AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Ca y est, j'ai craqué...
[Retour à l'index]  :: Naniteland :: Présentation de la Tribu
Aspirant Nanite
Mey
Féminin
Age : 21
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 14/04/2019
Crédit avatar : anndr sur Deviantart

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeYeva, 25
Nano. MondeChimères
Avatar
MessageSujet: Ca y est, j'ai craqué...   Ca y est, j'ai craqué... EmptyDim 14 Avr 2019 - 21:46
Mey a dit :

  Prénom : Secret défense /SBAFF/ Vous m’avez peut-être déjà croisé sous le nom de Meylan
  Age : La majorité internationale
  Activités : Etudiante et rôliste
  Centres d'intérêts : Jdr, lecture, musique, langues (réelles ou inventées)…
  Où j'ai trouvé le forum : Via la magie des interforums
  Un petit mot pour Nano. ? : J'ai bravement résisté à l'appel des univers de ce forum pendant plusieurs mois (depuis que j'ai fait un mini-rp avec Patya qui m'a donné envie de creuser l'univers, pour être précise). Mais vous avez eu la bonne idée d'écrire des trucs trop biens pendant cet interforum et ça m'a juste donné encore plus envie de venir jeter un coup d'oeil chez vous. Je suis faible, je sais. Du coup, ben... j'ai hâte de découvrir le rp (en 4 lignes, gloups!) dans les nanomondes et, bien entendu, la communauté (inrp et hrp) qui va avec. :)
  Activité à Prévoir : Ca dépend fortement des périodes et de mon boulot pour l'unif. Je me connecterai a priori tous les jours (sauf contre-ordre pour cause de cas exceptionnel irl), mais mon rythme rp variera en fonction des périodes.
 


 

○ Prénom et Nom : Yeva Yakoleva Bogomolov
○ Age : 25 ans
○ Race : Humain
○ Forme animale :  Aucune, vade retro satanas!
○ Métier : Euh… femme au foyer? /SBAFF/
 


 

 

  - Grand ou petit ? Ou entre les deux ?  Moyenne, pour tout dire: assez grande pour regarder la plupart des gens dans les yeux, pas assez pour voir par-dessus les têtes. Plutôt frêle, par contre, ce qui a tendance à donner l’impression que je suis plus petite que je ne le suis réellement.
 
  - T’as des signes particuliers ?  L’un ou l’autre point de beauté ici et là, soit dans des endroits couverts par mes vêtements, soit savamment dissimulés à coups de poudre.
 
  - Décris-nous un peu ton style vestimentaire :  Tenue et coiffure doivent en tous temps réussir le tour de force d’observer la mode en vigueur sans pour autant pouvoir me faire accuser de pêcher par orgueil. C’est pourquoi je porte des tissus raffinés, mais la coupe de mes robes, bien qu’élégante ne saurait jamais être qualifiée d’extravagante. Les couleurs, elles aussi, sont généralement sobres.

Mes cheveux sont toujours relevés à l’aide d’une multitude de pinces (ça me tire le cuir chevelu, mais il paraît qu’il faut souffrir pour être belle). D’un blond presque platine au naturel, ils sont blanchis encore par la poudre que j’utilise. Cette poudre me donne d’ailleurs une odeur un peu florale, elle aussi discrète.

Maquillage et bijoux aussi respectent la règle de la sobriété. Le seul maquillage que j’utilise sert à masquer des défauts tels que quelques points de beauté rebelles et les cernes qui, malheureusement, n’ont pas quitté mon visage depuis des années. À part mon alliance, la quasi-totalité de mes bijoux est en argent. Il ne faut donc pas compter sur eux pour ajouter de la couleur à ma personne. Délicats et fragiles, ils se briseraient facilement entre les mains de quelqu’un de moins soigneux que moi.
 
  - Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ?  Pas question pour moi de sortir sans mon alliance et ma bague de fiançailles, question de respect des convenances. Je possède également une chaine ornée d'une croix en argent incrustée de petits diamants, que j’ai héritée de ma mère. Sauf cas exceptionnel, c’est ce bijou-là qui pendra à mon cou. Enfin, pour peu que j’aie une poche ou pochette, j’emporterai avec moi un chapelet en bois reçu de ma nourrice pendant mon enfance.
 
   
 

- Tu pries tous les soirs ? Bien sûr, quelle question! J’ai été éduquée dans le respect de la foi le plus strict et il n’est pas question de Lui tourner le dos. Et puis… il faut avouer que je n’ai pas la conscience tranquille, et il faut bien que je confesse mon secret à quelqu’un.

- T’aimes les animaux ? 8D J’aime énormément les chevaux. J’ai appris à monter à cheval alors que je n’étais encore qu’une enfant, et aujourd’hui encore rien ou presque ne me procure plus de plaisir. J’aime aussi beaucoup les chiens, en particulier les grand chiens qui étaient les fidèles gardiens de mes terres natales (j’ai plus de mal avec les petits chiens de salon, qui ont tendance à avoir un sale caractère). J’ai une peur bleue des bêtes sauvages, par contre. Je pouvais parfois entendre des loups et des renards rôder autour du château avant de déménager à Moscou, et cela m’empêchait de dormir pendant des nuits entières.

- Ton pire souvenir, c’est… ? Entrer dans la chambre d’Isaak et découvrir un duvet de plumes en lieu et place des cheveux de mon fils. C’est ce jour-là que j’ai compris qu’il était maudit… et que si quiconque l’apprenait, une mort certaine l’attendait.

- A quoi ressemble ton chez toi ? Une maison plutôt récente et imposante dans les beaux quartiers de Moscou. Elle n’a pas le charme multiséculaire du château de mon enfance, mais elle possède par contre tout le confort moderne dont on peut rêver (et les murs, portes et fenêtres ne laissent pas passer de courants d’air).

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? Ca dépendra fort d’une journée à l’autre. Quand Pavel est invité à un événement mondain, je l’accompagne, bien sûr. À part ça, en dehors de la messe chaque dimanche, j’ai assez peu d’obligations, ce qui me laisse libre de remplir mes journées. J’en passe une bonne partie avec Isaak, officiellement parce qu’il est temps de commencer son éducation et je refuse de la laisser à un précepteur. En fait, une bonne partie de ces « leçons » consiste à essayer de comprendre ce qui cause les manifestations intempestives de sa malédiction et comment il peut la combattre. Ce n’est qu’une fois qu’il contrôlera parfaitement son apparence que j’oserai le laisser sortir dans le monde. Bien sûr, pas question de vivre en ermite (cela susciterait bien trop de questions et donnerait naissance à des rumeurs fantasques), donc je sors relativement régulièrement, j’accepte et rends des invitations… Bref: je fais semblant d’avoir un fantôme de vie sociale. Mais je ne m’absente jamais longtemps de chez moi, au cas où Isaak se transformerait sans crier gare.

- Ok, si tu pouvais devenir Tsar demain, qu’est-ce que tu ferais ? En voilà une question ridicule! Comment diable est-ce que je deviendrais Tsar (ou plutôt: Tsarine)?
 


 

 Pour beaucoup de monde, la révolution industrielle marqua le début d’une ère de progrès et, pour certains, elle provoqua une ascension sociale fulgurante. D’autres n’eurent pas le bon sens de reconnaître ces changements et en payèrent le prix. À la naissance Yeva Yakoleva Volynskya, cela faisait déjà des décennies que la famille de son père n’était plus que l’ombre de ce qu’elle avait été jadis. Le château familial tombait en ruine, les terres étaient désertes ou peu s’en faut et les dettes de deux générations pesaient sur l’actuel tenant du titre.

Bien qu’elle fut née dans une famille désargentée, on ne peut pas dire que Yeva connût un jour la misère. Certes, le château était mal chauffé et rempli de courants d’air, elle portait des vêtements datant d’une ou deux générations et la nourriture n’était pas toujours abondante ou de toute première fraîcheur. Mais elle avait un toit au-dessus de sa tête, des vêtements sur le dos et trois repas par jour, en plus de deux parents aimants et d’une nourrice non moins affectueuse. Son père avait même réussi par un miracle non-identifié à garder certains des chevaux qui avaient fait la fierté de sa famille. Une bonne partie d’entre eux avait été vendue pour éponger une partie des dettes, mais il restait toujours un étalon et quelques juments pour continuer la lignée.

Fille première- et dernière-née de ses parents, la jeune Volynskya eut une enfance et une adolescence isolées mais heureuses. Ses parents veillèrent à lui donner une éducation aussi complète que possible, culturellement et scientifiquement. La religion aussi occupa une place importante dans sa vie, évidemment, place qu’elle n’aurait jamais même envisagé de remettre en cause. Et les chevaux, ah, les chevaux! Dès que la fillette fut capable de tenir sur ses deux pieds, son père l’emmena s’occuper de ses fières montures, lui transmettant dès son plus jeune âge son amour pour ses animaux. Elle ne tarda pas à apprendre à monter et devint une excellente cavalière, et ce malgré la difficulté supplémentaire d’avoir à monter en amazone.

Alors que Yeva devenait petit à petit une jeune fille, puis une jeune femme, son père commença à s’absenter pour de longues périodes. Décidé à rendre à sa famille un peu de sa splendeur d’antan, il passait de plus en plus de temps à Moscou, où il tenta de reprendre le fil de la révolution industrielle là où ses ancêtres l’avaient perdu. Il s’associa avec un jeune industriel ambitieux, joua le tout pour le tout en investissant dans le développement d’une nouvelle ligne de chemin de fer et… gagna. Lui et son associé rentrèrent largement dans leurs frais, ce qui leur permit d’étendre leur activité et de poser les bases d’un franc succès.

Seulement voilà: une partie de l’accord entre les deux hommes n’était autre que… un mariage. Plus précisément, celui de Yeva et du jeune associé de son père. C’est ainsi qu’un dimanche enneigé, Yeva Yakoleva Volynskya épousa Pavel Davidovich Bogomolov, et déménagea à Moscou dans la foulée. Elle y gagnait une meilleure sécurité financière, lui y gagnait de sceller une alliance avec une famille respectable et respectée (enfin, respectée par qui ne l’avait pas oubliée).

Il fallut quelques mois à la jeune mariée d’à peine dix-huit ans pour se faire à sa nouvelle vie. Dans la cohue de Moscou, elle était facilement identifiable comme une provinciale. Il suffisait de voir son ébahissement face aux choses les plus élémentaires, telles que l’éclairage public au gaz ou encore l’agitation aux abord des gares de la ville. Cependant, elle était peut-être ignorante de certains aspects de la vie dans une grande ville, mais elle n’était pas stupide. Elle apprit vite et s’adapta à son nouvel environnement, tout comme elle s’adapta à son nouveau statut matrimonial. Pas de coup de foudre de ce côté-là, mais tout de même des débuts d’affection. Cela aidait qu’ils partagent des passions communes et que la différence d’âge (un peu moins de dix ans) ne soit pas insurmontable.

Onze mois après leur mariage, le couple devint famille: Isaak Pavlovich Bogomolov était né. Cette nouvelle réjouit leurs familles respectives, même si le père de Yeva se désola que son petit-fils ne porte jamais son nom. Telle était la dure règle pour tous les parents de filles.

La vie suivit son cours, Isaak grandit petit à petit et tout était pour le mieux. Le moment rêvé pour un coup du sort. Ce coup du sort, Yeva le subit pendant un jeudi après-midi banal. Elle rentrait d’un tour en ville et passa dans la chambre de son fils pour jeter un coup d’oeil sur lui. Le garçon, d’à peine deux ans, dormait, comme il le faisait toujours à cette heure-là. Sa nourrice aussi s’était assoupie dans un coin de la pièce. Il faudrait lui en toucher un mot, mais pas tout de suite: cela pourrait réveiller Isaak. D’une main légère, Yeva lui caressa la tête… et se figea. Au lieu des fins cheveux d’enfant, elle toucha quelque chose de tout aussi doux, mais… duveteux. Impossible d’en avoir le coeur net dans la pénombre de la pièce, mais elle savait que quelque chose clochait. On ne trompe pas une mère, après tout.

Elle prit son fils dans ses bras et quitta la pièce avec précipitation, désireuse de le soustraire au regard de l’autre femme dans la chambre si celle-ci venait à se réveiller. Une fois dans sa chambre à elle, elle observa la tête de l’enfant à la lumière du jour. Pas de doute possible: à la place se sa tignasse blonde il y avait maintenant de douces plumes brun clair, rappelant le duvet d’un jeune oiseau. C’était un cauchemar et elle allait se réveiller, pas vrai? Son fils, l’incarnation même de l’innocence, ne pouvait pas être possédé par un démon? Il n’avait rien fait de mal et elle non plus! Elle avait toujours respecté les règles que sa foi lui imposait, elle n’avait pas manqué le moindre service religieux! Pourquoi une telle malédiction frappait-elle sa famille? Comment pouvait-elle la lever? Devait-elle avertir un prêtre? Non. Elle repoussa cette idée avant même que son esprit ait fini de la former. Elle n’était pas naïve: elle savait bien que l’exorcisme tuait la personne atteinte aussi sûrement qu’il tuait le démon qui l’habitait. Ca ne l’avait jamais dérangée: les victimes avaient toujours été des anonymes, des abstractions, même. Elle connaissait le phénomène, elle n’avait jamais pensé aux individus. Maintenant que c’était un être qui lui était cher qui était touché, un bon nombre de perspectives se retrouvaient bousculées, mises sens-dessus-dessous.

« Maman? »

Il s’était réveillé. Ses yeux encore ensommeillés l’interrogeaient du regard: il ne comprenait pas pourquoi il se réveillait dans ses bras et pas dans son lit. Yeva força un sourire et passa une nouvelle fois la main dans ce qui devait être les cheveux de son fils. Satanées plumes qui ne voulaient pas disparaître.

« Stasya s’est endormie alors qu’elle devait te surveiller. J’ai eu peur qu’il te soit arrivé quelque chose. »

Il avait toujours des points d’interrogation dans les yeux.

« Rien arrivé. »

Et, comme par magie, ses cheveux reprirent la place du duvet qui l’avait usurpée. Elle aurait presque pu croire à une hallucination, seulement elle savait qu’elle pouvait se fier à ses sens. Elle devait prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter que quiconque d’autre qu’elle découvre ce qui habitait son fils. Elle ne savait pas quand ou comment le phénomène risquait de se reproduire, mais elle devait être prête d’ici-là.

Tout d’abord, elle devait s’assurer que personne en dehors d’elle ne soit témoin d’une transformation intempestive comme celle qu’elle venait d’observer. Elle se servit de son assoupissement comme prétexte pour renvoyer Stasya, puis refusa pour des raisons crées de toutes pièces toutes celles qui se présentèrent comme candidate pour la remplacer. Elle déclara ensuite à Pavel que, faute de nourrice, elle prendrait elle-même en main l’éducation d’Isaak. Heureusement, c’était un sujet pour lequel son mari lui faisait pleinement confiance, ce qui lui laissait la possibilité de manoeuvrer sans être gênée. Sans compter que lui-même avait été éduqué uniquement par ses deux parents et n’avait jamais vu la valeur ajoutée qu’avait une nourrice, de toute façon.

Pour le moment, le secret était sauf. Aucun étranger ne risquerait de le découvrir. Seulement… qu’en était-il des proches de l’enfant? Devait-elle les informer de ce qu’elle venait de découvrir? Impensable. Ses parents à elle ne verraient dans cette tare que l’oeuvre du Démon et avertiraient immédiatement un prêtre pour chasser la créature, coûte que coûte. Pavel n’avait jamais été aussi dévot qu’elle, mais elle craignait qu’il réagisse de la même manière, non par foi, mais par pragmatisme. Un secret pareil pouvait signifier leur perte à tous si on découvrait qu’ils n’avaient pas fait le nécessaire. Quant à ses beaux-parents… À vrai dire, elle ne connaissait pas assez bien pour estimer leur réaction, mais il était hors de question de prendre un tel risque. Elle ne pouvait se fier qu’à elle seule.

Prendre la décision de porter seule un secret aussi lourd était une chose, s’y tenir en était une autre. Cela signifiait qu’elle devait, jour après jour, mentir à sa famille, mentir à son mari. Un mensonge par omission, certes, mais un mensonge tout de même, et pas des moindres! La culpabilité la rongeait autant que l’inquiétude, lui volant et le sommeil et l’appétit. Elle pâlit, maigrit, si bien qu’on commença à se faire du soucis pour sa santé. Pour ne rien arranger, elle fit une fausse couche et perdit une quantité considérable de sang, ce qui l’affaiblit encore et la cloua au lit pendant plusieurs semaines. Elle aurait pu laisser tomber, mais ce n’était pas dans sa personnalité. Elle résisterait parce qu’elle le devrait, une résistance silencieuse qui ne serait un succès que si personne ne la remarquait. Petit à petit, elle récupéra des forces.

Après ce que son entourage prit l’habitude d’appeler « sa maladie », Yeva avait changé. Elle resta pâle, bien plus qu’elle l’avait jamais été. Son sommeil se fit léger, agité et court, avec pour résultat des cernes qu’elle se mit à cacher sous son maquillage. Son comportement aussi était différent. Certains la disaient assagie avec l’âge, d’autres la disaient éteinte. D’autres encore ne disaient rien, car après tout: qu’est-ce qu’une personne dans la foule moscovite? Pavel, lui, réagit avec soulagement en la voyant se remettre et attribua sa perte en dynamisme au deuil de l’enfant qu’ils venaient de perdre avant même qu’il naisse.

Cela fait maintenant près de cinq ans que ça dure. Sous l’oeil vigilant de sa mère, Isaak fait des progrès fulgurants dans toutes les matières… mais piétine pour ce qui est de ne pas laisser l’animal qui l’habite se montrer. Il commence à être capable de faire disparaître les plumes et autres bec et serres qui apparaissent sans crier gare, mais impossible de prévoir ses transformations ou de les empêcher d’arriver. Ce qui fait que Yeva en est toujours à jongler tant bien que mal entre sa vie sociale et ce problème dont elle ne sait absolument pas comment se dépêtrer.

NdlA: Ch’tite précision avant qu’on me dise de nerfer ce perso: contrairement à ce que certains bouts de cette fiche peuvent peut-être laisser penser, ni Pavel ni le père de Yeva ne sont des hauts pontes. Ils ont fait une jolie fortune en investissant dans les chemins de fer, mais ils ne sont ni les seuls à cueillir les fruits de l’industrialisation ni ceux qui se taillent la plus grosse part du gateau. Et le père de Yeva ne peut pas vraiment se servir de son nom non plus, sauf peut-être auprès de quelques rares fossiles coincés dans la nostalgie du siècle passé.
 

 


Voir le profil de l'utilisateur
Aspirant Nanite
Mey
Féminin
Age : 21
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 14/04/2019
Crédit avatar : anndr sur Deviantart

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeYeva, 25
Nano. MondeChimères
Avatar
MessageSujet: Re: Ca y est, j'ai craqué...   Ca y est, j'ai craqué... EmptyDim 14 Avr 2019 - 22:11
Mey a dit :
Paraît qu'il vaut mieux poster un second message au cas où (ça pousse à la consommation ici!)


Voir le profil de l'utilisateur


Ca y est, j'ai craqué... Bla_chim
Petite Langoustine au Caramel
Alyaa
Féminin
Age : 40
Nombre de messages : 21611
Date d'inscription : 07/07/2010
Crédit avatar : Studio Ghibli

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeSiv (25)Patya (17)July (32)Jez / Pencil (14)Unknown (2X)
Nano. MondeAPChimèresX-MenX-MenZomzom
Avatar
MessageSujet: Re: Ca y est, j'ai craqué...   Ca y est, j'ai craqué... EmptyDim 14 Avr 2019 - 22:21
Alyaa a dit :
Amagad ce perso luv fou scream

Hem. Pardon. Déjà bienvenue. Officiellement pleased as punch
Et donc… Ce perso fou J'adore. Elle est super touchante et l'histoire est super bien racontée ! Je l'ai dévoré et j'ai maintenant envie de tout savoir d'elle et de l'avenir qui les attend, elle et son fils 8D
Et y a bien sûr aucun soucis avec la fortune renouvelée des deux familles pleased as punch

Tout ça pour dire sans tergiverser ou maintenanir un suspens inutile que tu es validée *555


Voir le profil de l'utilisateur


Sauve le poussin : vote !
Ca y est, j'ai craqué... Bouton_chat Ca y est, j'ai craqué... Bouton_chat Ca y est, j'ai craqué... Bouton_chat Ca y est, j'ai craqué... Bouton_chat
Ca y est, j'ai craqué... Bouton_poussin
Ca y est, j'ai craqué... Bla_poisson

Ca y est, j'ai craqué... Bla_julio

Ca y est, j'ai craqué... 9nyY
La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
Siparti
Féminin
Age : 25
Nombre de messages : 39569
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : _zebb (ig)

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ca y est, j'ai craqué...   Ca y est, j'ai craqué... EmptyDim 14 Avr 2019 - 23:27
Siparti a dit :
Tout pareil de mon côté ! J'ai lu l'histoire en un seul trait (d'ailleurs pour ça que j'suis bien silencieuse sur le discord soudainement bwahaha). En fait ça me fait limite culpabiliser que j'ai un perso qui aurait crié pensé très fort "MORT AU DEMON" à la vue du bébé plumé stare T'as des supporters dans la tribune, Yeva !

Et sinon je sais que je m'emporte vu que tu viens d'arriver itou mais j'ai déjà hâte de voir ce que tu vas nous fabriquer comme autres persos si le temps te le permet kissy

Bienvenue officiellement !


Voir le profil de l'utilisateur



Ca y est, j'ai craqué... Bla_xmen
Ca y est, j'ai craqué... Sig_sip2

Ca y est, j'ai craqué... 832829skully Ca y est, j'ai craqué... 832829skully Ca y est, j'ai craqué... 832829skully Ca y est, j'ai craqué... 832829skully
Aspirant Nanite
Mey
Féminin
Age : 21
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 14/04/2019
Crédit avatar : anndr sur Deviantart

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeYeva, 25
Nano. MondeChimères
Avatar
MessageSujet: Re: Ca y est, j'ai craqué...   Ca y est, j'ai craqué... EmptyDim 14 Avr 2019 - 23:33
Mey a dit :
Merciii à vous deux, contente de voir que Yeva plaît et merci pour la validation éclair! :) Je m'y suis déjà attachée en tout cas. ^^ Et pour ce qui est de hurler "Mort au démon!", ben... ses propres grands-parents réagiraient comme ça, donc bon. xD


Voir le profil de l'utilisateur


Ca y est, j'ai craqué... Bla_chim
[Retour à l'index]  :: Naniteland :: Présentation de la Tribu
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum