de toi !
C’est à dire qu’il n’a rien d’autre à foutre de ses journées depuis que Sharon l’a quitté.

Sur cette fin de premier post, on passe à Keitô…

Elle a parfois des rechutes où elle affronte des démons pour protéger le campus à l'aide du club des aventuriers et d'Excalibrush, la brosse à chiotte divine ! o/
… et autant dire qu’on va se régaler. Je vais vous laisser savourer cette phrase, même pas besoin de le commenter.

Oh ! Mais oui ! Je suis forcément en plein rêve abominable provoqué par la lecture d'un article au sujet du rituel de bénédiction de poupées en papier, qui porteraient chance et protégeraient des esprits maléfiques.
Attendez, je reformule : « Oh ! Mais oui ! Je suis forcément en plein rêve abominable provoqué par la lecture du scénario. »
Je sais qu’on a tous nos techniques pour arriver à faire à peu près 350 mots, mais là tu pousses un peu.

Raaah ! Le sol de l'école est dégueulasse et ça pue la mort ! C'était à qui de faire le ménage dans la salle ? Mauvais rêve ou pas, il va m'entendre si je le croise
Tu te ballades littéralement avec une brosse à chiotte, si tu planques les ustensiles va pas te plaindre que le ménage est pas fait.

Faut pas rigoler avec Excalibrush quand on est pas un gentil !
C’est pas gentil d’être méchant !

Ça et là, des corps divers jonchaient le sol mais tous avaient la même particularité : une étiquette ou une sorte de carte indiquant un nom suivi d'un chiffre et d'une lettre.
Ce qui nous permet de savoir comment ils sont morts : ils étaient dans une file d’attente à la gare SNCF du coin, avaient leur petit ticket d’ordre de passage en caisse, queue qui bien sûr tellement longue qu’elle s’est prolongée jusque dans cette école et ils sont tous morts d’ennui.

Ce bref moment de diversion fut suffisant pour qu'une paire de ciseau de couturier traverse ses tempes de part en part
ATTENTION TRESH LE SCÉNARIO IL VA TE RENTRER DEDANS  !

Need Lanterne = Jargon de gamer pour demander à Thresh d'envoyer sa lanterne
Il y a prendre les gens pour des cons et penser avoir besoin de leur expliquer ça, quand-même.

C'est alors que le Bourreau assista à une scène particulière : continuant leur course, les fantômes passèrent à travers le mur au bout du couloir, tenant toujours le Ionien qui, à cause de son enveloppe charnelle, fut envoyé a pleine vitesse contre le dit mur, dans un bruit d'os brisé et de chair déchiré.
Mais s’ils sont immatériels, comment ils ont pu porter l’Ionien (parce que oui on met une apostrophe) ? J’en demande trop ? Je sais, c’est un peu le principe.

« J'ARRIVE ! TIENS LE COUP JOHN DOE ! »
Tu expliques ce que veux dire « need » pas pas ce que veut dire « John Doe » (c’est un prénom cliché américain qui sert à donner un nom à quelqu’un sans qu’on connaisse son vrai nom, c’est comme si je disais Martin Dupont), qui est quand-même vachement plus obscur ?

Sans hésitation, je fouille ses affaires et tombe sur un carnet en piteux état. Une sorte de journal intime où il parle d'une enfant nommée Sachiko... Toutes les réponses se trouveraient sur des notes qu'il a cachées dans son local.
Alors je sais, c’est dur de faire une intrigue complète en dix posts, mais là on est sur le top niveau de la facilité scénaristique. Au moins tu pourrais prendre ça à la rigolade, comme un peu tout le reste depuis le début de ce RP. Genre « oh là là exactement les infos dont j’avais besoin c’est fou ». Ça ne rendra pas la ficelle moins navrante, mais au moins on rira avec toi, et pas de toi.

En le fouillant, le Bourreau trouva un portefeuille avec sa carte d'identité mais plus important, une moitié de poupée en papier, ressemblant trait pour trait au sien.
AH TOI T’AIDES PAS

Avis plus sérieux :
Tresh et quelqu’un venant d’un univers assez sympa et surtout très réaliste comme KHS, ça vendait du rêve. Summer a fait du super boulot dans le domaine, en étant à la fois assez déglinguée pour suivre le spectre géant dans ses délires à la Silent Hill et pour garder un point de vue un peu détaché (notamment avec les références à LoL). La fin en rêve de Summer aurait été un bémol, vu qu’utilisée jusqu’à la corde, mais elle est esquivée avec un certain brio. Et Tresh toujours au top et formidable à son habitude. Je trouve que t’as trouvé un bon équilibre entre la violence graphique, l’ambiance horrifique, le scénario, la progression narrative et l’interaction avec ton partenaire. Un vrai plaisir de le suivre et une découverte très sympa avec Summer.



Épreuve 1, Viktor (NRP) :

Le binôme de Pazou ne m’ayant pas donné son autorisation pour que je puisse la tailler (et je ne peux pas vraiment l’en blâmer), je ne vais, contrairement au texte précédent, ne m’occuper que de ce qu’a fait Viktor. Oui, c’est idiot, vu que c’est un mini-RP, et donc que la participation du partenaire est indispensable pour apprécier pleinement la participation. Vous avez raison de le penser.

Quoi, comment ça « et » ? Vous vous êtes crus où ici, chez Kaoren où tout a du sens et est justifié ?

Alors alors alors. Pazou, Pazou, Pazou. Pas une commande facile, vu qu’elle joue beaucoup sur l’humour, écrit particulièrement bien et a toujours un côté parodique. Or parodier la parodie, ça s’annule.

Encore ?! Ça commençait à bien faire, les téléportations au petit bonheur !
Déjà tu sais que ça va être un texte de nanite quand un truc comme la téléportation interdimensionnelle est traitée comme un ennui relativement mineur. Alors, comme on est avec un ingénieur aéronautique, je vais de mon côté jouer le rôle de l’hôtesse de l’air (et oui, vous avez le droit de m’imaginer en minijupe, c’est ce que ça implique) :

« Chers passagers, bienvenue à bord d’Air Rakis. Nous allons nous préparer au départ. Sachez que douze humoristes se sont fait seppuku en entendant le précédent jeu de mot, ce qui est une moyenne tout à fait acceptable. Nous allons entrer dans un texte de Pazou pour Nano-Rôleplay, aussi je vous demande de bien vouloir poser votre cerveau à gauche ou à droite et de prendre une bière. Bon vol. »

Voilà, la blague convenue, c’est fait, on peut entrer dans le vif du sujet.

- Eh ! M’dame ! S’vous plait !

Sprintant pour la rattraper, il s’arrêta tout essoufflé devant elle, les mains sur les genoux, puis leva les yeux.

- Waouh !

Ça c’était une paire de seins !

Ah, c’est ce genre de RP. Donc là mes amis nous allons entrer dans quelque chose de succulent : un RP où une nana joue un adolescent mâle en rut. Disposant moi-même de la faculté de produire de la testostérone, j’ai pu, dans la mesure de mes capacités, déterminer le réalisme des réactions de Viktor et… oui, c’est à peu près ça. À condition d’être dans un animé japonais où tout le monde fait des blagues d’une lourdeur pachydermique mais où personne ne couche ensemble. Ni même ne s’embrasse face caméra. Ni même ne se déclare sa flamme avant la septième saison. Oui il y a du vécu.

Il s’assura qu’elle ait compris avant de pointer le doigt vers elle sans la toucher (tapoter sa poitrine serait une très mauvaise stratégie, il savait au moins ça).
Hop, une petite tranche de malaise.

Mais là, alors que je lis le deuxième post de Viktor, un doute affreux me traverse. Deuxième post… Le scénario est pas encore là…

Alors que Viktor allait se lancer dans un grand numéro de mime, une petite voix flûtée s’éleva derrière lui, plaintive.
Non, attendez… Ce n’est quand-même pas…

Viktor suivit le mouvement, absurdement content que Lisa (très joli prénom) l’ait inclus dans le mouvement. Ils se dirigèrent vers le parc dont Viktor venait de sortir, la petite fille tirant avec insistance Lisa derrière elle sans jamais lâcher sa main. Mais ils n’allèrent pas beaucoup plus loin que l’entrée du jardin cette fois. La gamine s’arrêta au pied d’un châtaignier et leva la tête, pointant le doigt vers le feuillage de sa main libre.
Oh merde…

- Là-haut ! Vous la voyez ? Minou est tout en haut !
Les cons, ils n’ont pas osé…

Avec agilité, il s’enroula autour de l’arbre, progressant lentement mais sûrement vers les hauteurs. Et c’est là, une fois écartée la barrière de feuilles, qu’il découvrit enfin ce qui manquait tant à la gamine. Un… singe ?
Ah si si c’est ça.
La quête donnée par le PNJ, le thème de l’épreuve, c’est une gamine qui demande d’aller récupérer son animal de compagnie dans un arbre.
Plus nanite comme scénario tu meurs.

- J’ai rien cont’vous, hein, comprenez, reprit-il. Mais y s’trouve qu’la dernière fois qu’j’ai croisé des gens comme vous, ça s’est pas très bien passé pour moi. Alors j’dis pas qu’vous aussi vous voulez m’faire la peau, mam’zelle, vous avez l’air très gentille et tout ça, mais j’vais p’t’être rester là un p’tit moment.
Ah, on dirait que ça a mal été traduit du russe. Je la refais : « Dans mon pays, vous êtes considérée comme un séide de l’Antéchrist, mais vous avez de beaux seins, alors je vous suis. Peu importe où vous allez d’ailleurs. »

- Et euh... Maint’nant qu’la gamine est partie, ça vous dirait qu’on passe un peu d’temps ensemble, mam’zelle ? Hum… Entre adultes ?
Je n’ai pas besoin de faire de remarque, elles se fait toute seule.

Avis plus sérieux :
Lourd, lourd texte comme d’habitude avec Pazou. Dans un style très neuf, c’est la première fois qu’elle nous sort le Viktor en interfo, avant on avait sa chouette insupportable. (Là, à la place, on a un gamin insupportable. C’est mieux.) Il y a vraiment beaucoup de choses biens dans ce mini-RP. Déjà, détourner le thème de la sorte, c’est un peu osé et très réussi. Ensuite, ce qui est la preuve que les dieux existent et qu’ils se soucient des mortels, on a un RP où des personnages d’univers différents parlent des langues différentes et se comprennent à peine en conséquence de quoi. J’ai aussi bien aimé la prestation de Lisa. Première fois que Penguin’s Highway participe il me semble, hé bien c’est un départ réussi de mon point de vue. Je regrette juste que la fin ait été un peu rapide, peut-être un peu expédiée.



Épreuve 1, Arndt & Aki (SNK) & (OW) :

Vous savez, je vous l’ai dit, pour faire ces parodies, d’abord je lis une épreuve, je fais mon podium, puis je m’attaque aux commandes faites sur cette épreuve. Et donc, ayant fini les deux précédentes sur la 1, je suis allée voir quelle était la dernière commande de ma liste.
Et là j’ai fait :
« Ah.
C’est ce texte. »

Hé bien, c’est parti pour ce texte.

J’espère que vous êtes bien calés. Ça va être sportif.

Un homme d'action : voilà ce qu'était le grand Arndt Kandle (pas besoin de demander comme se prononce Arndt, parce que lui-même, ne sait pas.)
Ça annonce la couleur.

Un fort gaillard. Robuste comme un tronc de saule (c'est robuste le saule ?), imperturbable comme les torrents et les rivières, le visage dur, l'aura mystérieuse.
Voilà, alors vous savez, là c’est le moment où je devrais me moquer du style de l’auteur, de sa prose exagérément homérique, de ses figures de styles bateau et de sa pompe un peu navrante, mais en fait, Helki le fait à ma place. Genre. Laisse-moi faire mon boulot oh ?

En somme, on peut faire à peu près tout ce qu'on veut dans quatre mondes permanents : Vardenberg, Divinadell, Montréal et la Station 42.
Montréal, un univers à part. Alors, oui, mais de là à lui accorder un espace-temps rien qu’à elle, je ne sais pas.

Aki Todo est un mercenaire de 28 ans, d’originaire de Vardenberg, il maîtrise le pouvoir du vent, il utilise son bâton pour lancer les attaques. Il gère un salon de thé.
Voilà, pareil, Darkness (la personne qui joue Aki on s’est compris) fait les blagues à ma place. Avant même que j’y pense. C’est chaud, quoi. Un mercenaire qui gère un salon de thé, ça donne le ton sur le niveau de sérieux de ce perso et de ce RP.

Aki était un ours fort, intelligent, sérieux, appliqué, mais il fonçait sans se poser de question quand la colère atteint son seuil limite !
Alors, d’accord, mais est-ce qu’une phrase d’introduction serait trop demandé ?

"Roi-Sorcier-Poulpe Zankoku est injuste, il torture et tue des animaux. C'est le destructeur de monde..."
Ça j’adore. « Méchantox de Méchant a refusé de payer le parcmètre, il faut le stopper ! Ah et aussi il a génocidé trois continents. »

Le mercenaire était content qu'Arndt fût un homme d'action, même s'il avait l'impression qu’il ne réfléchissait pas trop.
Quand le bourrin du groupe dit que t’es con, c’est que t’en tiens une des couches les plus gratinées de l’histoire des courgettes et des macaronis.
Oui. Parce que…
Les gratins…
C’est souvent aux courgettes ou…
Aux… Bref. Leur connerie est contagieuse, je crois bien. Écoutez, je vais laisser traîner une alarme quelque part, si à force de lire leur texte qui repousse à chaque ligne les frontières de la stupidité je me mets à atteindre leur niveau de navrance, elle devrait sonner.
À travers un texte, oui.
Écoutez, mettez-y un peu du vôtre aussi. Je sais pas, ouvrez vos chakras et dans vos cœurs vous entendrez une alarme à stupidité sonner à un moment ou un autre.

L'objectif ? Arrêter le mal.
Pensez à prendre du papier PQ en rentrant.

Il pointa alors son arme en direction des ennemis. Pour les défier. Pour leur montrer son intention de passer. Il n'était pas effrayé... mais il n'était pas effrayant non plus, hein. Mais dorénavant il avait un but. Et comme dirait l'OM, droit au but.

« Technique de l'école Hokushi Ryokamatarashi Bayumeri Kabané. Rupture des douze liens célestes des lotus infernaux des quatre points cardinaux sacrés de l'étoile de la Grande Ours. Découpage multilatéral ! »

Beaucoup de choses à dire dans ces quelques lignes. D’abord, la première qui me vient à l’esprit, quelque chose, oh, je ne sais pas, quelque chose qui sonnerait comme, voyons…
AAAAAAAH AU SECOURS C’EST SI NUL SORTEZ-MOI DE LÀ MON CERVEAU NE PEUT PAS ENCAISSER AUTANT DE NULLITÉ NULLE D’UN COUP ET EN PLUS JE ME RÉPÈTE SI C’EST PAS UN SIGNE QUE MES FACULTÉS MENTALES SONT ASPIRÉES DANS UN TROU NOIR AAAAAAAAAH
Un truc du genre.

Il s'approcha des lézardes répugnant
En première lectu—

- Oh vive le Vent ! Oh vive le Vent froid, du Printemps, d'Été et d'Automne, donnez-moi vos forces. Épées du vent de la mort qui tue !
Hum. Je disais. En première lecture, je me suis d—

Une telle attaque avait de lourdes conséquences sur le corps et la santé de celui qui lançait une telle attaque. C'est pourquoi il fallait tant de prérequis... ou une bonne mutuelle avec un remboursement intégral avec un reste à charge zéro. De plus, il possédait d'autres techniques aussi complexes que dévastatrices comme la Rotation boréale des six piliers majestueux de la grande fournaise.
… Vous voulez bien me laisser deux secondes ? J’essaie de faire une remarque, là.
Merci.
Donc, je me suis dit que c’était une faute. En fait, ça devrait être « des lézards répugnants ». Mais à force, je ne suis plus sûre. Ça me semble tout à fait être le genre de ces deux glandus de tabasser des fissures dans le mur.
Voilà, ma blague est faite, c’est à vous. Ah ben oui c’était de la merde mais comment vous voulez en rajouter après ces deux-là, aussi.

« On entre discrètement et on trouve le roi... » Arndt s'adressait autant à lui-même qu'à son ami d'infortune.
Bah on s’en fout du scénario, vous-même vous vous en foutez, remettez des répliques nulles !

- Désolé, je n'étais pas discret en défonçant la porte... Sinon l'odeur n'est pas discrète, ça pue l’œuf moisi...
Voilà par exemple !

- Tu as osé le tuer, on va te transformer en omelette !
Très bien ça !

« Décidément, les temps comme les œufs... sont durs. »
Non là par contre ferme ta gueule.

Il sortit son bâton en le faisant tourner pour envoyer un tourbillon de vent qui créa une fissure sur la coquille du monstre. Ce dernier avança, alors Aki ferma les yeux en tapant son bâton sur le sol avant de s’écrier.

- STAVARDIVONT ! TONRADO ÉCRASE-TOI !!!

De même, je me suis dit : en fait, il veut dire « tornado ». Mais COMME SI Aki passerait à côté de dire « ton radeau ». Hein.

Avis plus sérieux :
Alors, c’était nul, mais j’ai rarement lu un truc nul aussi génial. Les deux personnages sont stupides (ma préférence, je suis obligée de l’admettre, va quand-même à Arndt), leurs réactions n’ont aucun sens, l’intrigue tient sur un timbre, même par rapport à un mini-RP qui a en général un scénario assez court, aucune réplique ne va, etc. En somme, tout est parfait et le projet a été une réussite totale. Mes félicitations, on tient là une de mes participations préférées pour l’épreuve 1.



Épreuve 2, Svel (Lacri & NRP) :

Vous savez, je suis une personne simple. Quand je vois une ambulance, je ne peux pas ne pas sortir toutes les armes automatiques à ma disposition et vider quantités de chargeurs dessus. Les petits plaisirs simples, de la vie, tout ça.

Sur ce, commençons.

Une résistance s'est créée, dont le réseau le plus développé est la Ligue Révolutionnaire, ou LR.
Avec comme membres éminents Nikolaï Sarkozynski, Eduard Filippov ou encore Natasha Kosciusko-Morizovna ?

ce mouvement constamment démantelé a bien du mal à rester efficace.
Toujours comme LR et la lignée de partis dont il est issus, qui changent constamment de nom est ont du mal à être efficace aussi.

Svel, jeune médecin moscovite, lui-même zootrope, a intégré la résistance.
Très bien, alors à partir de maintenant, ce sera les aventures de Laurent Svauquiel. (Peut-être un des pires jeux de mot de ma carrière, mais je vis avec.)

Il a développé la faculté d'imitateur de l'oiseau, et à l'instar des corbeaux, s'est entraîné à imiter les sons humains.
Un peu comme le vrai LR qui imite ce que jacasse le RN pour lui soutirer des électeurs.

"Son nom est Ivan" : pour comprendre le traumatisme de Svel
Probablement s’être fait pincer par le fisc. Allez promis, juste une dernière blague politique après même moi ça va me gonfler. On est pas sur France Inter ici. Ah, ben voilà, je l’ai faite.

Alors, sur ce, on commence. Un premier post tranquille, le piaf se lustre au calme, mate les passants, remarque un furry qui passe et ne se dit pas immédiatement qu’il doit y avoir une convention d’animés dans le coin mais plutôt qu’un autre de ses compères zootropes est en train de se balader comme ça au calme, ce qui est somme toute peu prudent. Un peu comme sur 4chan, mais passons.

L'oiseau bénéficiait d'un meilleur point de vue que les hommes condamnés au sol.
C’est tellement pompeux, c’est incroyable. Tout ça pour dire qu’il vole.

Issi, issi !
Euh… Pératrice, pératrice ?

Je vais aller aux enfers pour cette blague. Tantale, Sisyphe, poussez-vous j’arrive.

Enfin bref, donc ils échappent aux gardes sans trop de problème et commencent à tailler une bavette.

L'oiseau tressaillit. Les yeux d'un prédateur. Ses ailes esquissèrent une fuite, son esprit humain le fit rester.
Oui, parce que du coup son partenaire est une manticore et ressemble à un homme-chat. Après, le RP se serait fini plus tôt, mais à la place de Berlioz j’aurais bouffé Svauquiel direct. Pourquoi ?

Dans cette rue déserte, il observa son compagnon. Lui ne touchait pas la neige mais accompagna ses cabrioles de sons flûtés et joyeux.
Voilà pourquoi. Une excellente idée de pépier comme n’importe quel piaf en rut quand on est poursuivi par les keufs.

La voix était autre. Cette fois, bien humaine. Mais parler paraissait une épreuve tout aussi difficile. Les mêmes yeux argentés, trop clairs, fixaient son compagnon qui le découvrait... différent. Nu comme au premier jour, le jeune homme était assis de manière à dissimuler son intimité, tentant de conserver un semblant de dignité
Autre excellente raison de bouffer Svauquiel : il t’emmène dans un tunnel isolé, puis dans une pièce sombre au fond d’un escalier mal éclairé, tu descends et paf, tu te retrouves avec un grand Blanc à poil qui te mate. Il y a beaucoup trop d’histoires ayant commencé comme ça qui se sont mal finies.

Et je suis désolée, mais je DOIS citer Berlioz :
Au bout du tunnel, du calme. Le calme, enfin ! La matière blanche sur le sol était immaculée, douce et tendre, crissant sous ses pas.
Non parce que, il aide pas, là. Je ne veux pas savoir de quelle matière blanche tu parles.

Il faut... Il leva la main, touchant le duvet des oreilles noires et violines. En un instant, il sembla se perdre dans cette sensation, le regard ailleurs. Doux…
Oui, puis après tu toucheras à un autre de ses duvets, hmm ? Bon ok, promis, dernière blague de cul, on est pas sur… France Inter, toujours pas.

Je me demande pourquoi s’être transformé en mec, soit dit en passant. Il parle pas mieux que le piaf et a visiblement l’équilibre d’un mec bourré en fin de soirée :
Il recula sur ses jambes devenues incertaines, et prit appui contre un mur.

Il se détendit bientôt, trouvant réconfort et chaleur dans cette étreinte impromptue, aussi inattendue pour lui qu'elle ne l'était pour son compagnon.

J’avais dit que je n’en ferai plus mais tu aides pas là.

Drr... Koa Kao. Drr... ... Drr... Drr... Kao.
… ren ? (Ceux qui comprendront comprendront.)

Avis plus sérieux :
Beaucoup de bonnes choses. Déjà, le fait d’avoir abordé la différence de langue entre entre les personnages, chose que je vois trop rarement. Ensuite, le thème a été légèrement tordu : c’est plus Berlioz qui doit être protégé qu’autre chose et ça s’inverse vers la fin, ce qui est assez inattendu, plutôt bien vu et non sans une certaine originalité. Après, j’aime bien ce que Lhûn a fait avec son Svel et il y a pas mal de passages vraiment beaux. Berlioz tient lui aussi tout à fait la route. Le rythme très posé permet de créer une certaine atmosphère qui, c’est assez rare pour être signalé, est adoptée par les deux partenaires avec une certaine uniformité. Ce qui est une qualité : souvent, d’un binôme à l’autre, le ton peut changer du tout au tout, ce qui est parfois un avantage et parfois un défaut. Ici non, vous vous êtes mis d’accord, avez produit quelque chose de très cohérent et je ne peux pas ne pas saluer l’effort.



Épreuve 3, Maya (JM) :

Vous savez ce que ça veut dire, tendre le bâton pour se faire battre. Hé bien, il y a le niveau au-dessus : être Pikaha qui me propose de m’attaquer à son texte.

elle préfère laisser son esprit errer dans son monde imaginaire plutôt qu’interagir avec ses pairs.
Ce qui fait d’elle une piètre joueuse de poker.

Je commence comme ça, sur une facile, histoire de se mettre en jambe.

Pluie d'argent n'est pas mortelle.
Ça dépend de ce qu’on entend par pluie d’argent. Si c’est pluie d’argent liquide, sa température de fusion étant aux alentours de 1000 °C, si, c’est mortel. Si tu parles de pluie de morceaux solides d’argent, alors déjà il faudrait parler de grêle d’argent, ensuite, ben ça reste des tas de cailloux qui tombent du ciel, donc ça peut l’être. Si tu parles de pluie de pognon, là c’est l’économie qui s’effondre et ça a tendance à coûter des vies. Pourquoi je fais monstrueusement chier en étant bassement littéral sur une figure de style ? Hé bien, parce que, pluie d’argent ? Ça veut dire quoi ? En vrai ?

C’est sur cette pensée que tu tends ta main
AH
AH TRÈS BIEN
C’EST DONC UN TEXTE COMME ÇA
TRÈS BIEN TRÈS BIEN
DE LA DEUXIÈME PERSONNE AU CALME POSÉ DANS TON CANAPÉ SANS PRESSION À PART PEUT-ÊTRE SI ÇA FAIT ALLUSION À LA BIÈRE CALÉE ENTRE TES CUISSES
PAS DE SOUCIS
ENFIN SI EN FAIT BEAUCOUP
MAIS C’EST PAS GRAVE
ENFIN SI EN FAIT ÇA L’EST
MAIS ON VA CONTINUER

C’est sur cette pensée que tu tends ta main devant toi, la soustrayant à l’abri que t’offre ton parapluie.
Fiou, qu’est-ce que c’est pompeux. Là elle tend juste sa pogne pour vérifier s’il pleut toujours, concrètement.

Puis après on a cinq lignes, je ne déconne pas, de Maya qui traverse un passage piéton. J’ai hâte de lire le récit en douze tomes de Maya qui ouvre une porte, ou l’épopée en deux mille vers de Maya qui mange un sandwich au jambon.

Deux enfants se tenant par la main te bousculent, faisant tomber ton smartphone et tu crois percevoir sur leurs visages rieurs l’écho des sentiments que tu partageais avec ton “amoureux” au même âge. Tu souris, attendrie et après avoir ramassé ton appareil, tu commences ta visite.
Personne ne réagit comme ça. Voilà comment les gens réagissent :
« HÉ BANDE DE PETITS COUILLONS ÇA VA BIEN DE BOUSCULER LES GENS TAS DE MERDEUX J’VAIS VOUS APPRENDRE MOI ATTENDEZ VOIR »
Ou alors c’est juste moi, je ne sais pas.

les chemins marqués par des LED au sol
Des DEL. Diodes électro-luminescentes. LED c’est le terme anglais. Ah non c’est tout, c’est juste une faute que je vois régulièrement et des fois, des fois j’ai juste envie de faire remarquer un truc comme ça sans le sertir d’un commentaire acerbe.

Retrouvant ton innocence d'antan, ton regard s’attarde sur elles.
Étant donné qu’on a un personnage qui souris quand on la bouscule, pour qui traverser la rue est une aventure et qui doit vérifier s’il pleut en tendant la main hors de son parapluie, ça va, Maya est toujours innocente. Et l’autre sens d’innocent, hein.

Un instant, tu te demandes si tu n’aimerais pas vivre ainsi
Comme une méduse, donc, vu qu’elle est dans un aquarium et regarde des méduses. Hé bien écoute, sur une méduse, l’anus et la bouche sont le même trou, donc ma foi, si tu veux. J’ai envie de dire, au moins quand tu diras de la merde tu n’auras pas à t’en excuser.

L’humeur aussi changeante que la météo
On est passé de mélancoliquement nostalgique à nostalgiquement mélancolique, donc une chose est sûre : l’action ne se passe pas en Bretagne, où il fait beau plusieurs fois par jour, comme on dit.

passerelle pellucide
Soit transparente. Il fallait le trouver. J’ai vérifié, il n’y a les mots transparent, translucide ou des équivalents nulle part, donc ce n’est pas pour éviter une répétition, c’est juste pour se la péter. Écoute, moi j’dis rien, ça m’ébaubis juste un poil de voir ça dans un texte qui n’avais jusqu’ici pas un registre exceptionnellement technique ou soutenu.

Avis plus sérieux :
Je ne peux pas ne pas dire que j’ai du mal avec la deuxième personne, c’est comme ça. Mais si on met cet élément de côté, il y a beaucoup de choses très appréciables dans ce texte. Le fait notamment de décrire en plusieurs phrases des actions simples permet de comprendre l’anxiété du personnage avec un habile point de vue interne. Le ton très posé est franchement agréable sans être ennuyeux, ce qui est en tour de force en soi. La scène de découverte de la sirène est très belle et je vous invite à aller la lire par vous-même. Pour un avis plus général sur l’écho, celui-ci est assez simple : c’est la même scène décrite de deux points de vue, celui de la sirène et celui de Maya. Mais il s’y cache un élément de symbolisme intéressant, vu que la scène pourrait être une sorte de rêverie (mais pas un rêve pour autant) des deux côtés. Un parti pris somme toute classique mais très bien réalisé et plus subtil qu’il n’y paraît.



Épreuve 3, Naja (OW) :

Alors là on est plus sur de tir sur ambulance, mais sur du tir ami. Un registre sensiblement différent. Mais qui aime bien châtie bien. Et j’aime beaucoup Meuh. Alors prépare-toi ça va saigner.

Naja est un esprit de l’eau (aussi appelé "être de l’eau")
Ah, tu m’en diras tant. Heureusement que cette précision est là, sinon on allait pas comprendre.

capable de manipuler l’eau et la générer
Tiens donc, venant d’un élémentaire de l’eau, je ne m’en serais pas douté de ça !

Elle peut également prévoir la météo
C’est donc une grenouille dans un bocal. Mais comme tu as choisi Sakura de Naruto (mais si vous savez, la geignarde aux cheveux roses) pour la représenter, de deux choses l’une : ou on doit imaginer Sakura dans un bocal, ou on doit imaginer que Sakura est en fait une grenouille. Quand elle embrasse Sasuke (du moins je suppose qu’elle le fait, j’en sais rien j’ai jamais vu la série), ça doit avoir un goût particulier.

Elle a vécu toute sa vie dans l’océan
Pour un esprit de l’eau, on peut dire que ça coule de source.

Comme tous les vendredis, Naja se rendit dans le café de son ami Michel
Michel, Michel… ce Michel  ?

elle comptait lui rendre la pareille d’une façon simple au premier abord, mais qui lui demandait pourtant beaucoup d’efforts.
Vous pensez à ce que je pense ? Pas besoin d’avoir inventé l’eau tiède pour savoir comment ça va finir, cette histoire.

Pour te remercier Michel, cette fois c’est moi qui ait une histoire à te raconter.
Roooh. Pas drôle. J’avais une autre idée en tête, moi. Enfin bon, ma blague ayant été douchée, on peut passer à la suite.

alors qu’elle se plongeait dans son récit.
Pour un esprit de l’eau, ça fait ton sur ton. Ou plutôt thon sur thon. Ouais je sais, toutes mes vannes tombent à l’eau.

Il était une fois, il y a fort fort longtemps, un esprit de l’eau qui vivait dans les mers d’Asie. Cet être de l’eau avait une silhouette presque humaine, mais était complètement composée d’eau, ce qui la rendait indiscernable sous la surface. Elle vivait ainsi sous la mer, entourée par les poissons et autres créatures qui la peuplaient.
Donc là c’est bien, parce qu’en plus de te répéter à chaque phrase, tu nous recopies quasiment mot par mot le HRP. Mais du coup. À quoi sert le HRP  ?

Prise d’un besoin de changer d’air, c’est en remontant à la surface
Ah oui, quand tu dis changer d’air, c’est carrément changer de milieu dans lequel tu respires. La vache, il faut faire gaffe avec les expressions avec toi. Si tu dis que tu y mettrais ta main au feu, t’es foutue de le faire pour de vrai histoire d’avoir un casse-dalle pour demain à bonne température, aussi ?

Naja continua son récit, le regard toujours perdu dans le vague
Dans la vague, plutôt.

et à la fois emprunt
Non, embruns.

Lorsque l’eau de son corps entra en contact avec la main de cet homme, l’être sentit sa chaleur se diffuser dans son corps.
D’accord, donc Naja devient de l’eau chaude. (Je viens de remarquer, mais Naja. Nagea. Si tu fais les blagues à ma place…) Sachant qu’elle enlace le corps nu et musclé d’un homme, c’est à prendre aussi littéralement que possible.

Soulagée, elle lui intima de la suivre, pour lui faire découvrir son habitat.
Oui, le fameux « viens chez moi j’ai une bouteille de vin et Netflix », on connaît la suite.

Terrée sous la surface
Être terré sous la surface de l’eau… Est un certain concept.

En cette nuit de tempête, tout en elle bouillonnait
qu’est-ce que ça signifie, ça ? Qu’il est temps de mettre les pâtes pour qu’elles cuisent.

Il est dit dans la légende que, rongée par la solitude, l’esprit de l’eau a tant bien que mal essayé de réitérer l’expérience et que les échecs se sont accumulés.
Donc là, Naja avoue être non seulement une tueuse en série, mais d’avoir tué des tas de gens parce qu’elle est trop conne pour savoir ce qu’est un système respiratoire ! C’est… oui, bon, pourquoi pas.

Ce jusqu’au jour où un autre esprit de la nature l’a rencontrée, lui expliquant la dualité entre ses intentions et ce qui s’était passé.
Non mais arrête, fais-lui juste un cours de biologie niveau primaire.

Avis plus sérieux :
J’ai bien aimé. Le style est tout à fait correct et adapté à une sorte de récit qui est un conte et une autobiographie déguisée. On a une sorte de sirène scandinave qui, comme les sirènes grecques (qui elles sont mi-femmes mi-oiseau), attire les marins par leurs chants pour les tuer, mais le parti pris ici est très intéressant, vu que ça présente ces meurtres comme des accidents, issus de la curiosité de la créature. Plus une affaire d’incompréhension que de malignité donc, ce qui est bien vu et bien exécuté. Et ensuite, avec Hiéronimus, son compagnon d’écho, on a le point de vue inverse, venant d’un humain, mais avec à peu près le même propos : c’est une daronne qui raconte l’histoire des sirènes scandinaves à son fils et lui explique qu’elles sont dangereuses mais surtout incomprises. Une forme d’écho plus sur le fond qui est intéressante et assez originale.
Anonymous
Melkus
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Sam 01 Mai 2021, 19:55
Épreuve 5 - Avalon-Path of G.
Le texte est bien écrit et l’aventure proposée tient la route. La morale finale est également intéressante et permet de donner une cohérence à l’ensemble. C’est pas mal du tout et agréable à lire grâce à un rythme bien pensé.

Épreuve 5 - Damned Town
C’est un mélange étonnant. A la douceur et au calme du début du texte s’enchâsse un récit de métamorphose et une course poursuite. L’écriture fluide permet de lier l’ensemble et offre un résultat agréable et déconcertant.

Épreuve 5 - Dusk Lumiris
Mimiqui est un pokemon à l’histoire très émouvante. C’est une bonne idée de l’avoir prise comme sujet. Le texte est émouvant et rend plutôt bien hommage à la langue que l’on pourrait imaginer être utilisée par Mimiqui.

Épreuve 5 - Elysion
Le texte est très bien construit. En plus de cela, il faut ajouter la sensibilité de l’écriture qui tout en offrant un angle plus intime à notre perspective sur le personnage, ne nuit aucunement à la densité du récit.

Épreuve 5 - Esquisse
La pensée tâtonnante du personnage est très plaisante à suivre et apporte une véritable originalité à l’ensemble. De la même façon et malgré la brièveté de l’exercice, la structure parvient à nous surprendre. Point également positif, la froideur du personnage qui permet un développement très différent de la manière dont le sujet a été le plus souvent traité.

Épreuve 5 - Ezylone
On est assez proche du conte ici. Le cadre est bien exploité et la structure bien huilée fait qu’on ne s’ennuie pas d’un bout à l’autre. Un bon moment pour le lecteur, moins pour la princesse.

Épreuve 5 - Ilukaan
Un petit épisode sympathique de la vie d’un professeur de soins aux créatures magiques. Clairement, on aurait pu retrouver un récit de ce type avec Hagrid. La progression est amusante et on retrouve bien exploité les éléments de l’univers de Rowling.

Épreuve 5 - Just Married
En bon amateur d’univers médiéval-fantaisie, j’ai apprécié le cadre proposé. L’aventure héroïcomique est plaisante à suivre avec une conclusion toute mignonne.

Épreuve 5 - Kobe High School
Entre le docteur Dolittle et un shonen, la naissance d’un lien peu commun. Le cadre est agréable, la rencontre touchante, on passe un bon moment dans l’ensemble.

Épreuve 5 - Lacrimosa
Une relation touchante pleine de contrastes et de mystères entre un vampire et une lueur. C’est bien écrit, très fluide et il y a vraiment un je ne sais quoi, qui amène le sentiment d’avoir manqué un détail. Cette petite touche d’indéfini confère au texte une saveur singulière.

Épreuve 5 - Nano. Roleplay
Loin de l’univers des zombies, un oiseau agaçant. Le duo est amusant à suivre et ce mélange de comique et de tendresse rend l’ensemble très mignon.

Épreuve 5 - Néréides
Ma prof de théâtre m’a dit un jour que lorsqu’on est bloqué pendant un exercice d’impro, il ne faut pas hésiter à jouer la carte méta. Ici, le joker est plutôt bien utilisé. La discussion est amusante et finalement plus profonde qu’on ne pourrait le penser au départ.

Épreuve 5 - Open World
Le texte est plutôt émouvant et malgré sa densité demeure toujours fluide. On passe un bon moment au cours de ce petit intermède temporel.

Épreuve 5 - Penguin's Highway
Un récit comique et plutôt inventif ! Le burlesque de l’ensemble est déjà efficace mais il faut ajouter à cela une chute réussie et le fait d’être parvenu à placer quelques détails sur le personnage, pas si évident que ça à insérer.

Épreuve 5 - SnK Rebirth
C’est drôle et tout mignon sur la fin. Venant d’un tel univers, l’étonnement est de mise ! Le mystère est préservé jusqu’au bout permettant la réussite de l’ensemble et on en ressort avec un petit sourire.

Épreuve 5 - Spirited Away
C’est beau. L’écriture est dès le départ touchante et précise mais il faut saluer également les quelques trouvailles qui la personnalisent encore davantage, rendant hommage à son narrateur particulier. C’est un joli moment tendre et poétique. J’aime beaucoup même si je demeure dubitatif quant au nom du canidé.

Épreuve 5 - Sword Art Online
Choisir une narration à la deuxième personne, ce n’est pas une mince affaire. On fabrique à partir de cet angle de la distance vis-à-vis du personnage pour créer une intimité avec le lecteur. Ici, ça fonctionne et le rythme irrégulier amène une poésie supplémentaire à l’ensemble.


Épreuve 5 - Terrae
C’est drôle, bien rythmé et au final assez inattendu. La progression est également réussie car parvenant constamment à maintenir la fraîcheur comique de l’ensemble.
Rallumeuse d'Etoiles

Tes Personnages
Ses Personnages :
Ses Personnages Perso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8Perso 9Pico. Perso
Prénom & âgeLucie 27ansAsbjörn 32ansQI'tuy 214ansLyra 15ans
Nano. MondeX-menAventures du passéAlpha PerduChimère
AvatarLucieAsbjörnprenomprenom
Nanite Gourmande
Rallumeuse d'Etoiles
Messages : 643
Crédit avatar : AquaSixio
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Sam 01 Mai 2021, 21:06
Réputation du message : 100% (1 vote)
Coucou de nouveau PiuTe,

Merci de tes commentaires Melkus ils font très plaisir ! (je les fait parvenir aux terraens et à ceux que je connais de l'interfo et du coup je me permets de te remercier pour le plaisir que tu leurs fais !)

Je commente aujourd'hui l'épreuve 2. Franchement tous les duos marchaient plutôt bien c'était un régal ! J'en ai lu une bonne partie en temps réel, et ça a donné encore plus de saveur !

Ilukaan & Just Married
: Le rythme donné dès le début, le choix de l'interaction via un jeu vidéo, l'humour des deux côtés, le féminisme bien senti, les rôlistes. Voilà tout ce qui fait de ce RP une pépite. J'ai adoré vous lire, j'attendais chacun de vos posts !

Elysion & SnK Rebirth
: C'est toujours un peu difficile de rentrer dans un univers comme SnK, et pourtant j'ai beaucoup aimé l'habileté avec laquelle cela s'est fait. Le mélange n'était pas toujours aisé, mais le RP plaisant à la lecture.

Sword Art Online & Kobe High School
: Ok. Alors. J'ai tellement kiffé ce RP, j'adore comment vous avez mélangé vos univers. J'adore le fait qu'un perso utilise l'autre. Le mélange était très divertissant !

Penguin's Highway & Néréides
: le RP est savoureux, humour et aventure au rendez-vous. C’est bien écrit. Ca matche bien. Top top top. Puis le contexte est bien pensé et tout ! La fin vaut le détour !

Esquisse et Open world
: Le décalage entre les deux persos est très intéressant !

Lacrimosa et Nano :
Pas de négation de la différence de langue, bonne alchimie entre les persos et les joueurs, les styles se complètent. J’aime l’inversion des rôles.

Damned Town et Stan
: Très très bon RP, les joueuses se renvoient la balle. C’est bien écrit, dynamique. Les univers se mêlent de manière impeccable. C’est top top !

Franchement faire un podium va me faire des cas de conscience ! ><


"Faire des erreurs c'est progresser, se prendre au sérieux c'est régresser"
Un urgentiste toulousain anonyme.


Lucie
: FB [x] Normal [libre] Express [libre]
Asbjörn : FB [libre] Normal [x] Express [libre]
QI'tui : FB [x] Normal [x] Express [libre]
Lyra : FB [x] Normal [libre] Express [libre]
Anonymous
Melkus
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 02 Mai 2021, 01:25
Épreuve 6 - Avalon-Path of G.
Le contraste entre la mélancolie des pensées de l’héroïne et la chaleur des dialogues est intéressant et donne un côté plus doux-amer à l’ensemble. Une mélodie triste mais pas désespérée.


Épreuve 6 - Damned Town
On assiste à un effondrement et le rythme saccadé du texte illustre parfaitement cet être qui s’effrite. L’ensemble fluide et poétique imprime un désespoir certain, simple et brutal.


Épreuve 6 - Dusk Lumiris
Outch. Le sujet est traité littéralement et avec une grande réussite. Aborder une thématique aussi délicate, en nécessite de la délicatesse justement, et ici elle est incarnée par une écriture précise, froide mais à sa manière empreinte d’une réelle poésie. Le texte est rude mais traite avec brio l’exercice.


Épreuve 6 – Elysion
Œuvre d’un être prétentieux et faussement perfectionniste, car s’il s’esquinte à faire des paragraphes contenant le même nombre de mots, il laisse passer de nombreuses fautes. Honte à cet être infâme qui devrait ravaler ses métaphores, qui manquent de souffle de toute manière, et se montrer plus appliqué à ne pas déshonorer l’orthographe de sa langue maternelle. Et qu’il est lourd à n’offrir en guise de récit que les pleurs lamentables de sa vieille bourrique de marin.


Épreuve 6 – Esquisse
Le style est soigné et élégant comme le personnage. Le texte intrigant utilise à merveille l’imprévisible étrangeté de l’esquisse, tout en donnant une petite note poétique avec cette aphonie spatiale.


Épreuve 6 – Ezylone
Simple et efficace. Si le récit ne cherche pas à nous emmener dans une intrigue à tiroirs, le talent d’écriture permet de rendre la balade particulièrement plaisante.



Épreuve 6 – Ilukaan
Un récit tout à fait mignon et plus structuré qu’on ne pourrait le penser. Le beau et redoutable héros se délite tout du long pour finalement se rendre compte d’à quel point il est dépendant. Un bel exercice, touchant et bien mené.



Épreuve 6 - Just Married
La cruelle rengaine de la mauvaise estime personnelle. Quelle est difficile à faire taire ! Elle poursuit notre héros, décrite dans toute son obstination par sa conscience. C’est bien mis en scène et rythmé.



Épreuve 6 - Kobe High School
Une intrigue simple mais bien rythmée avec une morale positive et essentielle en conclusion. Une jolie page tendre.



Épreuve 6 – Lacrimosa
Belzébuth qui fait du ramdam au restaurant. La scène a le mérite d’être drôle et il est très intéressant de voir comment le style parvient à rendre compte de la grandeur et du charisme de son personnage, même dans une situation aussi triviale !



Épreuve 6 - Nano. RolePlay
La forme du journal permet de produire différents effets comiques originaux. Un choix intéressant et ingénieux qui s’accorde bien au sujet.



Épreuve 6 - Néréides
Le contraste entre la joie des bandits et la solitude de la sirène est bien pensé et apporte une véritable mélancolie à l’ensemble.



Épreuve 6 - Open World
Le texte possède un réel côté émouvant dans la manière dont il expose les failles de son héroïne irréprochable en principe. Tout le monde a un angle mort, même les plus redoutables personnages.


Épreuve 6 - Penguin's Highway
Il y a une réelle densité dans l’écriture qui parvient à charrier à la fois rigueur, émotion et sens du détail. Le récit est structuré, ne nous ennuie jamais même quand il entre dans la plus pure description. C’est une belle réussite.



Épreuve 6 - SnK Rebirth
C’est mignon, drôle, fluide et accompagné de plusieurs détails qui ajoutent encore du charme. Une jolie petite scène bien menée.



Épreuve 6 - Spirited Away
Petit instant de vie tout simple mais qui prend une belle épaisseur comique grâce à un narrateur malicieux et dont le flegme ne peut manquer d’arracher un bouquet de sourires.



Épreuve 6 - Sword Art Online
La forme est efficace, le style tient le choc et forcément niveau émotion, ça fonctionne. Belle réalisation d’un exercice de style loin d’être simple.


Épreuve 6 – Terrae
Grosse décharge d’énergie. Le texte part dans tous les sens et c’est plutôt rafraichissant ! Le personnage amusant à suivre nous permet de prendre du plaisir dans cette joyeuse pagaille.



Épreuve 6 - Valoran's Battlefront
Toute la qualité du texte tient dans la langue fabriquée pour le personnage, vive, mignonne et d’une grande fluidité. Un texte qui glisse tout seul.
Anonymous
Francisco de Angelis
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 02 Mai 2021, 08:04
Épreuve 2
Francisco de Angelis

Streamer sur Twitch et OnlyFans, Cisco est populaire grâce à sa laideur. Sorcier qui s’ignore, ses neurones ont la capacité de traiter de l’information super rapidement! À 1m91, avec une resting bitch face niveau légendaire, il fait tourner les têtes. Fan de jeux vidéo, ses connaissances auparavant inutiles deviendront son meilleur atout…


Penguin's Highway


Voici mes commentaires pour l’épreuve 2  nuu  J’ai malheureusement perdu une partie de mes commentaires, alors si le votre à l’air court, c’est pas du tout que j’ai pas aimé, mais plutôt que j’ai dû réécrire mes observations et, bon, j’ai oublié des trucs c’est sûr!

Terrae & Spirited Away : votre course de bolides m’a tellement fait rire scream  Vos personnages ont développé tellement une belle amitié, on veut juste les voir devenir BFF pour la vie! Cuties! J’ai envie de lire un roman où ce serait le duo principal là, quoi!

Sword Art Online & Kobe High School: J’adoooore le fait que le paquet soit un de vous deux! Votre texte m’a bien fait rire, et je dirais comme Ari, un paquet qui se livre tout seul, c’est carrément génial  big love

Penguin's Highway & Néréides : Le meilleur texte J’ai adoré avoir Esteban comme partenaire de rp, j’aurais voulu continuer l’histoire pour toujours!!! J’espère que la lecture vous plaira~  glomp

Lacrimosa & Nano. Rôleplay :  J’ai adoré le revirement de situation où la personne an danger change au cours de l’histoire  keur  C’était si stressant à lire, genre on veut pas qu’ils se fassent prendre / on veut que ça finisse bien quoi!

Ilukaan & Just Married : J’ai ri du début à la fin  nuu  La fille qui a du mal au départ avec les contrôles de jeu, l’autre qui est un npc, les petites options de textes dignes de n’importe quel JRPG, tout était là pour le plaisir des yeux et du cœur! Les fetch quest, c’est un grand classique des premières quêtes… un peu comme tuer des rats dans un sous-sol, aussi  king

Esquisse & Open World : Votre rp m’a fait chaud au cœur, vraiment. La grande brute qui fini par être gentil avec la petite fée, ça m’a rendu tout gaga à la fin  keur  C’était rocambolesque du début à la fin, ça m’a bien tenu en haleine! Merci beaucoup pour ce texte  heya

Elysion & SnK Rebirth : je ne connais pas trop vos univers respectifs, mais en tout cas dans votre texte vous semblez avoir bien mélangés les deux! Vous ne vous êtes attirés que des ennuis dans cette histoire, j’espère qu’ils dormiront bien ce soir  crai

Dusk Lumiris & Ezylone : il m’a fait très plaisir de lire votre rp, quand je suis arrivé aux deux messages de la fin j’étais en mode «NON ÇA PEUT PAS ÊTRE DÉJÀ LA FIN???»  rage  J’aurais voulu continuer à lire bien plus longtemps! C’était très nostalgique de lire un texte avec des Pokemon (comment Gardevoir c’est un de mes Pokemon préférés), et voir l’univers de Dusk Lumiris sous les yeux d’Alice c’était superbe, cette scientifique n’a certes pas froid aux yeux!  awyeah

Damned Town & Joueur amical : Le dernier texte qui j’ai lu, mais il en valait pleinement l’attente  luv  On dirait que vos personnages étaient faits pour se rencontrer, votre rp m’a tenu en haleine et j’ai adoré lire leurs pensées et le cheminement qu’ils faisaient autant dans leur tête que dans leur quête! Je crois bien que vous gagnez la place numéro 1 dans l’épreuve pour moi  fou
Anonymous
Tiago [TE]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 02 Mai 2021, 10:40
NOM DE L'IMAGE
Tiago Marquez


Terrae


Bon alors, après réflexion je me suis dit que j'allais faire quelques rapides commentaires sur les textes de l'épreuve 1 vu que j'ai lu tous les textes et pris quelques notes au passage. Ce sera quelque chose de très concis mais parce que ça prendrait trop de temps de développer davantage tous les textes. Parce que tout le monde a réussi à proposer quelque chose de sympa et pour éviter de blesser qui que ce soit, je vais uniquement me concentrer sur le positif.

Et comme ça je peux au passage en profiter pour remercier Francisco pour ton commentaire trop mignon <3 C'est vrai que Tiago est carrément détestable (raison pour laquelle c'est si drôle de l'emmerder >>) et vu sa façon de penser j'ai toujours peur que certains puissent se sentir un peu mal vis à vis de ce perso, du coup je suis contente si tu ne l'as pas ressenti de cette façon glomp (parce que bien sûr, si je ne le précise pas, en tant que joueuse je ne partage pas son avis les trois quarts du temps...). Et je remercie aussi bien sûr Kan pour lui avoir fait vivre ce cauchemar et avoir vengé tous les persos qu'il a déjà pu emmerder x')

Et dooooonc passons aux coms !

NRP (Silivren) et AVA POG (Jack Moore) : J'aime toujours ce dragon !! Et Jack, c'est une découverte pour moi, mais j'ai adoré la facilité qu'il a d'énerver Vih (non je ne m'essaierai pas à écrire son nom en entier) alors qu'en fait il est tout mignon x') « l’Intrus qui avait l’outrecuidance d’être témoin de sa Faiblesse » lol. Je ne noterais pas toutes les phrases qui m'ont fait rire parce qu'il y en a trop mais ce duo est aussi improbable qu'adorable (sisi !).

DT (Casey Williams) et SAO (Roselia) : Alors là on a une sacré quête !! Ça bouge, il se passe plein de choses en si peu de mots bravo !! Et ce duo est à peu près sur le même schéma que le précédent. Totalement improbable. Entre une Casey brute de décoffrage (et j'adooooore ce genre de perso qui parle fort et qui ne se soucie pas de ce que peuvent penser les autres <3) et Roselia qui est siiii mignonne et qui arrive à agacer autant Casey, c'est génial !

Ely (Melkus) et ES (Effie) : Votre façon d'écrire est magnifique et en tant que joueurs cette fois je trouve que vous formez un super binome ! On passe d'un texte à l'autre en conservant le même ton, ça s'enchaine super facilement. Et ces deux persos sont tellement mignons omg, vos histoires se sont super bien liées. Un super duo ! Et je suis toujours aussi fan des textes d'Esquisse avec toutes ces incohérences qui réussissent toujours à passer aussi facilement !

LA (Aurel) et Ezy (Emrys) : Comme pour le duo précédent j'adore vos façon d'écrire, je trouve que vos posts s'enchainent super facilement à la lecture. Là aussi on a bien une quête super claire dès le départ (avec toutes ces références au Seigneur des Anneaux qui pourraient paraitre cliché (mais en même temps ça colle à ce thème hein...) mais qui font toujours sourire !). Connaissant Ezylone j'ai aussi particulièrement apprécié de voir Emrys chercher désespéremment une explication logique à ce qui se passe en décortiquant tout le folklore lié au fow (et y a de quoi faire !!).

VB (Thresh) et KSH (Summer) : Mdr. Ouais, de voir ces deux persos ensemble je me marre sans même avoir lu une ligne xD Et dès les premiers échanges je retrouve bien ce comique de situation auquel je m'attendais. Un Thresh très sérieux, très sombre, qui veut mener sa quête (une vraie !) et Summer à fond dans son truc qui a sa propre quête, un peu en décalage avec celle de Thresh xD Mais là où je trouve ce mini rp génial, c'est sur le renversement de la fin, où on passe de quelque chose de léger avec ce probable rêve, à une fin ultra brutale avec ce fameux "et si c'était pas juste un cauchemar...". Et là ça change absolument toute la façon de lire le texte si on reprend du début !

NE (Esteban) et Ilu (Scott) : Vos persos vont tellement bien ensemble !! Je me suis marrée du début à la fin ! La façon dont vous faites se croiser vos deux univers fonctionne à merveille (mais bon je suis une fan d'HP et d'univers pirate alors je ne pouvais qu'aimer <3 ). Et pareil, en tant que joueurs je trouve que vous matchez super bien, vous avez un style d'écriture proche, un humour qui se répond facilement, le rythme s'enchaine facilement et vos persos ont des caractères bien affirmés comme j'aime ! Autre chose que j'adore, Esteban qui est complètement perdu du début à la fin xD

Joueur Amical (Pazou) et PH (Lisa) : Super duo ! Déjà les deux persos vont super bien ensemble ! Viktor face à Lisa est trop cute (vas y, prouve lui que t'es un bonhomme !!). Là où je trouve ce texte génial et totalement original, c'est ce parti pris de dire que non, les persos ne parlent pas la même langue donc tant pis, ils ne se comprendront pas. Pas par leur langue en tout cas, parce qu'il y a tout un tas d'autres façons de communiquer, qui sont très bien mises en avant dans ce mini rp ! Et en plus il y a une suite !! Bref, vous êtes au top ! <3

SNKR (Arndt) et OW (Aki Todo) : Je suis archi fan de ces deux persos. La façon d'écrire d'Arndt me kill toujours autant !! Cette quête est aussi épique que stupide, j'adore !! Tous ces monstres, ces attaques, ces revirements de situation, tout est tellement improbable que... Bizarrement ça passe crème xD une imagination débordante digne des plus grands shonens !! Je veux trop revoir d'autres aventures de ces deux là !!

DL (Modestie) et SA (Amaranthe) : Ahah encore un duo entre une grincheuse (mais j'aime ça <3) et une autre beaucoup plus mature et tempérée. Vos deux persos se complètent super bien, ils forment une équipe de choc (et effectivement, il ne doit pas y avoir grand monde capable de supporter Modestie xD). Et cette fin ! Mais lol ! On s'attendait tellement à truc ultra officiel et sérieux xD Bien ouej !

Voilàààà faire un classement n'a une fois de plus pas été une mince affaire parce que tout le monde a proposé quelque chose de cool ! Bravo à tout le monde !! glomp
Anonymous
Francisco de Angelis
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 02 Mai 2021, 10:48
Épreuve 2
Francisco de Angelis


Penguin's Highway



Voici mes commentaires pour l’épreuve 3 ♥ Je n’ai pas personnellement participé à cette épreuve, mais je vous trouve tous vraiment courageux et doués de l’avoir relevé, sa complexité me fait peur!  shock

SnK Rebirth & Sword Art Online : Le premier texte que je lis, et j’ai vraiment aimé comment vous avez fait se rejoindre vos deux univers, c’est clairement pas évident. Tout un revirement de situation cette histoire!  nuu

Néréides & Just Married : C’était un très beau moment à partager, vos plumes se rejoignent très bien et on aurait cru lire un seul texte! On aurait certes crû y être, avec sa panoplie de petits détails et d’émotions, tout en douceur. Bravo!  glomp

Nano. Rôleplay & Esquisse : Votre texte m’a bien tiré une larme, c’était émouvant à souhait  crai  Ça me laisse très peu de mots, mais c’était un plaisir à lire. Avoir la vision de deux côtés différents dans une même guerre c’était très intéressant, et j’ai adoré que ce soit la continuité d’un autre interforum! Au final c’était plein d’ingénuité, merci pour cette belle lecture!  luv

Lacrimosa & Penguin's Highway :  Encore une fois je suis biaisé, mais votre texte était fantastique! C’était une belle rencontre (trop courte!) et on voyait très bien le sujet de votre divergence, même si le sujet principal n’était pas nécessairement la rencontre, mais plutôt votre propre expérience et souvenirs face au phénomène. Je dois avouer que les souvenirs d’enfance sont un sujet qui me touche particulièrement, et j’ai adoré lire vos deux plumes. Superbe!  big love

Kobe High School & Terrae : Je??? Quoi??? J’ai tellement pleuré en lisant, c’est pas crédible mon affaire  shock  Étant moi-même dans une relation homosexuelle avec un homme de descendance asiatique, votre texte est vraiment venu me toucher, je vous remercie du fond du cœur pour cette lecture  glomp

Ilukaan & Spirited Away : [Aucun rapport mais Penny qui a sensiblement le même nom de famille que Francisco et aussi les cheveux bleus, ça m’a fait rire] Une belle histoire familiale, j’espère que le piéton qu’ils ont frappé va bien (après à Sherbrooke et Pie-IX les piétons font souvent n’importe quoi, c’était crédible leur mensonge). Je dirais que je leur souhaite de pouvoir se revoir un jour, mais je sais pas à quel point Alessio serait vraiment une bonne influence sur Penny  hmpf

Ezylone & Elysion : Avant de commencer à lire je me disais en rigolant que le nom de vos deux forums se ressemblaient beaucoup… du coup la fin m’a bien fait sourire  scream  C’était une histoire plutôt sombre, somme toute, mais j’ai adoré les points de vu de vos personnages qui étaient séparés par le temps. J’ai adoré la touche que vous avez ajoutés avec la comptine, et les différences qui forcément se font à travers le temps!  

Damned Town & Dusk Lumiris : Je crois que vous avez eu une superbe idée en faisant d’une pièce de théâtre le point focal de votre événement en commun! C’est fou de vérité et j’ai aimé voir ce que l’un et l’autre projetait de sa vie dans la pièce  bwahaha

Avalon-Path of G. & Open World: J’ai aimé votre histoire qui passe de récit vécut à légende, avec les petites modifications que le temps ne peut évidemment s’empêcher d’ajouter. Vous faites un bon duo Sirène-Pirate   king
Anonymous
Melkus
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 02 Mai 2021, 16:38
Épreuve 1 - Avalone-Path of G. & Nano. Rôleplay
C’est très intéressant. La langue sophistiquée empreinte de la magie des contes de Nano face au réalisme sf désillusionnée d’Avalone. C’est périlleux comme cocktail et pourtant ça fonctionne très bien avec l’idée du biologiste mais également de ce choc des espèces.

Épreuve 1 - Damned Town & Sword Art Online
Le duo atypique et typiquement pas content d’être ensemble est un classique indémodable. La dynamique entre les deux est bonne et on passe un moment agréable à les suivre en mission.

Épreuve 1 - Esquisse & Elysion
Merci à ma partenaire d’une créativité extraordinaire. Ce fut un plaisir d’écrire avec toi. Ta sensibilité et ton talent furent de précieux alliés pour arriver au bout de cette histoire.

Épreuve 1 - Ezylone & Lacrimosa
Le cadre est intéressant avec tout le mystère qu’il transporte. On ressent la désorientation des personnages et comme eux on cherche à saisir le moindre repère.

Épreuve 1 - Kobe High School & Valoran's Battlefront
Un délire bien sympathique où le huis clos horrifique se mâtine de pop culture japonisante. On passe un bon moment entre la sobriété froide de l’un et l’exubérance du second.

Épreuve 1 - Néréides & Ilukaan
Une rencontre improbable au cœur de ce récit. L’impossibilité de se comprendre, les références des deux univers qui se percutent, ça nous fait un joyeux chaos amusant à suivre.

Épreuve 1 - Penguin's Highway & Joueur amical
L’association entre les deux personnages fonctionne très bien et c’est avec plaisir que l’on suit une histoire drôle et tendre. Un moment tout doux.


Épreuve 1 - SnK Rebirth & Open World
Une petite aventure héroïcomique tout à fait sympathique. L’action est bien rythmée et l’humour ajoute un zest de folie bien senti à l’ensemble.

Épreuve 1 - Spirited Away & Dusk Lumiris
Le duo fonctionne bien, le récit est fluide et bien structuré. La chute fonctionne en parvenant à capitaliser sur ce qui avait été mis en place. Un exercice réussi !

Épreuve 1 - Terrae & Just Married
Mon dieu mais quelle idée ! Je n’aurais jamais imaginé un tel contexte pour ce sujet (ni pour aucun sujet cela dit). L’ensemble est très drôle et se montre surprenant d’un bout à l’autre.
Anonymous
Fenrir
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Lun 03 Mai 2021, 16:49
Fenrir
Fenrir

Pouet pouet le sanglier


Spirited Away


Hello hello ! Bon, j'aime bien recevoir des commentaires (d'ailleurs gros merci à tout ceux qui ont commenté des textes de Spirited Away, sachez qu'on en discute et que ça fait grave plaisir, plein d'amour sur vous !!!!) du coup je me suis dit que les autres aussi. (Sinon, hésitez pas à me faire signe si vous voulez que je retire quoi que ça soit !! J'essaie d'être le plus réactif possible, vos admins ont mon contact 👀)

Voilà voilà, j'suis qu'un spectateur lambda qui donne son avis lambda ! Et c'est parti pour l'épreuve 1.

Avalone (Jack Moore) - Nano RP (Viholvärakuuna)

J’aime beaucoup le duo, je trouve qu’il fonctionne à merveille ! Entre le dragon trop puissant, faible malgré lui, et le scientifique un peu blasé juste là pour faire sa mission, le contraste rend l’histoire super agréable à suivre. J’avais peur d’avoir du mal à comprendre Viholv’ (excuse moi je raccourci ton nom 👀) avec la densité, mais c’était très clair une fois dans le texte !


Damned Town (Casey Williams) - Sword Art Online (Roselia)

Dans ce texte, y’a un vrai feeling de quête de jeux vidéo entre celui qui est là pour faire la mission en mode donjon -> monstre -> loot et l’autre qui se perd dans le milliard de quêtes annexes. Et étant plus team Casey (désolé), je comprends tellement son problème aha. C’était une belle histoire racontée avec deux plumes différentes mais qui collent vraiment bien à ce qu'elles apportent à l’histoire ! (et j’avais pas vu venir les lapins, et je sais que Casey non plus (désolé encore))

Elysion (Melkus) - Esquisse (Effie)

C’était un sujet très compliqué à traiter, mais ça a été fait -par les deux participants- avec beaucoup de poésie. Beaucoup de sens à chercher, beaucoup de choses dans tous les sens (pardon, je suis un peu brut de décoffrage, j’ai du mal quand on ne m'explique pas les choses simplement) mais une histoire qui s’est très bien construite à deux ! Félicitations ! C’était un bon moment à lire.

Lacrimosa (Aurel) - Ezylone (Emrys)

Pour moi c’est l’exemple parfait de pourquoi l’interforum (et les cross-univers à vrai dire) c’est une idée top. Le hasard des tirages fait que le binôme fonctionne vraiment bien (dans cet aspect mythologique/magique/créatures tout ça) et vous savez quoi ? Bah c’était un road trip super cool à suivre. J’aurais adoré vous voir continuer ça sur un rp plus long, mais les règles sont les règles. (Est-ce que j’ai dis que vos styles collent vraiment ? Parce que c’est le cas. C’était plaisant à lire !)

Kobe HS (Summer Wakeshima) - Valoran’s Battlefront (Thresh)

Ah beh juste après, je fais la même justification. C’est cool d’avoir un personnage qui connaît l’existence de Thresh le personnage de league of legends ! J’imagine que ça vous a donné plein d’idées et de rebondissements. Pour l’histoire, brr, j’avais l’impression d’être dans ces jeux d’horreur asiatiques où à tout moment un screamer peut sortir de l’écran 👀 C’était réussi sans être dans le trop horrible, mission réussie !


Nereides (Esteban) - Ilukaan (Scott)

Ah les facilités scénaristiques, nos meilleures amies en tant que rôlistes, surtout dans des rps courts. J'aime bien quand un texte brise un peu le quatrième mur, mais là j'étais servi ! Pauvre Esteban, un brave homme. J'ai trouvé certaines idées très drôles (les tapis qui insultent les gens qui veulent s'essuyer les pieds dessus c'est digne de la saga HP a vrai dire !) Et j'ai adoré la construction du rp avec le dernier post !!

Penguin's Highway (Lisa) - Joueur Amical (Viktor)

D'un côté, pauvre Viktor. On le téléporte loin de chez lui et il parle pas la langue et en plus on lui vole la vedette ? J'aimerais pas être à sa place. Mais en même temps, il a quand même rencontré Lisa… alors un bon point, non ? Même si elle compte pas répondre à ses avances. Merci pour cette aventure en binôme, vos textes étaient top !!!

SNK Rebirth (Arndt) - Open World (Aki)

C'était le binôme shonen classique -et c'était super cliché, mais vous avez joué avec ça jusqu'à la fin !- et j'ai toujours un soft spot pour les personnages avec un QI à deux chiffres max. C'était super fun à lire et vous avez super bien vendu l'histoire avec les mots justes pour la situation. (Et puis bon ça va, ils ont un peu tord les personnages de fin, c’était pas si nul. On a vu pire 👀)


Terrae (Tiago) - Just Married (Kan)

Ahhhh je me souviens de Tiago lors du dernier interforum ! Content de te revoir par ici, ton style est toujours aussi cool, colle toujours autant au style de Tiago. J’applaudis à deux mains, même. Je suis très très très fan de notre businessman / producteur / réalisateur / homme talentueux qu’est Kan aussi, c’était tout ce qu’il fallait dans un bon film hollywoodien, votre histoire. De l’action, du drame, un personnage touchant et attachant et en plus du comique ? Parfait.

Spirited Away (Amarante) - Dusk Lumiris (Capucine)

Oh, c’est deux personnes dont je connais le style et les personnages (coucou Capucine c’est feu-andrej le champion insecte), ça va me faciliter les choses ! Bon, Amarante, tu sais ce que je pense de ton style, trop fan archi-fan, encore une fois j’applaudis. Capucine, j’aime vraiment beaucoup ce que tu as proposé, je trouve que vous vous complétez très bien et l’histoire que vous avez racontée était au top, on veut un vrai film de mafia-famille avec les deux...


Ahhh dans l'ensemble que des belles histoires différentes les unes des autres et ça, ça fait plaisir. big love
Anonymous
Khoren Drayking [Dusk L.]
OnlineEn ligne
Plaisirs de lecture !Mar 04 Mai 2021, 22:03
Bonjour les participant-e-s de l'Interforum XI !
Tout d'abord, un grand bravo pour votre participation et le partage de vos sublimes textes ! Cool


Je voulais adresser un message tout particulier à Esteban de Néréïdes pour son texte solo en épreuve 5. Je voulais saluer ta prise de risque qui m'a parfaitement conquis ! Et mine de rien, même si briser le 4ème mur a déjà été fait au sein des œuvres littéraires (mais rarement vu en RP, du moins ça n'a pas été fait du tout à la précédente édition), ici, cela a été très bien réalisé.
Prise de risque aussi car on pourrait facilement tomber dans le hors-sujet mais... mine de rien, notre personnage RP, hors d'un RP, reste un objet. Donc je ne suis pas sûr que cela soit du hors sujet total si on conserve l'esprit ouvert ! J'espère que tu auras conquis-e d'autres lecteur-ice-s haha ! Je te souhaite plein de RP's épanouissants !   clap  

Ooooh et aussi, autant parler de mon coup de cœur de l'autre épreuve que j'ai appréciée/jugée/critiquée (prenez le terme qui vous convient haha), l'épreuve 1 : J'adresse aussi un grand bravo à Tiago de Terrae et Kan de Just Married. Le contexte était tellement atypique, c'était dément et si drôle ! Parler de ce sujet plutôt tabou de manière décomplexé et y emmener des super-héros superman , c'était du génie. Pour ce texte héroïque teinté des couleurs de l'arc-en-ciel, franchement merci ! Je vous souhaite aussi plein de RP's épanouissants ! clap

Encore merci à l'Interforum d'exister et nous offrir le plaisir de découvrir de belles plumes, de belles surprises littéraires. big love  

, Khoren Drayking, ancien représentant de Dusk Lumiris à l'édition X de l'Interforum. heya
Anonymous
Kan Odawara [JM]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Mar 04 Mai 2021, 23:52
TON PSEUDO
Kan Odawara

Un simple acteur à la retraite. Il faisait lui-même toutes ses cascades.


Just Married


Participants et organisateurs de l'Interforum, onzième du nom, bonjour, bonsoir à tous ! C'est un grand honneur de côtoyer tant d'horizons différents et tant de plumes de qualité ! Merci à tous les gens qui ont laissé de gentils commentaires, ça fait toujours chaud au cœur et c'est tellement plus convivial ! De l'Interfo comme on aime. Sur ce, trêve d'introduction. Voici mon florilège pour l'épreuve 1 (le reste viendra plus tard, je le jure):

DISCLAIMER : ATTENTION CA SPOILE !!!!


Viholvärakuuna (Nano Roleplay) & Jack (Avalone Path) : Le premier duo que j'ai lu sur cet épreuve et bon sang, c'était une belle entrée ! Le contraste entre les deux personnages est savoureux et on sent jusque dans leurs narrations respectives qu'ils viennent de deux mondes que tout oppose. Coup de cœur pour V (désolé bro, j'avais pas vieux norois LV2 au lycée >< ), sa grandiloquence, son lyrisme, sa solennité, sa léééééégère arrogance ! C'est très bien retranscrit et ça fond dans la bouche. Surtout que le pragmatisme et le côté bourru de Jack y apportent un bon contre point, ça fonctionnait super bien. J'aurais bien aimé qu'ils accomplissent quelque chose de concret ensemble mais bon, cinq post c'est court et c'est pas grave, ça fonctionne déjà très bien. Je me suis régalé ! Bravo à vous :3

Casey (Damned Town) & Roselia (SAO) : Le contraste entre les deux demoiselles fort différentes est amusant ! J'ai trouvé un peu dommage qu'elles passent presque davantage de temps dans la forêt que dans le temple en question mais la fin avec les lapins m'a fait rire ! C'était cool :)

Melkus (Elysion) & Effie (Esquisse) : Le style très poétique n'est pas forcément fait pour moi (et il était beaucoup trop tard quand j'ai lu ce duo omg) mais j'ai vraiment, vraiment beaucoup aimé malgré tout. Les deux personnages ont une alchimie incroyable, naturelle, et ils ont chacun leur arc de développement au fil de leur aventure onirique ce qui est un véritable tour de force en seulement cinq posts par tête de pipe. Mention spéciale au lac de papier, trouvaille débordante d'inventivité s'il en est. La fin est incroyablement touchante, j'étais tout ému, et de toute façon moi les histoires parents/enfants ça me détruit, c'est ce que je préfère. Vous avez géré !

Aurel (Lacrimosa) & Emrys (Ezylone) : Omg mais ils sont trop choupis tous les deux wesh ! Je les ship de ouf, je veux qu'ils se retrouvent, qu'ils se marient et qu'ils vivent heureux avec plein de jolis bébés tout roses ! Ou bicolores, comme vous voulez ! Plus sérieusement, j'ai beaucoup aimé le côté voyou au grand coeur, légèrement charmeur d'Aurel qui fonctionne très bien avec la douceur et la candeur d'Emrys. C'est amusant de les voir essayer de tirer des conclusions de leurs réponses respectives pour savoir ce qui se passe. J'ai trouvé que la fin allait un peu vite mais c'est pas grave, le Gandalf en carton sauve tout xD Bravo :3

Thresh (Valoran's Battlefront) & Summer (KHS) : Hélas, le côté horreur n'était clairement pas ma tasse de thé et j'avoue avoir trouvé l'action un peu confuse. Je n'ai pas toujours su ce qui se passait, de quoi il était question, ou comment était coordonné les deux personnages. Par contre, le contraste entre Thresh et Summer était vraiment rigolo à voir et le coup d'Excalibrush, je l'ai vraiment pas vu venir xD Bravo !

Esteban (Néréides) & Scott (Ilukaan) : Alors là... Franchement les boys bravo, vous êtes trop des BG. C'était super cool ! Un vrai buddy movie ! Entre Esteban qui pige rien, qui répond à côté (le bordel omg, j'ai ri) et qui passe près du mental breakdown en se retrouvant dans un univers magique et Scott la brutasse qui essaie de l'aider tout en ayant laissé son tact au vestiaire, c'était succulent (damn, ils sont sexys les deux bougres en plus) ! Si j'avais un reproche à faire, ce serait l'abus de violence contre ce pauvre quatrième mur. Même si elles m'ont fait sourire, je trouve qu'au bout d'un moment, ça finit par casser un peu trop l'immersion dans le sujet. PAR CONTRE !!! Si j'avais un compliment à faire ça serait sur la structure et l'utilisation du retourneur de temps. Vous avez géré comme des princes ! Le loop dans la narration au début, c'était déjà joli. Mais remettre ce sablier usé par le temps !!! sur la plage à la fin et sous-entendre l'air de rien que Néréides est le FUTUR d'Ilukaan ?! Ça Messieurs, ça s'appelle un coup de maître, je suis fan et je vous tire mon chapeau bien bas.

Viktor (Joueur amical) & Lisa (Penguin's Highway) : C'était rafraîchissant, cette petite mésaventure urbaine ! J'adore les héros du quotidien, ce sont mes préférés et Viktor était particulièrement attachant dans le rôle. Je trouve très cool que les deux personnages ne puissent pas se comprendre mais y parviennent quand même par d'autres moyens, ça fait partie des détails qui donnent tout son sel au rp. Ça et le fait que Minou soit un singe xD

Ardnt (SNK Rebirth) & Aki (Open World) : C'était très amusant ! Arndt n'a vraiment pas inventé l'eau chaude (et il est insensible, le pauvre chien quoi !) mais c'est ce qui rendait le contraste avec Aki particulièrement drôle ! Et puis le coup du vieux roi des ténèbres tout sec et moisi qui canne en se cassant la binette franchement, c'est le genre de choses que je veux lire plus souvent, j'adore ce genre d'absurdité xD Bravo à vous :3

Capucine (Dusk Lumiris) & Amarante (Spirited Away) : C'était trop mignoooooon ! Vraiment, ce duo de filles fonctionne super bien ! Capucine est attachante malgré son caractère de cochon et Amarante est un ange de patience malgré son manque criant de skills sociaux ! Elles sont super choupettes toutes les deux. Le mystère qui plane autour du but de leur quête est très bien dosé, jusqu'à la fin je me suis demandé ce qu'elles fabriquaient et ça tenait vraiment bien en haleine. Et puis la fin, c'était trop Aaaaaaaw xD Bref, un petit chamallow dans mon chocolat, j'ai presque envie de les voir dans d'autres aventures ensemble ! Bravo les filles :3

Tiago (Terrae) : Jtm bb lick
Anonymous
Encre Noire
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Ven 07 Mai 2021, 20:40
Bonjour, tout le monde. J’espère que vous aviez autant apprécié cet interforum que moi. J'en suis d'autant plus contente qu'il s'agit de ma première participation.
Ayant participé à l’épreuve 5, je remercie Melkus pour son commentaire sur mon texte. Je suis contente de voir qu’il peut être apprécié. Bien sûr, il a des défauts. Je vous invite à en parler si vous en avez envie. Après tout, connaître les qualités et défauts de mon texte me permettra de m’améliorer.
Ici, je vais commenter les textes de mes « concurrents », en essayant de rester sincère et bienveillante. Pour certains textes, il y aura du spoiler. Donc je vous conseille de lire soit toute l’épreuve avant mes commentaires, soit les commentaires des textes déjà lus de cette épreuve, sachant que le nom des forums seront inscrits dans le même ordre que lorsque vous consultez l’épreuve.

Commentaires sur l’épreuve 5

Avalon-Path of G. : Ce texte est bien écrit et très sympathique à lire. J’aime bien comment on exploite la personnalité et les souhaits de Morgane à travers ce qu’elle veut le plus. En fin de compte, l’objet perd son utilité pratique pour laisser place à une utilité psychologique, celle de se comprendre soi-même. Et j’apprécie la petite blague méta de la fin.

Damned Town : Le texte est fluide et agréable à lire. Je trouve que c’est un bon point. Je ne saurais pas bien m’expliquer mais je trouve le rythme bien géré. Je crois qu’il est lent au début puis il s’accélère au bon moment. En plus, le texte est touchant. Et pour le Tibouchou, sans trop spoiler, je trouve que c’est bien trouvé, en plus d’être improbable (et j’apprécie l’improbable dans cette épreuve).

Dusk Lumiris : C’est l’un des deux textes adoptant le point de vue du tibouchou. On joue bien sur les côtés effrayant et mignon de la Mimiqui (je crois que c’est une femelle dans le texte). Effrayant car sa véritable apparence est flippante (même si on ne la connaît pas) et car elle peut maudire la personne qui le démasque. Mignon car ce pokemon veut être le compagnon agréable et chouchouté d’un Dresseur. Ce souhait combiné à son apparence explique pourquoi elle se déguise en Pikachu. Le côté mignon est accentué par l’écriture enfantine et expressive du texte, que j’aime bien lire avec une petite voix aiguë dans ma tête. En résumé, c’est un texte trop mignon à lire si vous voulez craquer sur des pokemon.

Elysion : Ce conte est très intéressant. Je ne sais pas si c’est effectivement le cas ou si ça a été inventé pour l’épreuve, mais on dirait une exploration du passé du personnage ou de son évolution dans l’univers. Le rythme est lent, le récit prend tout son temps, au point d’en devenir doux. Aussi, nous avons affaire à un passage à l’âge adulte, autant physique que psychologique. Physique car le récit commence à l’enfance de l’héroïne et se termine à sa vie adulte. Psychologique car elle apprend à s’émanciper d’une vie toute tracée et à être heureuse par elle-même. La plupart des textes se concentrent sur un moment clé pour parler d'un objet ou d'un animal ayant changé la vie du perso. Ici, on suit tout un pan de la vie du personnage, ce qui rend le thème d’autant plus équivoque.

Esquisse : Bof.

Ezylone : Le texte d’Ezylone est un conte, comme celui d’Elysion avec un nom très semblable. (Il ne manquerait plus que l’un soit le futur de l’autre) On a une adorable princesse des eaux cloîtrée dans son palais par son père, qui trouve le monde extérieur dangereux pour une sirène sans pouvoir comme sa fille. Sa volonté d’explorer le monde extérieur est aussi touchante que sa relation amicale avec un poulpe. Relation qui finit mal, d’ailleurs. Même si on peut critiquer l’idée que le père puisse avoir totalement raison (car oui, le monde est dangereux, mais pour moi il est préférable de l’y préparer plutôt que de la cloîtrer), j’aime bien la moralité selon laquelle il ne faut pas se fier à tout le monde. Surtout pas à des êtes que tu connais à peine.

Néréides : Si on n’a pas d’idée, que fait-on ? Méta !!! Plus sérieusement, on a droit à un dialogue entre Esteban et son joueur. Et même si la carte méta semble facile à jouer, le dialogue est en fait plus intéressant et profond que l’on puisse croire au début. C’est personnel, mais ce texte m’a un peu parlée, par rapport à comment je participais à l’interforum. Même si c’était surtout amical pour moi (je participe quand même aux votes), je souhaitais écrire un bon texte. Et quelque part, c’était me mettre la pression. Enfin, j’apprécie la manière avec laquelle tu as contourné le hors-sujet, après l’avoir volontairement frôlé.
Rien à voir mais je suis impressionnée par sa participation aux épreuves 1, 2 et 4. Oui, à ces trois épreuves en plus de celle-ci. Je ferai une mention spéciale, parce que je ne vois pas qui d’autre l’aurait fait ici.

Ilukaan : On a le texte le plus proche du titre de l’épreuve. « Acheter un tibouchou » C’est ce qui se passe, en quelque sorte, vu qu’elle a du payer une certaine somme en plus du coût des transports, à cause de la dangerosité de la sortie de l’animal du trafic. « un tibouchou dans un sac » Elle a du transporter l’animal dans son sac. C’est une histoire palpitante à suivre, que ce soit pour les fans de Harry Potter ou pour les néophytes pour lesquels le texte a été suffisamment adapté.

Just Married : On a un texte très drôle se passant majoritairement dans un univers vidéoludique médiéval-fantasy, avec un bon gros casse-pied et un parallèle bien senti entre ce qui arrive au personnage dans le jeu-vidéo et sa vie réelle.

Kobe High School : Un texte mignon et un peu drôle qui exploite très bien les yokai. Je suppose que le ou la joueuse s’y connaissait en légendes japonaises ou avait déjà fait des recherches dessus avant l’épreuve. Sinon, félicitation pour avoir trouvé et exploité l’idée en si peu de temps. En tout cas, j’aime bien la façon dont le folklore japonais a été utilisée pour l’épreuve.

Lacrimosa : Dans ce texte, on suit une relation amicale entre un vampire et une sphère de lumière. Non seulement il contredit l’idée que les vampires détestent la lumière en général, mais l’un prend soin de l’autre, ce qui rend le texte touchant.

Nano Roleplay : On sent bien le décalage entre le monde post-apocalyptique et cet oiseau, ce qui rend le texte assez drôle. Et même si le personnage prétend le contraire, il finit par s’attacher à l’animal, et c’est trop mignon.

Open World : En plus de la belle écriture du texte, j’aime bien la façon dont on a exploré le passé du protagoniste et de son ancienne épouse, ainsi que leur réincarnation, un thème très présent dans l’univers de Montréal (le nom d’une ville existante, original). J’aime bien aussi la manière dont on a exploité l’idée du voyage dans le temps. Le protagoniste essaie de changer le passé mais il y échoue. Toutefois, grâce à une toile, il parvient à retrouver son ancienne épouse, réincarnée en une autre femme. On a donc une histoire touchante et palpitante avec une fin heureuse.

Penguin’s Highway : Je voudrais d’abord poser une question au joueur ou à la joueuse qui a écrit ce texte… A quoi sert le pouvoir de ton perso, exactement ? Il n’y a rien qui va là-dedans, lol. A sa création, tu voulais juste l’embêter et nous faire rire, n’est-ce pas ? Si oui, c’est réussi pour moi. x) Le lien avec Harry Potter est évident mais bien exploité pour l’humour ici.
Est-ce que je peux avoir le numéro ou les comptes de réseaux sociaux de ton perso, s’il te plaît ? J’aimerais bien lui envoyer un GIF Nyan Cat, je suis sûre que ça lui plairait. XD

SNK Rebirth : Je suis désolée mais je ne ressens pas grand-chose en lisant ce texte. Pourtant, je sens que j’aurais dû. Le texte nous montre un aspect mignon d’un personnage qu’on ne qualifierait pourtant pas de mignon au premier abord. De plus, il y a quelques traits d’humour. En fait, ce texte est trop court à mes yeux. Par conséquent, il me donne l’impression de trop se précipiter. D’autant plus que c’est un texte d’amour entre deux personnages qui sont déjà en couple. Pour moi, un tel texte doit prendre son temps, rien que pour permettre au lecteur de profiter pleinement des émotions. Ça ne rend pas le texte nul, loin de là. Je pense juste que le rythme pourrait être amélioré.

Spirited Away : C’est le deuxième texte du point de vue du tibouchou, et comme pour Dusk Lumiris, c’est mignon. Son écriture naïve m'a fait sourire et la relation du chien avec son maître m'a touchée. Il a aussi un petit côté émouvant, à un moment, pour quelque chose que nous comprenons mais pas le chien. Son nom, par contre…

Sword Art Online : Ce texte est écrit à la deuxième personne du singulier. Je le dis car on peut en être gêné. Personnellement, ça va. De plus, on joue très bien avec, grâce à sa belle plume. En effet, son écriture lyrique transmet très bien les émotions du personnage et donc nous met à sa place. La musique aussi est très bien transcrite. Dans ce MMO mortel, elle redonne espoir. On l’entend dans notre tête, même si elle doit être encore plus sublime dans le texte. (Même l’avatar est lié à la musique, et au Japon. N’est-ce pas, Len ?) Un véritable bijou de cette épreuve.^^

Terrae : Ce texte, où l’objet est un pur MacGuffin, contient un peu de suspense et une fin touchante et mignonne. On y cerne bien le personnage, que j’ai trouvé intéressant et attachant.
Anonymous
Kaoren
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Sam 08 Mai 2021, 14:48
Coucou tout le monde ! Voici une première fournée de commentaires tout frais, comme j’en ai promis maintes et maintes fois !

Rapidement, je re-re-re-re-remercie Melkus pour la façon dont il m’a sans vergogne comparé à Racine, Jean suis tout esbaudi, et plus globalement, je remercie tout le monde pour tous leurs commentaires ! Ça fait plaisir de revoir cette section bien remplie dès les premiers jours comme au bon vieux temps !

Quant à moi, je m’attaque d’emblée à l’épreuve 4, parce que je me suis dit que c’était thématique avec Nano RP, l’histoire des quatre lignes, tout ça, le nombre 4 a l’air plus ou moins sacré par ici – et aussi parce que ce que c’est l’épreuve que j’ai faite, mais je le dis pas pour ne pas trop laisser transparaître le petit bout d’orgueil qui est en train de me faire considérer de changer de pointure de chaussures parce que ça commence à serrer légèrement au niveau de la cheville.

Ceci étant, pour ceux qui ne me connaissent pas, vous constaterez vite que je ne commente pas les textes, mais plutôt de belles phrases que j’ai trouvées dans les textes. Plus de détails sur le pourquoi, le comment et le sens de la vie dans le spoiler ci-dessous :

Pour ceux qui ne me connaissent pas:

Comme mentionné, j’ai une façon un peu à moi de faire des commentaires, qui m’a valu l’admiration de certains et qui en a poussé d’autres à me trouver péteux – je ne fais que citer. L’idée, c’est que je prends une phrase, et j’essaie de la décortiquer pour comprendre pourquoi elle m’a plu. Ce n’est pas juste un exercice que je me donne, c’est carrément devenu un réflexe qui me vient pendant que je lis des choses, et du coup, j’aime bien partager mes interprétations, et je sais qu’il y a des gens qui aiment bien lire ça. C’est vrai que ça me permet de proposer un contenu un peu différent des autres commentaires, et c’est devenu une sorte de petite attraction complémentaire pour moi et pour les autres. Et accessoirement, je suis inimitablement nul pour les commentaires négatifs, donc me limiter à des phrases que j’aime bien, ça m’assure d’avoir toujours des choses positives à dire. Oui, c’est lâche, je vous laisse totalement le sale boulot.

Cependant, il y a quelques précautions qui vont avec :

- Déjà, même si ça va ressembler à des commentaires littéraires pleins de rigueur scientifique et d’une objectivité à faire passer Zadig pour un fanatique sans discernement, c’est carrément subjectif. Il y a des tas de choses que je lis dans les phrases et que d’autres ne liront pas, et des fois, ça frise carrément la surinterprétation. J’essaie de me brider pour pas trop sombrer là-dedans, mais il est très probable qu’il y en ait un peu.

- Dans la même veine, il est probable que j’aie parfois l’air de donner à l’auteur des intentions qu’il n’avait pas. Mais en vérité, je ne prétends absolument pas parler de ce qui lui a traversé la tête au moment d’écrire. Dans les faits, sauf dans quelques rares cas, personne ne se dit « Je vais mettre tel ou tel effet de style parce que ça va produire telle ou telle réaction à la lecture », donc la majorité de ce dont je vais parler, c’est juste des trucs qui ont été faits inconsciemment – ce qui ne veut pas dire que c’est de la chance, hein, il a quand même fallu que l’écrivain arrive à construire une phrase qui sonne bien à ses oreilles, même s’il n’a pas déterminé consciemment pourquoi elle sonnait bien.

- Le fait que je ne parle que de phrases prises séparément du reste du texte fait que mon commentaire va assez mal représenter mon avis global sur les participations. Je peux adorer un texte sans y trouver une phrase sur laquelle j’ai assez de choses à dire pour en parler – typiquement, les textes drôles, je sais rarement quoi dire dessus –, et inversement, je peux adorer une phrase au milieu d’un texte qui me touche moins. Et à côté de ça, ce genre de commentaire me demande pas mal de temps et d’énergie, donc j’essaie de limiter un peu le nombre de phrases dont je parle – notamment, j’en prends jamais plus d’une par texte –, parce que sinon je vais décéder avant la fin de la phase de votes. Tout ça pour dire que ce n’est pas parce qu’un texte n’apparaît pas dans mon commentaire qu’il ne m’a pas plu, et le revers plus triste de la médaille, ce n’est pas parce qu’un texte apparaît dans mon commentaire qu’il m’a vraiment plu (même si en vrai, j’essaie de toucher un petit mot sur le reste du texte quand je le peux). Et au pire, si vous voulez un avis plus global, vous pouvez passer sur Esquisse pour stalker notre sujet de votes et voir pour qui j’ai voté.

Voilà, voilà. Et pour le sens de la vie, c’est de gauche à droite, ne laissez personne vous dire le contraire.

Pour ceux qui ont fini de lire le spoiler, ou pour ceux qui l’ont sauté parce qu’ils me connaissent déjà, ou encore  pour ceux qui l’ont sauté parce que c’est quand même très long et pas très intéressant, je vous laisse avec mes commentaires ! Garantis AVEC spoilers, cela va de soi ! Et là, je parle pas des petits encadrés dans lesquels je disserte sur le sens de la vie.

Et bien sûr, bonne lecture !


Cian (AVA):

« La flèche file à pleine puissance. Rien ne la perturbe. Pas même le vent qui gronde. » - Cian (AVA)

Dans la narration du texte de Cian, tout le long, on a cet équilibre un peu instable entre un côté calme et un côté paniqué. Les phrases sont pour la plupart déclaratives et relativement neutres – elles s’agencent surtout sur des actes et des constats plutôt que des pensées ou des sentiments –, mais en même temps, elles sont très courtes, parfois à moitié finies, et elles virent de temps en temps vers quelque chose de beaucoup plus exclamatif, plus spontané. Mais quand ça arrive, ça ne dure pas longtemps, et ça retombe rapidement dans un ton plus froid, de nouveau. En fait, ça donne l’air d’être globalement calme, avec parfois des sursauts d’impulsivité qui se retrouvent immédiatement atrophiés.

Ce qui en ressort, vu qu’on est dans une narration à la première personne et au présent – donc la narration est le reflet direct des pensées du personnage telles qu’elles sont au moment où il éprouve les événements –, c’est que le personnage lui-même a un certain sang-froid, mais mis à rude épreuve. En fait, il a l’air de "forcer" son calme, tout en se laissant parfois aller. Il n’est pas froid comme un vétéran qui aurait déjà tout vu, mais en même temps, il essaie, et ça lui donne un tempérament que j’aime beaucoup – il a un peu ce côté "jeune recrue qui tente de bien faire".

J’en reviens à la citation que j’ai choisie, qui constitue pour moi la plus belle illustration de cette tendance. Déjà, un truc que je trouve intéressant avec celle-ci, c’est qu’on pourrait carrément l’enlever du texte sans qu’on n’ait l’impression qu’il manque quelque chose (essayez par vous-mêmes, lisez le texte en faisant directement s’enchaîner les phrases « Je décoche. » et « Carton plein ! », vous allez voir que ça passe pas mal), mais quand je compare les textes avec et sans la citation, je me dis malgré tout qu’on aurait énormément perdu à ne pas l’avoir. En fait, tout ce passage qui décrit la trajectoire de la flèche va créer une suspension du temps pendant laquelle on va ressentir la tension du personnage, à travers le fait qu’il ait les yeux rivés sur sa flèche de son départ jusqu’à son arrivée – puisque la narration, qui reflète ses pensées du moment, est elle-même rivée dessus. Très subtilement, ça suggère qu’il n’est pas entièrement certain de son coup, qu’il attend la certitude que son tir va bel et bien faire mouche. En somme, qu’il n’est pas totalement serein. Un vétéran aguerri qui a fait ça un million de fois, en comparaison, aurait plus probablement eu la version raccourcie avec « Je décoche. Carton plein. », qui montrerait beaucoup plus d’aisance.

Mais en fait, ça va même encore plus loin que ça. J’ai parlé du fait que le texte utilise des phrases supplémentaires pour ralentir l’action – d’ailleurs, le fait de décrire la trajectoire de la flèche sur trois phrases séparées au lieu d’une seule qui dirait la même chose que les trois, ça contribue aussi à ce ralentissement, vu que ça fait dans l’esprit de Cian trois constats séparés entre lesquels on est incertains du temps qui s’est écoulé –, mais j’ai pas parlé des mots qui ont été utilisés pour cette description. Parce que là aussi, il y a des choses à dire.

La première des trois phrases se concentre exclusivement sur la flèche, et la décrit comme filant à pleine vitesse – donc on se figure inconsciemment une trajectoire parfaitement droite. La deuxième parle également de la flèche, mais  à côté de ça, elle mentionne implicitement tout ce qui l’entoure et qui serait susceptible de la perturber – même si on nous dit que rien ne la perturbe, on commence à en évoquer la possibilité. Et la troisième ne parle plus de la flèche du tout, elle parle du vent qui gronde autour d’elle, un élément beaucoup plus chaotique, beaucoup plus instable. Progressivement, en lisant ces trois phrases, on passe de l’image concrète d’une flèche droite, certaine, à celle beaucoup plus abstraite et désordonnée du grondement dans lequel elle se dirige. Et ça a deux intérêts. Le premier est visuel : au fur et à mesure que la "caméra" suit la flèche, elle passe de l’image de Cian, soldat de fer, à celle de la horde qu’il affronte, totalement chaotique, et suggérer ce désordre croissant dans l’image, ça fait insidieusement ressentir ce contraste, malgré le fait qu’on ne nous ait pas encore présenté ladite horde. Le deuxième intérêt, c’est que ça suggère également un trouble croissant chez Cian. Plus ça va, plus sa pensée semble s’arrêter sur tout ce qui pourrait nuire à la bonne progression de la flèche, et par le jeu des connotations, le vent qu’on voit gronder de plus en plus semble presque refléter la façon dont il ressent la chose. En somme, la succession des trois phrases fait monter la tension de plus en plus, et à la fin, quand la flèche atterrit et la narration lâche « Carton plein ! », ça donne l’air d’une véritable délivrance pour Cian. On a même une phrase qui se permet d’être exclamative, là où les précédentes avaient posé une ambiance beaucoup plus lourde, avec tous ces points.

En fait, cet instant dans le texte, c’est celui où on se rend compte que le personnage n’est pas totalement à l’aise dans sa situation, celui qui va vraiment introduire tout ce déséquilibre constant dans la narration entre le calme et l’impulsivité. Ça a sans doute l’air de rien comme ça, mais je pense que c’est celui qui introduit le mieux le tempérament du personnage. Et franchement, je trouve que c’est fait de manière très classe et très parlante.

Voilà, voilà. J’avais beaucoup de choses à dire sur celle-ci. Par contre, c’est fou comme l’ambiance devient moins sombre quand tu te rends compte que le personnage tire sur des murlocs.
Luke (DT):

« On raconte qu’une femme aux cheveux noirs et avec un chapeau de pirate essaie désormais de construire un radeau sur la plage pour « exterminer ces foutues méduses qui ont osé toucher à mon Roi » » - Luke (DT)

Bon, d’habitude, je touche pas trop aux citations drôles parce que c’est dur de trouver quoi dire dessus, mais là, il y a un peu de matière. C’est une phrase qui fonctionne sur une idée de décalage, de rupture soudaine, comme on en utilise souvent pour faire rire nerveusement. Mais ce que j’aime particulièrement avec celle-ci, c’est qu’on n’a pas une, mais plein de ruptures successives qui s’accumulent brusquement.

D’abord, la plus évidente, on a une rupture de ton. On passe soudainement d’une phrase parfaitement neutre, sans jugement ni connotation – comme se doit de l’être un discours de journaliste –, à quelque chose de complètement impétueux, biaisé, violent, et même un rien grandiloquent. Jusque-là, rien de bien sorcier.

À côté de ça, on a une rupture de point de vue. On passe de quelque chose de très distant, présenté comme des rumeurs sur la femme évoquée, et ne la décrivant d’ailleurs que par ses attributs physiques, à un discours venant directement de ladite femme, comme si elle s’incrustait subitement au milieu de l’avis des autres – ce qui renforce encore le côté impétueux qu’on lui attribue.

Et ensuite, on a deux ruptures dans la notre vision de la situation, avec l’expression « qui ont osé toucher à mon Roi ». Déjà, à ce stade, on s’attend à ce que l’article enchaîne sur les précautions que prendront les habitants du bled pour éviter que des incidents comme celui décrit se reproduisent, et c’est ce qu’on lit quand ça commence à parler d’extermination, puis soudainement, on se rend compte que c’est purement par vengeance pour son roi que la femme envisage d’aller massacrer les méduses – d’ailleurs, petit décalage dans sa façon de penser à travers l’utilisation du mot "osé", comme si elle attribuait des intentions aux méduses, ce qui fait rire aussi. Et bien sûr, la deuxième rupture : on se rend subitement compte que le personnage qu’on suivait depuis le début n’était pas un clampin lambda, mais un roi. Bon, un roi un peu particulier quand on le connaît – et qu’on a été en duo avec lui à l’édition précédente –, mais tout de même.

Donc voilà, le fait qu’on ait tout ça qui tombe en même temps, ça fait une sorte de rupture généralisée, et c’est marrant. Voilà. Non, mais oui, c’est forcément moins marrant quand on lit une dissertation dessus.
Liam (DL):

« Tous sauraient que cette nuit, pendant que tout un chacun s’affairait à des activités de tout acabit, moi, je perdais une guerre contre un estomac effervescent. » - Liam (DL)

Bon, avant de parler de celle-là, il faut bien comprendre que dans la majorité de ce que je vais dire, je pars du principe qu’on ne connaît pas encore la chute du texte en lisant cette phrase, même s’il y a déjà des éléments qui permettent de la deviner (moi, je n’ai vraiment compris qu’au paragraphe d’après, mais j’imagine que d’autres ont pu être plus perspicaces, voire comprendre de quoi ça parlait depuis le début). En somme, je considère qu’on ne connaît pas encore vraiment la nature du mal qui ronge Liam. Parce que sinon, ça devient tout de suite beaucoup moins lyrique. En fait, pour tout dire, je me bénis d’avoir mis si longtemps à comprendre la chute, parce que j’ai trouvé le texte vraiment prenant tant qu’il était obscur, mais quand j’ai constaté à quel point le thème avait été respecté à la lettre, ça en a foutu un sacré coup à la poésie. Et au final, ironiquement, je crois que la seule chose qui m’ait fait regretter la chute, c’est le fait que j’aie adoré ce qui la précédait.

Mais revenons à mon état d’esprit du moment, à un passage où tout est encore sombre, au sens propre comme au figuré. On est en train de suivre un personnage qui lutte contre un mal de nature normalement inconnue, mais qui lui pèse sur l’estomac et lui provoque des insomnies – avec un peu d’imagination, ça peut tout aussi bien être une crise de neurasthénie. Et quoi que ce soit, ça le rend fou, à tel point qu’il s’est dirigé de plein gré vers ce qu’il vient de comparer à une chaise électrique pour en finir (faites un effort pour oublier que c’est la cuvette des toilettes). Et là-dessus, alors qu’il est sur le point de se libérer définitivement, il lance un dernier hurlement pour célébrer… sa victoire et sa défaite à la fois. La phrase précédente dit "crier mon triomphe", mais celle-ci dit "je perdais une guerre". De la façon dont je le lis, on a Liam qui semble avoir remporté la dernière bataille d’une guerre perdue, comme s’il se félicitait d’avoir réussi à marcher jusqu’à sa chaise malgré le fait qu’il ne s’y soit rendu que parce qu’il avait perdu les batailles précédentes contre son estomac. Ça donne une bonne impression du point de souffrance auquel il est rendu, considérant comme une victoire le fait d’avoir mis fin à sa guerre bien que ce soit en la perdant.

Mais ce n’est même pas ça, que j’aime le plus dans cette phrase. L’autre point qu’elle souligne – ou plutôt qu’elle revient illustrer parce que ça fait un bout de temps que le texte nous l’a présenté –, c’est combien Liam semble insignifiant devant le sort qu’il affronte. Tout le long du texte, tout ce qui l’entoure semble immense devant lui – les couloirs qui lui paraissent démesurément longs, les rugissements de son ventre qui écrasent ses cris parce qu’il ne parvient qu’à murmurer, son corps comparé à un "fief prêté à ses vassaux", et la métaphore filée de la prison dont il n’est qu’un détenu.  Et constamment, il tente de s’extirper de ce contraste : il tente de crier contre les grognements, il insulte la lune, il s’efforce de maintenir sa démarche droite… et finalement, une fois arrivé à la chaise, il lance ce dernier hurlement avec l’espoir de se faire entendre par on ne sait trop qui. Et la phrase que j’ai prise en citation, qui décrit son intention à travers ce hurlement, résume vraiment bien toutes ces idées dont j’ai parlé jusque-là. On voit Liam utiliser des tournures qui le grandissent, avec "Tous sauraient que" pour se donner de l’importance, puis un contraste entre les gens qui s’adonnent à des "activités de tout acabit" et lui qui "perd une guerre", et la phrase se conclut sur son estomac qui l’a vaincu – donc pas la défaite la plus glorieuse en principe – qui le fait subitement et cruellement retomber dans son insignifiance. On sent un Liam qui tente de faire quelque chose à partir de rien et qui s’écrase dans sa tentative.

Alors c’est vrai que c’est marrant de voir la chose comme Liam qui a tenté de faire une quête épique du fait qu’il allait aux toilettes pour une urgence caca – et c’est même un peu méta quand on y pense –, mais moi, sur le moment, j’y ai lu un homme au comble de je ne sais trop quelle souffrance et sombrant dans une sorte de démence à force de ne rien parvenir à y faire. Et sincèrement, ça m’a pris aux tripes.

Voilà. Ça a été très difficile de restituer mon premier sentiment en faisant abstraction de ma nouvelle lecture de la phrase, mais ça m’a l’air pas trop mal comme ça.
Cyriel (ELY):

« Et c’est ce que nous fûmes, Cyriel, Cyriel et Cyriel. » - Cyriel (ELY)

J’adore cette phrase. Vous me direz, c’est pour ça qu’elle est ici, mais j’adore vraiment cette phrase. On a cette entité, Cyriel, qui vient de nous parler du bonheur d’être un couple, une famille, et qui derrière nous dit qu’elle en a été une elle-même, mais au moment de la phrase où on attend les noms des trois personnes qui la composaient, les trois semblent avoir été effacés au profit de ce "Cyriel". Ce n’est même pas une phrase au présent, elle est bien censée évoquer une vie passée, celle où ces personnes ne s’appelaient pas encore Cyriel, mais malgré tout, c’est ainsi qu’elles sont nommées. Il y a comme un sentiment que ce nom et cette nouvelle entité qu’il désigne ont déteint même sur le passé ; Cyriel ne semble plus pouvoir ramener ce qu’il était, se rappeler le temps où l’amour – qu’il ne sait même plus nommer comme on le voit dans la suite du texte – régissait encore ses trois parts. Et ça le hante, on a cette répétition de trois "Cyriel" successifs, chacun enfonçant le clou plus profond dans ses pensées qui semblent tourner en rond. On ressent la perte, on ressent le gâchis, et on ressent les regrets qui n’y feront rien. Ce passage est remarquable de désolation, et il finit par résonner comme un avertissement de la part de cette entité qui s’est perdue elle-même et qui nous garde de connaître le même sort. J’ai pas de mots pour décrire cette phrase, elle est juste… Cyriel. Tiens, c’est pratique, ça.
Erasme (LAC):

« Brrr !! On ne sait pas vraiment de quelle manière on va finir croqué avec ces yeux-là, sachez-le ! » - Erasme (LAC)

Celle-là, c’est juste parce que je trouve super réussie la parodie de la journaliste à sensation qui transforme le reportage en comédie. Rien que sur le "Brrr !!", qui sonne complètement forcé, le genre d’effet stylistique à deux sous utilisé à tort et à travers, avec les deux points d’exclamation pour essayer d’en rajouter encore, je trouve qu’on visualise super bien le genre du personnage. Et derrière, la phrase qui suggère du danger là où il n’y en a pas vraiment pour faire monter la tension, et tente subtilement de vous faire comprendre par le pouvoir du présent de vérité générale ponctué d’un "sachez-le" que la journaliste connaît cette situation mieux que vous, de sorte à se présenter comme l’héroïne intrépide de votre feuilleton qui s’en va quotidiennement dégotter l’information à ses risques et périls… tout y est, le stéréotype est super bien respecté, et quand je lis cette phrase, ça me met une image tellement claire dans la tête que je pourrais quasiment la dessiner les yeux fermés. (Vous prenez une photo d’une grosse créature bien méchante qui vous regarde, puis vous ajoutez sur la moitié droite une jolie jeune fille tournée vers l’objectif, qui vous fait un clin d’œil, un grand sourire tel qu’on n’en fait que dans la japanimation, et surtout, un symbole peace avec la main. C’est important.)
Esteban (NER):

« Un nœud coulant pour mettre fin définitivement à sa vie parsemée d’erreurs et de regrets. » - Esteban (NER)

Là, je montre une phrase, mais j’ai envie de mentionner tout le passage qui suit, parce que je trouve qu’il marche vraiment bien. Globalement, je trouve que toute la structure du texte en roman policier – enfin, en nouvelle policière très abrégée parce que limite de mots et de temps oblige – est très proprement ficelée : le texte commence directement au milieu de l’affaire sans introduction – in medias res comme on dit dans le jargon –, un code pas mal utilisé dans les polars pour simuler le sentiment qu’a un inspecteur arrivant dans un endroit qui lui est inconnu et après que le crime ait été perpétré, et du coup, la présentation des lieux et des personnages ne peut arriver que plus tard. Et c’est exactement ce qui se fait dans ce texte.

Au départ, on nous présente un topo rapide de l’affaire, et avec un ton assez distant – on notera d’ailleurs que Helsown est introduit par son titre, en tant que "l’ex-lieutenant Helsown" –, et même si c’est ponctué de pensées un rien plus personnelles du personnage au sujet de ses convictions, ça ne permet pas encore de vraiment le cerner. Ce qu’on apprend de lui, c’est probablement ce qu’il a hurlé à la face du tribunal qui l’a jugé précédemment, ça n’entre pas encore dans son intimité. La véritable "présentation" du personnage, le moment où on comprend vraiment ses motivations et ce qui l’a amené au point où il en est, n’arrive que plus tard, juste avant le dénouement de l’affaire. C’est le passage introduit par ma citation.

Présenter de nouveaux aspects d’un personnage tardivement dans le récit, c’est pas quelque chose de simple. Bon, là, c’est un peu aidé par le fait que le récit en question soit pas très long et que même si on en a techniquement passé le tiers, ça ne représente que quelques centaines de mots, mais c’est pas simple malgré tout. Quand on a déjà passé un peu de temps avec un personnage et qu’on a l’impression de le connaître – un sentiment qui peut venir TRÈS vite –, on se met déjà à établir inconsciemment des prédictions sur lui, et si le texte les transgresse sans bonnes raisons, on va se sentir perdus et éjectés. Et notamment, si un trait de caractère apparaît tard dans le texte, il faut s’assurer qu’il y ait une bonne raison à ce qu’il n’ait pas été mentionné plus tôt, et il faut une bonne raison au fait qu’il soit mentionné maintenant. Eh bien dans ce texte, il faut le dire, c’est introduit avec une fluidité remarquable, avec un brin de lyrisme par-dessus le marché.

On a d’abord le personnage dans sa geôle qui constate l’imminence du sort qui lui est réservé, sentiment tout à fait logique de la part d’un condamné, et c’est à travers la phrase qui décrit le sort en question, « Un nœud coulant pour mettre fin définitivement à sa vie parsemée d’erreurs et de regrets », qu’il introduit son introspection plus intime. Ça se fait au sein même de la phrase, de telle sorte qu’on voit à peine passer la transition, et qui plus est, ça me donne même l’impression que c’est le point de vue qui glisse de l’avis général à la pensée du personnage, en passant subtilement de la tournure « Un nœud coulant pour mettre fin définitivement à sa vie parsemée d’erreurs », qui ressemble à la façon édulcorée dont un juge présenterait sa sentence, à « sa vie parsemée d’erreurs et de regrets », qui est carrément l’introduction d’un passage d’introspection. À la suite de ça, on a les regrets qui induisent les pensées allant à sa femme, ce qui est aussi assez naturel, c’est bien le genre de songes qui peut passer par l’esprit d’un condamné, mais même là, ça ne s’arrête pas là ; on enchaîne avec les deux dernières phrases du paragraphe, qui viennent ajouter une justification supplémentaire à l’introduction de cette femme : « S’il refusait aujourd’hui d’endosser la responsabilité de ce crime odieux, ce n’était pas par crainte de la mort. C’était pour na pas salir la mémoire de cet ange parti avant l’heure en y associant le nom d’un criminel. »

Outre le fait que ça ajoute une certaine sympathie pour le personnage, qui fait montre d’une grande humilité, je trouve surtout que ça s’intègre superbement bien, en lien avec tout ce que j’ai raconté précédemment. Deux paragraphes plus tôt, j’ai mentionné que c’était important de laisser entendre une raison au fait qu’un certain trait de caractère ne soit pas apparu chez un personnage avant l’instant où on nous le présente ; eh bien ici, c’est justement parce que cette raison existe que le trait est si touchant. On nous présente Helsown comme refusant d’associer le nom de sa tendre Anna à celui d’un criminel, et de fait, on comprend implicitement pourquoi celle-ci n’a jamais été évoquée pendant toute la phase précédente de l’histoire, celle qu’on regardait d’un point de vue plus distant. On s’imagine un Helsown complètement seul – par choix – contre la justice du commodore, et c’est ainsi qu’on le voit tant qu’on est dans la phase du récit où on nous décrit ses interactions avec la "sphère publique", si je peux appeler ça comme ça, et ce n’est que quand il regagne l’intimité de ses pensées, seul dans sa cellule – alors qu’il semble oublier Scrobb un instant –, qu’on nous présente le fait qu’il ait eu une femme, le fait qu’elle soit morte, et le fait qu’il ne veuille pas salir sa mémoire.

ET LÀ-DESSUS ! Il nous ressort une autre transition remarquable. « Ça ne colle pas », qu’il nous dit. On ne nous donne pas d’arguments pour appuyer cette déclaration, on a juste cette conviction qui semble le prendre à l’instant où il vient de se remémorer le pourquoi de sa lutte. Comme si ça devenait évident pour lui, après un instant de mélancolie qui frôlait la résignation, que toute cette affaire n’avait ni queue ni tête. Comme s’il avait fallu la mémoire de feu son aimée pour lui rappeler qu’il était innocent et se devait de le prouver. Ça nous permet à nouveau de passer de la phase d’introspection à la phase d’enquête d’une façon extrêmement fluide, extrêmement naturelle, et franchement touchante. Et au risque de sombrer dans l’interprétation, on peut même trouver un double-sens à l’expression « Ça ne colle pas », suggérant d’une part que sa culpabilité ne fait aucun sens, et d’autre part que, comme mentionné dans la phrase précédente, le nom d’un criminel ne colle pas avec celui de son petit ange parti trop tôt, ajoutant encore à la fluidité de la transition entre le passage plus personnel et le retour de l’enquête (en tout cas, c’est l’effet que ça m’a fait).

Et pour finir, petite mention au fait que comme c’est souvent le cas dans un roman policier, c’est au moment où on comprend enfin le personnage principal jusque dans son fond que l’enquête trouve enfin sa résolution ; c’est un code assez courant, parce qu’il faut souvent le pourquoi pour comprendre le comment, donc on attend d’avoir présenté l’un au lecteur pour lui présenter l’autre histoire qu’il parvienne à suivre. Ici, ce n’est pas forcément nécessaire, mais ça fait une autre petite ref’ aux codes du genre que j’aime bien. Même si je suis possiblement le seul à la lire comme ça.

Bon, j’ai beaucoup parlé sur cette citation-là. Il faut dire que c’était un passage entier, qui lui-même ne trouvait tout son sens qu’en relation avec tout le reste du texte. Mais voilà, tout ça pour dire que ce passage, c’est vraiment celui qui a porté ce texte vers les sommets de mon appréciation, quoi que ça veuille dire.
Thecle (SA):

« C'est donc ça le langage de l'amour à 50 ans... » - Thecle (SA)

Cette réplique-là, c’est le genre à te faire un bilan clair, concis et franchement profond de tout ce que t’as lu jusque-là. Elle fonctionne presque comme une petite chute, dans le sens où on nous présente tout le long du texte une relation assez originale entre deux personnages – on est constamment dans une sorte de complicité ponctuée de sarcasmes et de semi-disputes, mais sans que ça ressemble jamais à de l’amour camouflé sous de l’aversion, ni à de l’aversion pure, les remarques désagréables semblent juste naturellement faire partie de la chose –, et derrière, cette phrase pose un nom très juste sur ce que c’est. C’est pas une absence d’amour, c’est une absence de poésie, c’est la froide réalité qui revient faire peser tous les problèmes dont on est conscient à cinquante ans. Ce sont pas des mots doux et pleins d’espoir, mais des commentaires cyniques et désabusés. Ce sont pas des fleurs et des chants de petits oiseaux, mais des défections fécales et des descentes d’organes. C’est un peu l’illustration de la citation de Beverley Nichols qui dit que l’amour, c’est un acte en vers suivi de quatre en prose. À part que là, en plus, le cinquième acte a été écrit par Romain Gary.

Mais la phrase marche également comme une chute dans une autre dimension. Parce qu’en un sens, le personnage qui la lance a déjà mentionné précédemment que la romance, c’est "un truc de jeunes" (sic). Mais ici, ce que j’aime encore plus, c’est que la phrase sonne comme une petite déception. Certes, on ne voit jamais l’histoire entre les deux personnages autrement que comme une aventure sans engagement ou quoi que ce soit qui puisse y ressembler, c’est à peine si on peut parler d’une histoire d’amour, et on dirait plutôt deux vieux loups de mer qui se font une traversée ensemble, mais ce petit air déçu que montre Thecle indique quand même qu’elle avait l’espoir d’au moins ressentir un début de sentiment agréable, de passer un moment plaisant. Et manifestement, elle n’arrive même plus à ça. On lit un peu cette phrase en se disant que c’est le quotidien qu’elle se coltine et continuera de se coltiner – en pire – pendant longtemps. Et au final, même si la pièce a l’air – du moins en partie – tournée pour être drôle, il y a aussi ce côté pince-sans-rire qui inspire plus une sorte d’empathie désolée pour le personnage principal. Et ça me plaît bien.

Voilà, voilà. Et je m’excuse par avance s’il y a des fans de Romain Gary qui me lisent.
Kirito (SAO):

« Je préfère de loin ce rictus joyeux qui revient dès que je peux lui murmurer sereinement 'Tiens, c'est pour toi.'. » - Kirito (SAO)

Et je termine sur celle-ci que vous attendiez si vous avez lu ma mention honorable à ce texte (vers laquelle je vous renverrais bien, mais j’ai peur de rentrer dans un cercle vicieux). Qu’est-ce donc qui m’a poussé à sélectionner cette phrase, à la mentionner même en dehors de l’espace commentaires, et à attendre la fin dudit commentaire pour vous en parler ? À la dernière question, je réponds que c’est parce que les hasards ont fait que c’était le dernier texte de la liste – à part celui de Terrae, qui rentre dans la catégorie des textes humoristiques sur lesquels je sais jamais quoi dire –, et aux deux autres, je m’en vais vous répondre sur le champ.

Bon, déjà, c’est mignon. Mais c’est pas juste mignon parce qu’il lui offre des fleurs et qu’elle sourit. En fait, j’aime beaucoup comment la scène passe d’une ambiance à moitié gênée à quelque chose de beaucoup plus serein au moment où les deux personnages passent la porte de leur maison. De base, on a un étonnement d’Ayura comme seule réaction des fleurs qui lui sont offertes, Kirito qui évite de croiser son regard, et ça parle carrément de déception derrière. Et à partir de là, une fois la porte de bois poussée – et, devine-t-on, refermée derrière eux, en somme le moment où ils sont vraiment seuls –, on vire vers le sourire joyeux et le murmure serein. Combiné au fait que le cadeau que fait Kirito à Ayura soit initialement présenté comme venant d’une convention sociale – le White Day –, ça a un écho assez touchant de voir les deux ne vraiment ressentir la chose qu’une fois dans leur sphère intime, là où les conventions ne devraient pas les poursuivre. En un sens, ça donne quelque chose de plus sincère encore que ça ne doit l’être.

Et dans la continuité de ce que je viens de dire, je trouve l’expression « dès que je peux lui murmurer sereinement » remarquablement bien formulée. On ressent vraiment un Kirito qui n’a pas pu être serein jusqu’à cet instant, et qui se sent enfin libéré, on réalise les efforts que lui a demandés cette journée éprouvante. Et j’aime aussi beaucoup l’idée qu’on le montre de nouveau serein avant même de nous présenter la réaction d’Ayura. C’est comme si, à partir du moment où ils ne sont plus que tous les deux, il n’y avait plus de raisons de douter de quoi que ce soit, c’est juste une zone de confort, et toutes les inquiétudes qu’a formulées Kirito tout le long de cette histoire ne semblent avoir été que le fruit d’on ne sait quelle pression qu’il s’est mise au milieu des autres. Ça génère un sentiment de complicité encore plus grand entre les deux, et ça rend le tout absolument adorable.

Et, bon dieu, je le répète, mais tout ça dans un foutu lipogramme en A !

Voilà, voilà, c’est tout pour aujourd’hui. C’était un peu long – on approche tout de même des six mille mots avec l’introduction, donc ça fait un gros pâté pas forcément facile à lire surtout pour les maniaques des textes justifiés auprès desquels je m'excuse –, mais dites-vous que ça aurait pu être encore pire. J’ai déjà tronqué deux citations sur lesquelles j’ai pas vraiment trouvé quoi dire, et pour le coup, ça a aussi été raccourci par le fait que l’épreuve 4 a eu pas mal de choses comiques, ce qui me permet de m’en tirer à chaque fois avec l’excuse "c’est du comique donc je sais pas quoi dire". Mention spéciale au texte de Kobe sur lequel vous devinerez que je savais VRAIMENT pas quoi dire.

Sur ce, j’espère réussir à agencer d’autres commentaires dans un temps à peu près raisonnable (c’est que c’est long à faire, ces conneries). Je sais pas à quelle épreuve je m’attaque ensuite, probablement que ça va se faire selon le choix du sacro-saint dé à six faces dont la quatrième impliquera une relance, mais j’espère vous retrouver bientôt pour de nouvelles aventures d’après-lecture que je vais donc me retenir d’appeler "avenlectures". Hé, mais c’est très bon, ça !
Anonymous
Melkus
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 09 Mai 2021, 17:41
Épreuve 2 - Avalon-Path of G. & Valoran's Battlefront
Le sujet est traité assez littéralement et finalement on n’en demande pas plus. C’est rythmé et parfaitement fluide. Les deux écritures s’associent plutôt bien et la synergie des deux personnages ne produit aucune fausse note.

Épreuve 2 - Damned Town & Joueur amical
Ah j’en aurais voulu plus ! L’alchimie entre les personnages m’a beaucoup plu, de la même façon que l’opposition ange et démon, et le cadre spatial choisi. Un bon moment avec une fin bien trouvée et qui ouvre à une suite.

Épreuve 2 - Dusk Lumiris & Ezylone
De nouveau un récit rythmé et intense. Le mélange des univers est bien exploité et offre des perspectives intéressantes. De plus, l’association des deux personnages est fructueuse.

Épreuve 2 - Elysion & SnK Rebirth
Merci à ma partenaire pour cette épreuve. Toujours très réactive, elle a été une alliée de poids pour boucler ce texte pas facile, car nos deux univers n’offraient pas forcément de jonctions évidentes.

Épreuve 2 - Esquisse & Open World
The mandalorian. Un géant de fer balèse, une petite mignonne et un récit riche en actions. C’était très sympa à suivre avec une bonne alternance au niveau des ambiances et des tons.

Épreuve 2 - Ilukaan & Just Married
En tant que grand fan du manga Dofus, j’étais content de retrouver Goultard. Moins débile d’ailleurs que dans sa version bd. L’idée de la VR est pas mal du tout pour mixer plus aisément les deux univers. Pour l’histoire, c’est drôle rythmé et les personnages ont vraiment deux personnalités avec des marqueurs précis. C’était une aventure très sympa !

Épreuve 2 - Lacrimosa & Nano. Rôleplay
Le récit est assez intrigant que ce soit par ses personnages, son cadre ou son déroulé. Cette aura de mystère était agréable et se laissait parcourir avec plaisir.

Épreuve 2 - Penguin's Highway & Néréides
Niveau contraste, on touche peut-être au plus accentué de tous. Les styles sont hétérogènes au possible et les personnages en apparence n’ont pas le moindre début de lien. Pourtant, le récit bien que perturbant se suit bien et offre un ensemble finalement cohérent et plutôt drôle, avec même une certaine complicité entre les deux protagonistes.

Épreuve 2 - Sword Art Online & Kobe High School
C’est drôle, rythmé et les deux univers fonctionnent parfaitement ensemble. Même si ce n’était pas forcément le mélange le plus difficile à faire, bravo pour la qualité de l’association.

Épreuve 2 - Terrae & Spirited Away
Après la débauche d’actions de la plupart des prestations, on finit sur un ensemble plus doux. C’était plaisant et le duo fonctionne vraiment très bien. On ressent la complicité et ça c’est une grande qualité dans une épreuve de ce type.
Anonymous
Kan Odawara [JM]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Dim 09 Mai 2021, 22:33
TON PSEUDO
Kan Odawara

Un simple acteur à la retraite. Il faisait lui-même ses cascades.


Just Married


Bonjour, Bonsoir à tous ! Me revoilà avec, comme promis, mes commentaires pour l'épreuve 4 ! J'espère qu'ils feront plaisir aux concernés et les encourageront à revenir aiguiser leurs plumes (et donner de la lecture) pour les éditions suivantes ! Sans plus attendre :

DISCLAIMER : ATTENTION CA SPOILE

Cian (La Nouvelle Avalon) : De l’action comme on aime ! C’est fluide, clair et nerveux. On n’est jamais perdus avec les explications sur la technologie propre au contexte du forum qui s’intègrent très bien au texte, sans être lourdes ni obscures. La montée de la tension est très bien maîtrisée, on s’inquiète vraiment pour Cian et pour tous ceux qu’il protège et on est soulagé à la fin quand ils arrivent tous à s’en sortir. Et puis merde, il est trop badass avec ses flèches spéciales, là ! BG, va ! Enfin bref, de quoi donner goût à la SF ! Bravo à toi :3

Luke (Damned Town) : Mdr, gg gars, j’ai ricané tout du long. La forme journal rend plutôt bien et les interviews des personnages tous plus hauts en couleurs les uns que les autres glissées ça et là sont hilarantes ! La caractérisation est très efficace, on identifie sans doute très bien les concernés ! J’ai reconnu Casey alors que tout ce que j’ai lu d’elle, c’est son épreuve d’interfo, c’est dire ! C’est dommage pour ce pauvre Luke qui, du coup, est limite un PNJ dans sa propre aventure. Mais c’était très drôle malgré tout, j’ai passé un bon moment et je n’en demande guère plus. Merci à toi, par conséquent :3

Liam (Dusk Lumiris) : Alors franchement, je te tire mon chapeau. C’est la première fois que je vois quelqu’un décrire un mec qui se lève la nuit parce qu’il a la courante avec autant de lyrisme ! Au début je l’avoue, j’étais un peu perdu, je ne voyais pas où ça allait et le manque de simplicité dans la forme ajoutait encore à mon embrouille. Mais dès que j’ai compris, que j’ai compris ce qui tourmentait ce pauvre garçon et que tu avais pris le sujet au sens littéral, ça a tout de suite revêtu une autre saveur ! Le contraste entre l’emphase de la narration et la trivialité de l’action était vraiment drôle. Un texte un peu plus bref aurait permis de moins diluer l’effet à mon sens mais ça ne l’empêche pas de s’apprécier. Et puis je te remercie chaleureusement au passage pour ce mot « racrapoter » qui n’est guère en vigueur dans le royaume de France, ce qui est fort dommage car il est savoureux. Encore bravo :3

Cyriel (Elysion) : C’est très cool ! Il m’a fallu un moment pour comprendre et j’ai du relire un peu parce qu’il était tard et que je ne m’attendais pas à ça mais j’ai été agréablement surpris. C’est court mais c’est suffisant. On cerne la forme très particulière d’isolement de Cyriel, j’ai trouvé ça fascinant. Voilà un bien curieux et tragique personnage, ça ne doit pas être évident à jouer mais très gratifiant. Et bravo pour le lipogramme, t’as choisi une lettre infâme, y a des évadés ça et là mais honnêtement c’est pas grave parce que c’était déjà super courageux de ta part, je l’aurais pas tenté omg ! Trop fort :3

Kaoren (Esquisse) : Je n’ai rien à dire. Juste, rien. Je suis sans voix. C’était somptueux, incroyable, éblouissant, et je n’ai pas d’autres mots. Pour qui aime le théâtre classique, ce qui est mon cas, c’est un pur régal et j’ai été transporté. C’est un sublime hommage que tu lui as rendu ici et je ne peux rien dire de plus pour en faire l’éloge sinon répéter que je suis en admiration. Chapeau l’artiste.

Shäan (Ezylone) : C’était frais et léger, fluide et agréable, j’ai beaucoup aimé cette lecture ! Shäan est attendrissante et n’a pas froid aux yeux, son lien avec Plume est bien décrit et touchant malgré la brièveté du texte et leur aventure d’une nuit était très plaisante à lire. Et puis l’abécédaire c’est galère, bravo à toi, t’as bien géré :3

Tega (Ilukaan) : Alors déjà, oui c’était dans le paragraphe de présentation mais moi, Pentagram et Witchtube, je m’en remets pas. Voilà. Ensuite, même si je n’ai pas été exactement convaincu par la forme en tant qu’article de journal… Bah au final on s’en fout parce que c’est super drôle ! Je rejoins l’avis de Luciano, ça n’a pas du être une partie de plaisir. Monsieur Barbaren, il faut cesser la junkfood, manger des fruits et assumer le fruit de vos entrailles si moisi soit-il, ça serait quand même plus sérieux pour un professeur ! La caractérisation fonctionne très bien, les petits témoignages esquissent à merveille le caractère des différents interviewés qui sont tous très attachants (Scott jtm fais-moi des enfants stp) et ça rend l’ensemble très vivant ! Et puis les petits indices disséminés ça et là pour résoudre l’affaire, c’est très croustillant ! J’adore ! Bref, bravo à toi :3

Mirai « Planche à pain » Odawara ( Just Married) : VOUS CONNAISSEZ MA FEMME ? ELLE EST BELLE, HEIN ??? Herm. Pardon. Poupée, je ne m’étendrai pas trop parce que, même si de toute façon je ne peux pas voter pour toi, je ne voudrais pas qu’on mette en doute mon objectivité (mdr). Je me contenterai donc de dire que c’est très bien mené, que le suspense est maintenu jusqu’au bout, que la scène de drague du pauvre chauffeur de taxi avec mon beau-frère à côté me fume complètement, et que tu es beaucoup trop sexy dans cette tenue. À la maison et que ça saute, petite coquine ;3

Quincy (KHS) : C’est nul mdr.
En vrai c'est moi donc je vais rien dire xD

Erasme (Lacrimosa) : Ah bah bravo, je vais voir la chanson dans la tête toute la journée maintenant, c’est malin tiens… La journaliste n’est pas très neutre pour une journaliste mais ce n’est pas bien grave, la forme fonctionne très bien quand même avec les extraits mis en plus gros pour attiser la curiosité, c’est bien vu. Autrement, c’est fluide, agréable à lire et j’aime beaucoup le fait que le trésor en question ne soit pas d’argent et d’or ! C’est une très bonne idée. Je trouve simplement un peu dommage qu’au final, on ne fréquente Erasme que peu de temps et de très loin, surtout que la scène s’arrête pile au moment où ça devenait encore plus intéressant ! J’aurais bien aimé découvrir davantage les conséquences de cette richesse inattendue dans un endroit pareil, surtout pour un homme qui se soucie davantage du bien-être des siens que d’être pété de thunes. Si le texte avait pu développer cet aspect, ça aurait été super. Mais en attendant, c’était quand même un chouette article alors bravo à toi :3

Pazou (Nano Roleplay) : PFAH ! Dis donc les gars, il va falloir réviser vos sources ! Entre 2 et 20m, ça fait quand même une sacrée fourchette pour un piaf alcoolique ! Désolé, j’ai tellement ri… Déjà, félicitations pour la série d’article. Je trouve que c’est une très bonne idée, ça maintient l’attention jusqu’à la fin. Et puis on a vraiment l’impression d’avoir la suite du feuilleton, comme ça ! Et franchement pour le reste, c’était excellent. C’était drôle ! Les méchants nasebroc comme ça, ce sont les meilleurs ! Surtout quand ils sont bouffis d’arrogance comme l’est ce cher Pachou. J’ai tout lu sans m’en rendre compte, je me suis marré du début à la fin et j’ai passé un très bon moment. Bravo à toi, et la bise à Viktor :3

Esteban (Néréides) : Diantre ! Vous ici à nouveau, quelle bonne surprise ! Voilà en premier lieu. En second lieu : MAIS OUATE ????? QUEL ÉTAIT CE CRIME AFFREUX ??? DIEGO MÉRITAIT-IL VRAIMENT LA MORT POUR ÇA OMG ??? J’étais content de retrouver Esteban, bien davantage dans son élément ici malgré sa situation périlleuse. L’ambiance de fond de cale est très bien posée, mention spéciale au personnage de Scrobb, sympathiquement détestable comme on les aime. Le style est très agréable et se lit tout seul. En revanche, même si j’ai bien conscience que ce n’est pas facile à faire, j’aurais bien aimé en savoir plus sur les réflexions inscrites à la bave de Scrobb qui mènent Esteban à une telle conclusion. J’ai trouvé un peu dommage que ça ne soit pas plus développé. Mais une fois encore, ça n’entache pas le plaisir de la lecture. Et cette conclusion, bon sang je– Bref, bravo à toi :3

Isshou (Open World) : Obah non ! Je voulais voir le bébé à la fin, moi ! Et sinon, c’était très chouette ! Laurell est attachante malgré son caractère, sa relation avec Adrian est drôle et bien campée dans un texte aussi court, et puis moi le gars qui débarque toutes sirènes dehors pour la récupérer je m’en remets pas. Ça m’a bien fait rire ! Bravo à toi :3

Aaron (Penguin’s Highway) :
Hahahahaha ! C’était vraiment super marrant xD Je ricanais déjà bêtement  en lisant les cris fort bien retranscrits de son estomac mais quand j’ai vu le piège avec la fourchette, les gâteaux et la boîte à chaussures… Quel génie, c’est enfant ! Il est très mignon et attendrissant ! C’était un chouette texte :3

Erika (SnK Rebirth) : Et bien bravo, Erika ! La contrainte de forme est très bien respectée et elle donne beaucoup de charme à l’histoire qui se déroule. C’est très agréable, ça se lit tout seul, l’humour est présent et fonctionne très bien. La chute m’a bien amusé et je souhaite à cette pauvre Erika de continuer à s’ennuyer de la sorte plutôt que de risquer sa vie à cause des Titans ou de la bêtise insensible de ses supérieurs, les deux pouvant être aussi redoutables l’un que l’autre comme chacun sait.

Thècle (Spirited Away) : J’ai été surpris ! Sans doute par le toupet de ce monsieur qui demande même pas avant d’offrir un verre, mais au final je lui pardonne sans soucis car c’était vraiment très chouette ! La forme fonctionne et les deux personnages sont très attachants. Leurs échanges de piques m’ont fait sourire tout du long tandis que je comptais les points (j’étais du côté de Thècle, évidemment). De manière générale, j’ai beaucoup aimé Thècle ! C’est difficile de trouver une femme de plus trente ans sur les forums rps et celle-ci est haute en couleur. Son âge et la ménopause ne l’empêchent pas d’avoir une sexualité épanouie et un caractère bien trempé, et ça je l’avoue ça fait bien plaisir. Ça change, c’est plein de fraîcheur, et puis son mec était tout mignons quand même, j’espère que la croisière n’est pas finie pour eux et qu’ils ont encore bien d’autres vagues de passion en réserve. Bravo à toi :3

Kirito (Sword Art Online) : C’était trop chouuuuuu ! Kirito est trop mignoooooooon ! Chapeau pour la contrainte du lipogramme en A qui est vraiment pas simple à respecter mais vraiment, c’était super ! Kirito qui parcourt toute la ville pour trouver un cadeau à temps à sa chérie, c’est adorable ! On sent qu’il n’est pas du tout dans son élément et qu’il fait de son mieux quand même, et sa récompense à la fin est juste trop gratifiante ! Lâche rien petit, t’es un bg ! Et bravo à toi pour tout ce fluff, ça fait bien plaisir :3

Lloyd (Terrae) : Alors là… C’était super drôle ! La contrainte de forme marche vraiment, vraiment super bien (moi les alexandrins, j’en bouffe à tous les repas) et la capsule temporelle vaut tout l’or du monde ! Les différences de caractère entre les trois Lloyds sont très bien marquées et la trivialité de la situation (fort bien exprimée par cette belle rime en wesh) rend le tout hilarant ! La scène est très vivante et j’ai ricané du début à la fin ! C’était trop cool xD
Anonymous
Stilgar [Es/Te]
OnlineEn ligne
Re: Les commentaires ♥Lun 10 Mai 2021, 19:33
Suite à des demandes insistantes de la part de certaines personnes, je vais publier dos maintenant mes parodies sur la 4. Mon prochain post sera donc sur les dernière concernant la 6, vu que je n’ai eu aucune demande sur la 5. Bonne lecture, et merci de ne pas avoir déposé de mine antipersonnel sous mon paillasson pendant mon sommeil !



Épreuve 4, Luke (DT) :

Hé bien, c’est reparti.

un petit rebelle comme on aime les appeler par chez nous.
Par chez nous, c’est à dire absolument partout, à la condition expresse d’être né dans la première moitié du vingtième siècle.

Jusqu'à ce qu'il perde tout, et qu'il ne lui reste plus rien.
Mais du coup, il lui reste encore quelque chose  ? J’ai un doute.

Démunis, il rejette son destin terrible
Donc là, deux cas de figure : ou on a affaire à un colossal, un gigantesque, un monumental D4RK545UK3 (ce qui serait peu étonnant pour un démon machin mes couilles là) ou on va avoir un texte juché sur un niveau d’ironie proprement stratosphérique.

J’aimerais que ce soit le premier, mais la réalité est bien souvent plus sombre que le voile de la mort lui-même…

LE DRAMA’TURGE
Alors, quand on fait un jeu de mot, il faut qu’il y ait un jeu de mot. Drama. Turge. Une turge, c’est pas un truc, en fait.

« La folle histoire d’un homme piqué par une méduse venimeuse et sauvé de la mort par un spécialiste en ornithorynques. »
Voilà, c’est ce genre de texte qui est tapissé de plusieurs couches d’ironie et d’auto-dérision. Pourquoi vous me demandez de faire une parodie sur votre texte si vous le faites déjà vous-même, sans déconner.

Le docteur Malleby a déclaré lors d’une conférence de presse
Une conférence de presse. Parce qu’un couillon s’est fait piquer par une méduse. Alors ou il ne se passe vraiment, vraiment rien dans cette ville, ou ses journalistes ont un sens des priorités étrange.

Il s’est déshabillé en un clin d’œil dans l’une des cabines puis s’est jeté à l’eau sans réfléchir, ni même après avoir mis de crème solaire.
Oui, c’est ce qu’il faut faire, en fait. On ne met pas de crème solaire avant d’aller se baigner. On en met quand on veut rester à cuire sur le sable. Mais manifestement, le confinement a été plutôt ravageur pour notre auteur qui n’a pas dû voir une plage depuis longtemps, vu que :

Je voulais l’interpeller pour le prévenir, mais à peine suis-je descendu de mon poste d’observation qu’il m’était impossible de le voir. Alors j’ai laissé tombé, je me suis-dis qu’un bon coup de soleil était très formateur.
Un coup de soleil dans l’eau. Oui oui oui. Et le sauveteur a admis dans une conférence de presse n’avoir pas eu envie de faire son boulot. On a des gros génies ici.

Je vagabondais sur la plage pour récolter des algues afin de confectionner ma nouvelle senteur pour la collection estivale.
Oui, le fameux Varech et crabe mort laissé au soleil, pour homme, de Chanel. Qui est assez proche de l’odeur d’un sgueg pas nettoyé, notez, mais je ne suis pas sûre que ce soit un argument de vente pour draguer que de sentir autant la marée que des attributs à l’hygiène douteuse.

Je l’ai trouvé là, allongé sur le sable, se tordant de douleur à chaque mouvement.
Mais du coup. S’il se tord. Il bouge. Donc plus il réagit à sa douleur, plus il a mal. Hm.

Toujours est-il que je l’ai aidé à se relever et je l’ai emmené avec moi jusqu’au cabinet du seul docteur de la ville ».
Oui ou alors sinon t’aurais pu l’emmener au poste du maître-nageur. Enfin, vu à quel point il est consciencieux dans son travail, m’est avis qu’il doit y avoir plus de bédave et de vodka que de pansements et antipoisons dans son armoire à pharmacie. Donc on va dire que c’est cohérent. Enfin. Enfin en fait, que c’est cohérent dans l’incohérence.

Je me suis rappelée que j’hébergeais depuis quelques temps dans ma résidence secondaire un jeune garçon très gentil et serviable qui m’avait dit être docteur
Je sais que la blague du « Au secours, quelqu’un ! – Je suis docteur ! … En sociologie ! » ou n’importe quelle autre compétence non-médicale a déjà été trop faite, mais on aurait dû la garder pour ce moment.

Tut-tut les rageux comme disent les jeunes
Non.

On ne dirait pas, mais utiliser un aspi-venin demande presque une formation à part entière.
Le mec achète un truc qui pourrait lui servir à lui sauver la vie sans prendre la peine de lire la notice ou de se renseigner sur comment ça fonctionne. Pas mal. Et au passage, un antivenin qui retire le poison, genre un aspivenin… ben ça aurait plus de chances de tuer le personnage qu’autre chose. Parce qu’une méduse, ça ne pique pas vraiment comme un serpent ou un insecte, en fait. Ça a des tentacules piquantes qui envoient des milliers de micro-piqûres, mais du coup le dispositif d’aspiration du venin… ben il ne sert à rien. Il faut plutôt rincer au vinaigre ou faire avaler un antidote.

J’ai beaucoup ri devant ce spectacle. Être voyante n’est pas tous les jours amusant, mais si c’est pour avoir le privilège d’observer un bras-cassé essayer de soigner un autre bras-cassé, je dois avouer que ce n’est pas si mal
J’dis pas, moi aussi je m’amuse de voir des gens manquer de crever à cause de leur propre stupidité.

Avis plus sérieux :
Le projet est intéressant, à savoir de prendre des personnages de DT et en faire des versions petite ville balnéaire dans un fait divers. Je trouve cependant que c’est plutôt difficile à comprendre et que le projet n’apparaîtra qu’aux membres de la communauté de DT et ceux qui la connaissent, elle et ses personnages. Ceci mis à part, le rythme est bon, ça s’enchaîne avec une certaine fluidité, je n’ai pas grand-chose à redire. Le thème journalistique est bien employé, c’est une réalisation assez convaincante. Vraiment dommage de ne pas avoir plus mis l’accent sur le côté transposition, c’était une super idée qui aurait pu propulser le texte de bon à excellent. Surtout que ça aurait permis de mieux faire passer les détails bizarres, comme la personnalité étrange de la vendeuse de parfums ou d’Alizée.



Épreuve 4, Cian O’Dubhain (NA/PoG) :

Je suis un « Guerrier d’Avalon »
Ah.
D’accord alors le HRP en point de vue interne du personnage, ça va pas être possible, je te le dis tout de suite.

spécialisée en archerie lourde
Archerie lourde. Okéy. Alors deux choses. Déjà, NA, c’est pas sensé être genre, un forum futuriste ? Et les arcs c’est sympa hein, c’est rigolo et tout, c’est agréable, j’en ai fait pendant des années, mais c’est pas vraiment un truc utile en combat quand à côté t’as des fusils, en fait. C’est pour le sport ou la détente, quoi. Et puis, archerie lourde. Mmm. Par analogie avec l’artillerie lourde, j’imagine. Oui mais non. Ou alors tu veux dire que Cian se trimbale avec une sorte de quoi, de baliste ? Ce serait comique, mais un peu stupide.
Quoi je pinaille sur des détails, bien sûr que je pinaille sur des détails, c’est mon boulot.

je suis violoniste professionnel de carrière
Histoire, avec l’arc, de rester dans les instruments à corde, j’imagine.

Hello ! J'ai choisit de suivre uniquement la contrainte Liponymie. Bonne lecture à vous !
Ah bon. Ah ben très bien. Ben écoutez, je ne vais choisir que d’écrire une lettre sur trois et la remplacer par une croix à partir de maintenant, vous allez voir, ce sera agréable. (Et probablement plus pénible pour moi à faire que pour vous à lire.)

La Nouvelle Avalon est un forum de Science-Fiction
Ah n×n ma×s ça ×éjà ×a me t×e, je v×ux d×ire, ×n fo×um d× sci×nce-×ict×on. E× pas ×fou×ue d× res×ect×r le ×hèm× « fai× de l× SF ».
C’est chiant hein ? Mais plus pour moi que pour vous, comme je le disais.

Des terriens ont quitté la planète Terre
Ah, monsieur le marquis de la Palisse, vous ici, je vous en prie, faites comme chez vous, prenez une chaise, à moins que vous ne préfériez rester debout ?

Suite à un accident, l'Arche Avalon s'est écrasée sur une planète, certes habitables, mais peuplée d'une faune et d'une flore complètement inconnue
C’est le principe d’une faune et d’une flore extraterrestre, oui. En fait, je dirais même que si on traversait l’espace et débaroulait sur une planète inconnue pour y retrouver exactement les mêmes espèces que sur Terre, on se poserait encore plus de questions.

Les porteurs d'écailles étant nommé "Guerrier d'Avalon"
Oh ben c’est sûr que ça pète un peu plus que « lézard ».

Sur ce, fin du HRP, c’est parti mon kiki.

Des ordres qui résonnent. Un sentiment d’oppression. Vite. Toujours plus vite.
Je veux respirer mais ne le peux. Pas encore.
J’encoche.
L’IA verrouille la cible.
Je décoche.

Ah. C’est un texte au rythme composé par Jean-Michel Découpage. Vous savez, on va jouer à un jeu, ça s’appelle compter les virgules. Vous verrez qu’il y a un point commun entre Jean-Michel Découpage et Cian : le premier a autant des susnommées que Cian de munitions. Et du fait de cette comparaison, vous allez très vite comprendre pourquoi c’est mieux d’avoir trois, quatre chargeurs de trente balles chacun plutôt qu’un carquois avec vingt tiges à la con. Et par corollaire, pourquoi les virgules, c’est bien.

La flèche file à pleine puissance. Rien ne la perturbe. Pas même le vent qui gronde.
Bah du coup non, même une balle, qui va plus vite et a moins de prise au vent, c’est perturbé par celui-ci.

Devant mes yeux et sur mes capteurs, la vague de jaillisseurs ne diminue pas. Des voyants en alertes, des notifications en pagaille !
Attendez, j’ai cligné des yeux et perdu le fil, Cian est sur un champ de bataille ou sur Twitter en train de répondre à des rageux ? (Probablement des shlags comme moi qui se lancent dans un débat sur pourquoi les armes à feu c’est mieux que les arcs, d’ailleurs.)

Je suis seul. Mon soutien est en renfort pour extrader un camarade.
Vous savez, à ce stade, je ne suis même plus surprise. L’armée envoie un trou du cul avec son arc contre une horde d’ennemis très nombreux, et sans renfort. Ou si, un autre pékin qui est parti faire je sais pas quoi, là. Vous étonnez pas de galérer, aussi, à un moment. À quoi ça sert d’avoir des super soldats si c’est pour les équiper d’armes médiévales et les envoyer dans la pampa sans soutien. Ni même véhicules pour, je sais pas, se barrer. Au moins une jeep, une moto, un tricycle, n’importe quoi.

Je dois les protéger. Ceux que j’aime, mais aussi tous ces inconnus qui vivent protégés par le Mur et la Baie. Protégés par nos armures et l’armée.
Oui non mais d’accord, mais là en fait, t’es attaqué, tu vois, t’as pas le temps d’avoir les portraits de ta daronne, ta bourgeoise, tes chiards, ton clébard et les pouilleux que tu croises tous les jours dans la rue qui défilent devant tes yeux pour te rappeler tout ce que tu dois protéger et bla bla bla. Pas trop le moment non plus de se lancer dans des petites phrases phisolophiques (sic) sur le rôle de l’armée et ces conneries.

« Alerte ! Alerte ! Stock de nanomatériaux en état critique ! Stock de nanomatériaux en état critique ! »
Alors. Quoi ? Si tu me dis que t’as une IA qui te prévient que tes munitions sont quasiment vides (je passe outre l’usage du mot nanomatériau qui est crétin, c’est comme dire « alerte, stock de cuivre en état critique » pour dire stock de balles, parce que les ogives des balles sont parfois faites en cuivre, autant les IA mythomanes sont un fléau autant les IA métonymanes ne sont pas une nette amélioration) POUR UN ARC, je chie sur la moquette. UN ARC PUTAIN. REGARDE JUSTE TON CARQUOIS AVEC TES YEUX. Puis avec ta vingtaine de flèches, tu dois savoir combien de tirs t’as fait, ça va. T’as pas dû perdre le compte. Après pour te balader avec un propulse-cure-dents t’as dû louper pas mal d’école militaire – juste les sept derniers siècles –, pas exclu que te laisser passer au-delà du CP c’était déjà un peu ambitieux vu que t’as besoin d’une IA pour compter tes pics à brochette à ta place.

Mon poing se resserre sur la poignée de mon arc. Mes dents s’entrechoquent. Mes oreilles vrillent sous l’alerte de mon IA.
Et en plus elle te déconcentre ! Mais désactive-là !

Je sens la peur gravir en moi à l’idée d’être démuni.
Ce qui serait arrivé beaucoup plus tard si t’avais pris une vraie arme, tiens !

J’envoie un signal pour demander à être récupérer, afin de rejoindre l’armurerie pour refaire le plein
Ça, c’est comme les gens qui font des pauses café toutes les cinq minutes. C’est pas tellement que sans leur remontant ils peinent à bosser, c’est surtout qu’ils bossent à peine. Et quand t’as un arc (oui encore, mais sans déconner ça me tue), ou tu sabotes ta productivité ou tu fais ça sciemment pour en foutre le moins possible.

Au loin, le Titan est aux prises avec l’équipe de front, aka l’unité « Lance ».
Au point où on en est, je me demande si ce n’est pas littéralement des lances que ces glandus doivent utiliser.

En tant que membre de la dernière ligne de défense, je me dois de ne pas faillir.
Mais non. Tu te replies. Alors que t’es attaqué. T’es que dalle la dernière ligne de défense.

« Frosted ! »
Frustred, non ?

Je n’ai plus d’arme standard ?
PAAAARDON ? C’est pas un choix débile de Cian, c’est toute l’armée d’Avalon qui est équipée de lanceurs de petits bâtons pointus ?

Position en hauteur, je décoche dans la marée.
Caligula déclarant la guerre à Neptune et envoyant ses soldats frapper la mer, vers l’an 40.

J’ai chaud. J’ai froid. Je ne sais pas. Je ne sais plus.
Sapphô déclarant son amour dans un de ses poèmes, VIIe siècle avant l’ère commune. Bon allez, ça fait trop de références classieuses, les prochaines tourneront plus autour du caca ou de trucs du genre, ne vous en faites pas.

Un murmure à l’intention du technicien en charge de mon écaille et de son équipement. Je ne suis pas censé utiliser la fonction suivante.
Équiper les gens de trucs qu’ils ne doivent pas utiliser, un grand classique des forces armées. Ceci dit, celle d’Avalon dote déjà les siens de trucs qu’ils ne devraient pas utiliser, comme un armement suprêmement archaïque, ou des IA qui les perturbent en plein combat, alors pourquoi pas.

Sereinement, je ferme les yeux et inspire.
Ma main ne tremble plus. Ma peur s’atténue.

« la fonction suivante » dont je parlais plus tôt, je ne sais pas ce que c’est, mais ça a l’air bon et probablement pas délivré sans ordonnance.

Quand mes paupières se lèvent, mes iris ne perçoivent que l’infinité du ciel et les anneaux stellaires. Un sourire sur les lèvres, je prends position.
Mm, c’est bien ça, j’avais raison. Donc maintenant on a un soldat cocaïné avec un arc. Merveilleux.

Les alarmes me vrillent la tête
MAIS DÉSACTIVE-LES BORDEL. C’est pas possible. ça.

Alors, compte final : 26 virgules. En 1 000 mots environ, j’ai fait 85 virgules. Après j’dis pas, je les achète en gros et on me le reproche souvent, mais il faudrait pas non plus tomber dans l’excès inverse.

Avis plus sérieux :
Pour le thème, c’était un piment fort, permettant de choisir l’une des deux, donc Lou m’a précisé que c’était normal. Tout va bien, vous pouvez reprendre vos activités. Mais le texte en lui-même propose une scène d’action assez bien menée, qui fait le choix de se centrer sur le ressenti de son protagoniste. Au détriment d’une description plus précise des événements, qui permettrait de mieux saisir les enjeux et le déroulé de ce qu’on a sous les yeux, mais ce n’est pas vraiment un défaut en soi. On est en point de vue interne d’un combattant, or les combattants en première ligne ont rarement une vision d’ensemble du champ de bataille. J’ai pas mal jasé sur le style, et, il faut être honnête,  il ne fait pas partie de ceux que j’ai préféré, mais c’est très loin d’être insupportable et il y a régulièrement des fulgurances tout à fait appréciables. Allez lire le commentaire de Kaoren si vous ne me croyez pas. Le thème de l’urgence se prêtait évidemment bien à une bataille, rien à redire de ce côté là.



Épreuve 4, Lloyd Hanson (Te) :

Encore une fois, un texte qui va me poser un problème épineux. Et je ne veux pas dire par là que ça va sentir le sapin. Voyez-vous, faire des blagues sur un texte en prose qui se prend au sérieux, c’est facile. Sur un texte en vers qui se prend au sérieux, ça l’est d’autant plus (mon petit Kaoren tu vas prendre tarif je te le dis). Faire des blagues sur un texte parodique, ça l’est beaucoup moins. Et alors, s’il est en vers. Du coup ça va être court, parce que trouver des prises dessus, c’est chaud.

Lloyd : J'hallucine, ou je rêve ? Vous êtes qui vous deux !
Je vous préviens, va falloir virer de mon pieu !

Je sens venir la blague sur le plan à trois intergénérationnel.

Le Jeune : Wallah tu te la pètes, on dirait un bouquin !
Han . (Désolée pour ces huit secondes de malaise, même moi j’ai pas pu regarder jusqu’au bout.)

Il faut bien que ça rentre, mets le paquet grand-père !
Alors, elle vient cette blague de cul ?

Le Jeune : C'est trop goldé d'être adulte ! Tu te mets bien wesh !
Lloyd :Vraiment ? Wesh ? Et comment je rime avec ça, moi.
Le Jeune : Ben... tu es à deux doigts de poser une pêche.

Voilà pourquoi c’est dur de surenchérir : tout est parfait.

Le Sage : Mes enfants, votre verve me laisse sans voix.
Mais qu’en est-il de sa verge ?

Lloyd :Bon d’accord, j’abandonne. Remplis moi la bedaine…
Un truc gras et charnu, je veux manger pour deux !

Vous invitez le cuistot en plus dans l’affaire ?

Lloyd :T’en rajoutes un peu trop, c’est juste un restaurant,
Ils n’ont pas l’air très propres, mais ils sont pas méchants !
Et puis pour être honnête, avec ce que j’ai bu,
Si je suis pas malade, c’est déjà bienvenu !

La logique m’échappe. Ils l’ont clairement entubé, voire tenté de l’empoisonner, il va déjà être malade à en crever vu tout ce qu’il a bu, du coup il en rajoute ? Je sais bien qu’il faut faire avancer l’intrigue, mais oh. Hé. Hé. Enfin on va dire que c’est parce qu’il est Tonnerre et que les Tonnerres sur Terrae sont du genre à agir d’abord et réfléchir ensuite.

Le Jeune : (Au Sage)
Par ici la monnaie, tu me dois trente balles,
Je te l’avais bien dit, qu’il y aurait un scandale !

Attend, quoi ?
Ils sont encore là ? C’était pas un rêve, ils étaient vraiment là, dans la tente, avec Lloyd ? Du coup, ils sont entrés pour lui dire qu’il allait galérer à sortir, puis sont sortis en refermant la tente ?

Le Sage : Sois patient, petit homme, laisse lui une chance,
De prouver sa valeur dans la pire souffrance.
Le Jeune : OK boomer, j’attends ! Mais s’il fait dans la tente…
Le Sage : Tu auras ton pécule, en espèces sonnantes.

Ah mais oui c’est ça. Le niveau de connarditude. Ils ont piégé Lloyd pour leur propre divertissement. Ils sont allés dans le passé (ou le futur) pour bolosser eux-même à une autre temporalité.
C’est.
Génial en fait.
J’veux faire pareil.

Le Sage : Il débute, comprends-le. Et il est sous pression.
Tout ça demande une grande concentration.

Oui alors justement, il ne faudrait pas qu’il se concentre trop, sinon tout va sortir d’une manière quelque peu inopinée.

Avis plus sérieux :
Bah, je t’ai donné la première place dans mon classement, je ne pense pas avoir besoin d’en dire plus. Mais allez. Déjà, le respect de la forme théâtrale. Les vers ne sont pas parfaits, j’en ai repéré quelques uns à treize et non douze pieds, mais c’est assez peu important. Un truc vraiment appréciable aussi, c’est que ce n’est pas sur-découpé. On a trois scènes et c’est tout, ce qui est adapté pour un texte court. J’ai vu pas mal d’autres textes avoir comme défauts de découper beaucoup plus alors que ce n’était pas forcément nécessaire. Enfin, l’humour est bon, rien à redire. Notamment, les jeux sur le fait de faire rimer un mot avec un autre, du coup de les rapprocher, ce qui produit un effet comique. Et en parlant de ça…



Épreuve 4, Kaoren (Es) :

C’est parti pour le Kaoren.

Personae Dramatis
J’ai même pas ouvert le HRP que déjà je sais que je vais en avoir pour mon argent. Personae Dramatis, ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton.

En principe, c'est conçu pour être lisible même par quelqu'un qui ne connaît pas l'univers
Et pourtant, ce sera illisible même pour quelqu’un connaissant l’univers.

Voix : Sorte de divinité de l'Esquisse qu'on sait pas trop ce que c'est
C’est le compte du MJ. C’est avec ça qu’il… MJite. Enfin c’est un des comptes parce qu’on en a trois, mais qu’importe.

Jambe blessée : Oui, Kaoren s'est blessé la jambe en se battant avec une araignée dans les toilettes (on retrouve le thème de l'urgence caca).
Mouais. C’est ça ou à un moment un perso dit un truc genre, je ne sais pas moi, le mot toilette (ou pire, un jeu de mot genre toile l’êtes) et hop, ça fait le thème.

Alev, Al, André : Personnages avec lesquels Kaoren a déjà RP.
Et c’est ainsi que Kaoren, en postant une fois tous les six mois, arrive quand-même à être noté triple A.

Le rideau encore baissé, Voix se présente devant.
On a eu deux spoilers de prolégomènes et Kaoren se sent obligé de rajouter encore un peu d’avant-propos. Typique.

Le ciel y brille rose, et tout y est possible,
Enfin, tout y serait possible, si on ne passait pas son temps à contempler son reflet dans des murs de cuivre.

C’est mon havre, l’Esquisse, et qui s’y voit reclus
N’y peut plus lire rien qui ne soit illisible.

Ah, lisible, ça l’est. Compréhensible, je ne sais pas.

Ce monde a ses raisons qu’ignore la raison,
Et il a bien raison.

Kaoren y tomba personnage anonyme
Jouant sous d’autres noms que ceux qu’il a portés ;

C’est à dire que quand personne ne connaît ton nom vu que tu ne te présentes jamais aux autres PJs, oui, de fait, tu es anonyme.

Le jour de Sainte Voix, la fête en mon honneur
Où chaque objet se meut et loue avec ferveur

Et par cette danse répandent leur sueur ?

Levons donc le rideau pour découvrir comment
261 mots flingués pour l’intro. C’est petit bras, pour toi.

Levez-vous, brises, vents, cendres, sables d’Esquisse,
Murs de cuivre plaquant une ancienne bâtisse,

Tous au garde-à-vous, tels me voyant vos pé… nan, je ne vais pas la faire.

Faites entendre à tous votre nouvelle verve
Et fêtez qu’en ce jour, elle seule vous serve !

Et à la fin, vous serez tous pris par ma v… ah ben non, ça ne marche pas ici, zut.

Vous, dame liberté qui si libre me fîtes,
Puissiez-vous nous porter par-delà nos limites !

Et si possible, touchez-moi donc la… vous connaissez la suite.

Promis, c’était la dernière.

SABLE
Par ma nouvelle voix qui vivra si longtemps,

Si les gens postent, oui.

Cette ode d’un seul jour traversera le temps !
Cette ode d’un seul jour. Une ode qui prendrait vingt-quatre heures à être chanté, c’est déjà pas mal long.

Et puisqu’il est venu celui de nos vieux rites,
Allons tous ensemble au McDo manger des frites !

Ça reste sur le même thème, si on réfléchit bien, mais il y a une amélioration.

Nous fêtons de n’avoir ni chaînes, ni bâillons,
Beaucoup d’interprétations possibles. Évidemment des blagues sur le sado-masochisme, mais j’ai très largement outrepassé mon quota de blagues de cul, donc ce sera non.

Allez, sans vous courber à quelque lourde loi,
Accueillir Kaoren qui s’en vient nous rejoindre

« Maintenant que vous êtes libres, obéissez à mes ordres. » En fait, Voie c’est le management 4.0 pour un performing agile human-centered.

Kaoren ! Ce forçat qui dresse tous les jours
Des barreaux à sa voix, son rôle et ses amours !

Sauf une fois tous les six mois, du coup.

BRISE
Il emprunte les routes
Que d’autres ont tracées autour de son chemin !

Oui, c’est le principe d’une route. C’est qu’elle a déjà été tracée quand tu l’empruntes. Sinon, t’es agent du BTP et c’est pas pareil. Et Kaoren dans la construction, je n’arrive pas à la concevoir. Il ne ferait pas de mal à une mouche.
Le rapport ?
Ben. Il n’a pas de truelles intentions.

LE MUR DE CUIVRE
J’ai cent fois reflété son visage carmin
Dans mon cuivre poli, mais pas une parole
Ne vint s’y imprimer qui ne fût le symbole
D’un autre personnage !

Quand un miroir te dit que tu es un miroir et que lui a plus de personnalité que toi, c’est chaud.

À retourner sans fin les cendres et le sable
Donc, Kaoren fait des galipettes avec Cendre et Sable.

Qui recouvrent en lui le récent souvenir
D’avoir vu lui mourir ses chances d’avenir.

C’est sa petite mort.

Pourquoi ne pas laisser tes passions clandestines
S’affranchir de ces noms auxquels tu te destines

Pas de kink shaming !

Et ne remets aux murs qu’une verve insensée ;
Pas de commentaire.

Pour jouir entièrement de cette liberté
Que Voix t’offre en ce jour qui sien fut décrété.

Et pour la jouir, déjà tu auras sécrété.

Non mais t’aides pas, aussi.

CENDRE
Tu auras, Kaoren, pour unique costume
Celui que tu sauras frapper sur ton enclume.

Une armure de plates, donc. J’approuve, dans les Sables on a besoin de combattants.

Je ne suis que le fruit de sales écritures ;
D’une fanfic, ça s’appelle.

Tu ne sauras trouver de rôle à nos côtés
Que le tien, libéré de ceux qu’il a portés.

Et enfin tu découvriras qui a pété.

Tu n’as que Kaoren avec ses illusions,
Prends son costume avant que nous disparaissions.

Sur ce, va donc t’adonner à la mas… tication.

Et l’habiller ainsi qu’il le voudra demain.
Probablement en latex.

Avis plus sérieux :
Ça a été très difficile pour moi de formuler mes pensées sur ton texte. Déjà parce que je ne lis presque jamais de vers et les seules choses que je connais à ce sujet sont des reliquats de mes cours de littérature de prépa. Du coup, la plupart des codes inhérents à ce mode d’écriture au mieux m’échappent, au pire me lassent. J’ai eu, comme à chaque fois que je lis de la poésie, l’impression de passer à côté du texte alors que j’ai fait de mon mieux pour le comprendre, ce qui est assez frustrant, mais surtout parce que ça fait que je ne sais pas trop quoi dire. Si, les poncifs habituels valables pour tous tes textes : c’est incroyablement bien écrit, tout est millimétré, il n’y a pas une syllabe qui dépasse, il y a un respect autant du fond que de la forme théâtrale, plusieurs niveaux de lecture qui s’entremêlent, etc. Je pense que de tous les textes, le tien mérite la première place au podium. Mais j’ai voté en fonction de ce que j’ai apprécié, pas de ce qui mériterait de gagner, alors il faudra te contenter d’être derrière Lloyd…
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet