AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Ley - Cultivatrice de biscottes \o/
[Retour à l'index]  :: Naniteland :: Présentation de la Tribu
Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Ley - Cultivatrice de biscottes o/   Sam 15 Juil 2017 - 1:53
Ley a dit :

  Prénom : Ley
  Age : 21 ans
  Activités : Etudiante en psychologie et en criminologie
  Centres d'intérêts : J'adore faire des toooooonnes de trucs. Mais j'aime particulièrement les cookies. Et je cultive un champ de biscottes.
  Où j'ai trouvé le forum : (On me souffle à l'oreillette qu'une certaine Aki est fourbe... <3)
  Un petit mot pour Nano. ? : Un petit forum bien original. Héhé, j'ai hâte d'en découvrir encore plus **
  Activité à Prévoir : Pour le moment, puisque c'est les vacances, à peu près tous les jours de ma vie. Sinon on peut espérer au moins 4 jours dans la semaine.
 


 

○ Prénom et Nom : Rayän J. Kalnaäros
○ Age : 50 ans
○ Race : Mi-némien, mi-telun
○ Planète : Celur
○ Métier : Médecin
 


 

 

  - Grand ou petit ? Ou entre les deux ? Du haut de mes 1m88, je ne passe pas inaperçue. Je suis relativement grande pour un telun, mais relativement petite pour une nemienne.
 
  - T’as des signes particuliers ? Outre mes yeux d'un bleu métallique et ma chevelure très longue et entièrement grise, je possède des ex-croissances qui s'apparentent à des écailles sur le front et les tempes. Comme tous les Nemiens, j'ai des branchies dans le cou, mais, en revanche, je n'ai pas les doigts palmés comme les autres membres de cette espèce. Ma peau est légèrement bleutée et change très légèrement de couleur selon mon humeur. Des tentacules sortent de l'arrière de mon crâne et tombent sur mes épaules, se mêlant à mes cheveux. Je peux les mouvoir comme bon me semble, ce qui est très pratique pour être multi-tâche.

De mon côté Nemien, j'ai hérité d'un besoin constant de pouvoir humidifier légèrement ma peau. Je ne me sépare donc jamais d'un spray rempli d'eau fraîche dont je m'asperge au moins une fois par demie heure. La nuit, je dors dans un petit bassin qui me permet de ne pas me désécher. Si je demeure à l'air libre sans eau durant trop longtemps, des crevasses apparaisssent et ma peau se détache de moi. Ça fait un mal de chien. De mon côté Telun, j'ai hérité d'une aisance pour me déplacer et pour respirer à l'air libre. Je nage moins bien sous l'eau qu'un Nemien de sang pur, bien que je demeure une excellente nageuse. Je n'ai pas les membres palmés comme les autres Nemiens. Il m'est également impossible de rester trop longtemps sous l'eau : j'ai besoin d'air pour pouvoir respirer.
 
  - Décris-nous un peu ton style vestimentaire : Depuis ma jeunesse, je porte des vêtements plutôt sombres qui me permettent de me mouvoir facilement, et surtout rapidement et qui ont la particularité de conserver l'humidité. Je porte également une ceinture à laquelle est accrochée un tas d'objets qui me sont essentiels pour soigner les autres et pour me garder en bon état. J'ai toujours des bottes qui m'aident à être le plus efficace possible dans mon travail au quotidien.
 
  - Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ?  Une photo de ma famille, soigneusement pliée dans une poche intérieure, et que je ne sors pratiquement jamais. On y voit mes parents, Ethan et mes trois enfants. Elle a été prise le jour de leurs morts. Personne ne l'a jamais vue à part moi et personne n'est au courant de l'existence de cette photographie. D'ailleurs, à part le capitaine, personne ne sait rien de cette partie là de moi. Je suis toujours en possession de mon nécessaire de premiers secours, et d'une paire de ciseaux, nonchalamment posée dans une poche. J'ai également toujours un ou deux sprays remplis d'eau fraîche qui me permettent de garder ma peau humide. Je ne me sépare jamais non plus de Kay, un petit animal extraterrestre très intelligent avec qui je suis liée depuis ma jeunesse.
 
   
 

- Où te planques-tu ? (vaisseau, station orbitale, planète, etc.) Dans un vaisseau de chasseur de primes. Le Comoran, pour être exact.

- Tu joues au poker (si si) avec un poulpe violet, un Xzblorg, un tapis qui parle et un droïde à tête de canard. Qui est-ce que tu surveilles ? Je me surveille moi en priorité. Il n'y a pas de meilleurs menteurs que moi, et pourtant, j'en ai connu des tricheurs, j'en ai connu des pourritures. Mais depuis maintenant plusieurs années, j'essaie de me tenir tranquille. Sauf au poker. Je finis toujours par gagner, au poker.

- Dans les cantinas, qu'est-ce qu'on dit de toi ? Dans les cantinas, beaucoup de choses se disent. Il paraît que je donne l'impression d'aimer tout le monde. On dit que je suis quelqu'un de confiance, vers qui il est facile de se tourner et à qui il est facile de parler. Il se dit aussi que je suis toujours calme, toujours souriante, pleine de gentillesse et de douceur à revendre. J'ai un peu ce rôle de maman rassurante et bienveillante. On me décrit souvent comme étant pleine de joie de vivre. Enfin, il se dit que je suis douée en médecine et curieuse. Si seulement ils savaient...

- Les lois, la politique, la Confédération du Commerce, l'écologie... t'en penses quoi de tout ça ? Je n'en pense pas grand chose. Je crois que la justice et moi nous ne sommes pas très copains. Pour le reste... Ca n'est pas mon problème majeur, loin de là. Sauver des vies, voilà un combat bien plus important que je ne sais quelle politique farfelue !

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? Une journée normale ? Il n'y a pas vraiment de journées normales, à bord d'un navire de chasseurs de primes. Aucune journée ne se ressemble vraiment. Je fais mon boulot, j'apprends, et j'essaie de devenir toujours meilleure en médecine. Je passe du temps avec les autres membres de l'équipage, et j'essaie de me faire oublier dans le reste du monde. Une journée normale pour moi, c'est une journée durant laquelle je fais semblant. Une journée de mensonges.

- Si tu trouves la planète Alpha, qu'est-ce que tu fais ? Quelle importance ? Ca n'est pas cette planète qui changera quoi que ce soit à tout ce qu'il s'est passé. Ce serait même plutôt mauvais pour moi si on trouvait cette planète. Le Comoran, c'est le seul moyen dont je dispose pour vivre une vie tranquille, dans laquelle je ne suis pas obligée de fuir sans cesse.
 


 

 Je suis née il y a tout juste cinquante ans sur la planète Celur. Mon père était un nemien, ma mère était une telun. Drôle de mélange me direz-vous. La différence n'a jamais été difficile à vivre pour moi. Mes parents avaient un fort caractère qu'ils m'ont transmis, et ils m'ont toujours appris à faire de mes faiblesses mes plus grandes forces. En l'occurence, dans un monde où l'apparence est primordiale, mes particularités ont toujours été une véritable force. Ma mère m'a appris très tôt à me mettre en valeur pour me faire remarquer et j'ai toujours aimé avoir les regards braqués sur moi. Mon père était un grand combattant et il m'a appris ce que je devais savoir sur l'art de maîtriser les armes. Aussi loin que je puisse me souvenir, je le vois me mettre toutes sortes d'armes entre les mains et m'expliquer comment on s'en sert : armes blanches ou flingues, tout y passait. Et sans vouloir me vanter, j'étais plutôt douée. Ma mère, quant à elle, était médecin. C'est elle qui m'a donné le goût de soigner et de comprendre l'autre. L'un comme l'autre partaient souvent en mission, mais je ne souffrais pas de leur absence, parce que je savais qu'ils reviendraient toujours. Et puis, il y avait Kay. Kay, était un petit animal que j'avais recueilli et soigné alors que j'étais encore une jeune enfant. Peut être que c'était en partie lui qui m'avait autant donné envie de sauver les autres. Kay et moi, on faisait tout ensemble. On se comprenait comme si c'était une évidence. Et depuis ce moment-là, nous ne nous sommes plus jamais quittés.

A douze ans, j'ai rencontré Ethan Jaxx. Jamais je n'ai aimé quelqu'un comme je l'ai aimé lui. Il était humain, mais il faisait partie de ces personnes qui ne passe jamais inaperçu. Il était simplement de passage sur Celur, mais il n'en est jamais reparti. Lui et moi, c'était fusionnel. On se complétait comme si on avait toujours été faits pour vivre l'un avec l'autre. Chacun comblait les vides de l'autre. Ma vie est très rapidement devenue inenvisageable loin de lui. Je passais mes journées à étudier la médecine avec ma mère et à profiter de la présence de celui dont j'étais amoureuse. A seize ans, je suis tombée enceinte de notre premier enfant. Ethan et moi nous nous sommes installés ensemble, et j'ai accouché d'une merveilleuse petite fille que nous avons appelé Ashleyn. Deux ans après, j'ai donné naissance à deux autres enfants : une fille et un garçon, prénommés Gilyan et Ceres. Mon bonheur était complet, ma famille parfaite. A vingt-ans, je devenais officiellement la femme d'Ethan. Madame Rayän Jaxx Kalnaäros. L'avenir nous souriait, et je ne voyais pas comment il pouvait en être autrement. Et pourtant, un matin, tout s'écroula.

C'était un peu plus de deux ans avant que je ne devienne officiellement médecin. Je devais avoir vingt-deux ans. J'exerçais déjà officieusement avec ma mère, et j'adorais ce que je faisais. Kay était un assistant fidèle et efficace. Soigner des gens me procurait une sensation indescriptible. Je pense que j'avais l'impression de faire quelque chose d'utile. Ashleyn venait tout juste d'avoir six ans, et les jumeaux n'en avaient pas encore tout à fait quatre. Nous étions en plein dans une de ces mémorables réunions de famille que j'affectionnais du plus profond de mon coeur. Ethan avait préparé la fête spécialement pour célébrer le retour de mon père, qui rentrait d'une mission de plusieurs mois, et je ne pouvais pas être plus heureuse. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévu. Les hommes étaient trois, tous masqués. Le premier à mourir fut mon père, une balle en pleine tête. Vous connaissez cette impression terrible que le monde entier s'écroule sous vos pieds ? Cette sensation de chute qui ne s'arrêtera jamais, et le vide sous vos pieds qui vous attire irrésistiblement ? J'eus la sensation que le monde s'arrêtait de fonctionner. La seconde balle fut pour ma mère. Les coups étaient bien plus assourdissants que tous ceux que j'avais pu entendre jusqu'à lors. J'étais habituée aux armes, mais je crois que jamais je n'avais entendu de pareils bruits. J'étais également habituée à réagir dans l'urgence, mais je crois avec le recul que je ne m'étais jamais préparée à vivre une telle situation.

Dans mon esprit, ma famille avait toujours eu l'éternité devant elle. Il ne pouvait rien nous arriver, et il ne nous arriverait rien. Je deviendrai médecin très prochainement, et peut-être qu'un de mes enfants suivrait cette même voie, ou peut-être pas. Ca n'avait pas la moindre importance. Je les verrai grandir et s'épanouir. Un jour viendrait où ils prendraient leur envol. Peut-être qu'Ethan et moi aurions eu un quatrième enfant. Et nos enfants auraient, à leur tour, eu des enfants. Tous de magnifiques métisses avec une couleur de sang unique. Jamais je n'avais envisagé qu'ils puissent demeurer d'éternels chérubins aux joues encore rosées par la jeunesse.  Et dans mon esprit, cette simple idée était tout bonnement inacceptable. C'est lorsqu'Ethan s'est écroulé en s'interposant entre Gylian et un de nos agresseurs que j'ai réalisé ce qui était en train de se produire. Une balle logée en plein coeur, il mourut avant même d'avoir touché le sol. Folle de rage et de douleur, je me jetais enfin sur nos agresseurs. C'était un acte aussi stupide qu'inutile. La balle m'atteignit en pleine poitrine, sans même que je n'ai le temps de m'approcher réellement des tueurs. Je me suis effondrée sur le sol, et en moins d'une seconde, le monde a sombré dans une obscurité qui allait devenir une prison pour le reste de mon existence. La dernière chose que j'ai entendu, c'est les cris perçants de mes enfants. Et puis plus rien.

Quand je me suis relevée, il n'y avait pas un bruit dans notre maison habituellement si pleine de vie. Je revois les corps sans vie de mes parents, de mes enfants, de mon mari, et je sais que cette image sera la dernière dont je me souviendrai avant de mourir à mon tour. J'ignore pourquoi j'ai survécu alors qu'ils sont tous morts. Ils étaient tous là, si paisible que, pendant une seconde, j'ai eu l'impression qu'ils ne faisaient que dormir, et qu'ils allaient se réveiller d'une minute à l'autre. Mais les murs devenus écarlates me hurlaient à quel point je me trompais. Ils étaient partis. Tous partis. Pour toute notre éternité, ils s'étaient tus. Et j'étais là, seule et perdue comme je ne l'avais jamais été auparavant. Ce jour-là, j'ai tout perdu. Absolument tout. A une exception près. Kay avait survécu, lui aussi. Je ne savais pas comment, mais il était la seule famille qu'il me restait, désormais. Si pendant un fol instant, j'ai pensé à rejoindre ma famille dans un autre monde, j'ai découvert une sensation bien plus forte encore : le désir de vengeance. Je voulais que les autres souffrent comme moi je souffrais. Je voulais voir les autres mourir, je voulais voir des familles se briser, comme on avait brisé la mienne, comme on avait brisé ma vie.

Alors, avec Kay, on a commencé à tuer. On tuait n'importe qui, sans se soucier des conséquences que ça pouvait avoir. Enfin, je. Kay, lui, ne faisait pas grand chose. Il se perchait sur un de mes tentacules, et il me regardait faire, comme s'il m'encourageait. Je savais qu'il me comprenait. Il comprenait ce que je ressentais et pourquoi je le ressentais. Il comprenait cette colère et ce besoin irrépressible de voir le sang couler. J'avais besoin de revivre continuellement la scène qui avait marqué la fin de ma vie, comme si j'espérais que ça allait m'aider à me sentir mieux ou à oublier. Au début, j'avais l'impression que ça pouvait marcher. Lorsque je tuais, je ne pensais à rien d'autre. Les techniques que j'employais dépendaient beaucoup des moyens dont je disposais lorsque l'envie de tuer me prenait. Couteaux, flingues, ou tout objet qui pouvait blesser. Mais très vite, je me suis rendue compte que chaque meurtre me faisait sombrer un peu davantage dans le désespoir. Tuer était devenu un besoin viscéral contre lequel je ne pouvais pas lutter. J'errai partout et nulle part, devenant une ombre éphémère et meurtrière.

J'avais abandonné la médecine : à quoi bon soigner des gens, alors que je n'avais pas même été capable de sauver ma famille ? J'étais un médecin pitoyable, une femme plus pitoyable encore. Je m'étais mise à fumer en permanence, une pipe entre les lèvres, le coeur au bord du vide. Une cape sur mes épaules et une capuche devant mon visage suffisait à me garantir un précieux anonymat. Mais très vite, ma tête fut mise à prix. J'étais recherchée sous le nom d'Hal Raza, mais où que j'aille, quoi que je fasse, je trouvais toujours le moyen de m'en sortir. Ma capacité à y voir dans le noir m'y aidait beaucoup. Pendant plus de huit ans, je ne cessais de sombrer de plus en plus, incapable de faire taire la douleur qui me cisaillait les côtes et me brûlait l'âme. Et puis, un jour, ma vie bascula à nouveau, grâce à une fillette à peine plus âgée qu'Ashleyn. Elle devait mourir, comme les autres. Et pourtant, ce que je vis dans son regard m'en dissuada. Elle n'était qu'une enfant. Et comme des dizaines d'autres avant elle, je voulais l'empêcher de vivre, l'empêcher de grandir. Comment pouvais-je faire ça à mes enfants ? Comment avais-je pu... Pour la première fois depuis huit ans, je m'effondrai vraiment. Incapable de laisser une autre enfant mourir par mes mains, je rassemblais toutes les connaissances, toute l'énergie que je possédais, pour mettre la fillette hors de danger. Et ça fonctionna.

Sauver cette petite fille que j'avais moi-même blessée fit renaître une lueur d'espoir à travers l'obscurité qui s'était installée depuis plusieurs années. Je décidais de reprendre la médecine, et j'étudiais plus dur que jamais dans une tentative désespérée de réparer tout le mal qui avait été fait. Contrairement au fait de tuer, soigner me faisait réellement du bien. Je me sentais à nouveau utile, et très vite, je recommençais à me sentir vivante. Prendre la vie de quelqu'un était un acte d'une simplicité enfantine, et d'une lâcheté effroyable. Sauver une vie était bien plus complexe et bien plus gratifiant. Pendant six nouvelles années, j'étudiais avec acharnement, progressant autant que je le pouvais en tant que médecin. Je tuais encore ponctuellement, incapable de me passer de cette drogue abominable qu'était le sang qui coulait. Mais ceux que je tuais, ils n'étaient pas innocents. C'était des criminels, des pourritures qui ne méritaient pas de vivre. Des gens comme ce que j'étais devenue, en somme. Je me cachais derrière la médecine et le bien que je pouvais faire autour de moi, mais rien ne pouvait racheter mes actes. Plus jamais je ne laisserai des innocents mourir. Plus jamais. Je me promis qu'un jour, je deviendrai la meilleure des médecins, et avec l'aide de Kay, on faisait des miracles. Il répondait à la moindre de mes sollicitations, me rendant toujours plus efficace dans mon travail. J'étais tout de même obligée d'être prudente et d'oeuvrer dans l'ombre. Personne ne savait précisément qui était Hal Raza, mais des descriptions étaient nées avec le temps et me rendaient plus vulnérable.

Et un jour, l'inévitable se produisit. Je croyais être seule, lorsque le coup parti de mon flingue et fit exploser la tête d'un énième Telun véreux au coeur pourrissant, qui faisait du traffic d'enfants. En entendant des bruits de pas approcher, j'ai compris que je venais peut-être de commettre la dernière erreur de ma vie. Jyn'Aya Daklan, une chasseuse de prime, vadrouillait dans les parages et elle me vit sur la scène de crime. Quatre hommes avaient péris ce jour-là. Prise de panique, je me suis mise à courir aussi vite que je le pouvais. Il faisait sombre, ce jour-là, et c'est peut-être ce qui me sauva. Dans notre course effrénée, Jyn'Aya se blessa. Malgré moi, j'ai été incapable de la laisser dans cet état. Je me suis approchée d'elle et je l'ai soignée, comme j'avais fait avec la petite fille qui ressemblait à Ashleyn, et comme j'avais fait avec tant d'autres encore avant et après elle. Je crois que Jyn a eu pitié de moi, à ce moment-là. On a parlé, longtemps, beaucoup. Jamais auparavant je ne m'étais ouverte à quelqu'un sur mon histoire. Mais avec Jyn, c'était étrangement facile. Elle sut pour ma famille, mon mari, mes enfants. Elle sut pour Hal Raza et pour la médecine. Elle sut ce que je ressentais et ce que je faisais. Et à son tour, elle me parla de son vaisseau. Son équipage était tout jeune, à peine cinq ans. Elle me proposa un marché que je ne pus décemment pas refuser. Elle me protégeait et m'aidait à dissimuler ma fausse identité, en échange de quoi je devenais médecin sur son vaisseau. Et c'est ainsi qu'il y a tout juste treize ans, une nouvelle vie débuta pour Kay et moi. J'avais trente-sept ans lorsque je devins officiellement médecin du Comoran.
 

 



○ Prénom et Nom : Victoria B. Aslanov
○ Age : 30 ans
○ Race : Zootrope latent
○ Forme animale : Une corneille aux ailes larges, d'une taille légèrement supérieure à la moyenne.
○ Métier : -
 


 

 

  - Grand ou petit ? Ou entre les deux ?  Je suis de taille... Normale, je dirais. Ni trop petite, ni trop grande. 1m65, environ.
 
  - T’as des signes particuliers ? Il y a quelques mois, j'ai voulu me faire immoler pour me repentir de mes pêchés, mais Gabriel m'en a empêché. De ce début de purification par le feu, je garde des brûlures qui longent mon avant bras droit.
 
  - Décris-nous un peu ton style vestimentaire :  Je porte une tenue sombre et discrète, qui me permet de me fondre dans la nuit en silence, et d'accomplir au mieux ma mission. Je ne quitte jamais mes bottes en cuir souple ainsi qu'une ceinture qui porte tout mon matériel : trois lames de tailles diverses, des ciseaux et un briquet. Je porte également une cape avec une capuche ample qui permet de dissimuler mon visage.
 
  - Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ? Il y en a plusieurs, en réalité. Outre mon nécessaire de travail, je ne me sépare jamais de la dague que m'a offert Gabriel, sur laquelle le blason de sa famille est gravé. J'ai aussi une croix, attachée autour de mon cou, dont je ne me sépare jamais. Depuis ma brûlure, je garde également sur moi un baume apaisant et cicatrisant.
 
   
 

- Tu pries tous les soirs ? Tous les soirs et bien davantage. Dieu m'accompagne chaque jour, à chaque moment de ma vie. Dieu est grand, et je prie pour mes pêchés, je prie pour le salut de mon âme. Je le sert depuis mon enfance, et si j'ignore pourquoi il a fait de moi un démon, j'ai confiance en son jugement. Je continuerai de le servir jusqu'à ce que je rende mon dernier souffle.

- T’aimes les animaux ? 8D Au commencement, les animaux étaient l'oeuvre de Dieu. L'amour de Dieu en vers ses créations est infini, et tout ce qu'il fait est profondément beau. Mais depuis l'apparition des démons, tout est différent. Comment savoir si l'oiseau qui s'envole tout près de vous est fruit de l'amour divin, ou s'il est une abomination ? Je hais les démons. De tout mon être, de toute mon âme, je les hais. Ces créatures du diables ne méritent que la mort. Ils brûleront, ils brûleront tous, jusqu'au dernier ! C'est une offense à la création divine. C'est une offense à Dieu. Les exterminer est ce pourquoi je me lève chaque jour, ce pourquoi je vis.

- Ton pire souvenir, c’est… ? Ce jour maudit où tout a basculé, où j'ai cru que Dieu m'avait abandonné ou que je l'avais offensé. Qu'ai-je fait pour mériter pareille sentence ? N'ai-je pas prié avec assez d'assiduité ? N'ai-je pas oeuvrer pour la volonté divine avec suffisamment d'ardeur ? Ô Tout-Puissant, pourquoi suis-je devenue une abomination ? Ou est-ce ta volonté d'éprouver ma foi ainsi ? Peu importe. Jamais je ne cesserai de rendre grâce à Dieu.

- A quoi ressemble ton chez toi ? Je n'ai plus vraiment de chez moi, depuis que je suis devenue un... Un démon. Avec Gabriel, on ne fait que fuir. D'un foyer à l'autre, d'une cachette à une autre. Je ne suis qu'une humble pécheresse au service de Dieu, et chaque minute de ma vie, je la passerai à oeuvrer pour lui, où que je sois, où que j'aille. Je n'aurais jamais de repos, il faut que je me repente.

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? Auparavant, une journée normale était tout ce qu'il y avait de mieux. Je me levais avant le soleil, je priais. Je retrouvais ensuite Gabriel pour le petit déjeuner, et ensemble, on partait à la chasse. Après le déjeuner, je priais encore, et je passais le reste de l'après-midi à m'entraîner avec Gabriel. Puis, je priais. Après le dîner, ils nous arrivait de repartir à la chasse. Sinon, je passais la soirée à prier aux côtés de Gabriel, puis je m'endormais. Aujourd'hui, nos journées sont faites de prières et de chasses, mais également de fuite. S'ils nous retrouvent, ils nous tueront tous les deux, et jamais je ne permettrai qu'ils fassent du mal à Gabriel. Nous fuirons la mort tant que Dieu le voudra. Je m'en remets à sa volonté.

- Ok, si tu pouvais devenir Tsar demain, qu’est-ce que tu ferais ? Je ne désire pas le pouvoir. Dieu est le seul qui mérite d'avoir des disciples, et moi-même ne suis qu'une humble mortelle au service de sa Grandeur. En revanche, si je pouvais répandre la volonté divine dans le monde, j'exterminerai tous les démons, jusqu'au dernier. Ces créatures maudites ne devraient pas exister.
 


 

Je suis née au printemps 1864, avec la renaissance de la nature. Je ne sais rien de ma famille, ni de ma naissance. Je n'ai, en nom de famille, qu'une initiale, brodée sur l'unique bien que je possède depuis toujours : une couverture. J'ai intégré l'Orphelinat religieux tout de suite après ma naissance, le dimanche 20 mars 1864. Dès le début de ma vie, Dieu était avec moi. Et jamais il ne m'a abandonné. Je n'ai que peu de souvenirs de cet endroit. Il y avait les bonnes soeurs et les prêtres, l'air toujours sévère et qui nous frappaient si nous ne faisions pas ce qu'il fallait. Il y avait cette odeur âcre qui imprégnait les couloirs. Il y avait ce silence durant les temps de prière, brisé par la toux grasse de la Mère Supérieure. Il y avait Dieu. Et puis, par-dessus tout, il y avait lui. Gabriel. Aussi loin que mes souvenirs remontent, il a toujours été là, à mes côtés.

Lui et moi, nous avons grandi ensemble. Nous étions déjà inséparables alors que nous ne tenions pas debout, et rien n'a jamais pu nous séparer. A six ans, une famille nous a ouvert son coeur, à tous les deux. Etait-ce parce que nous étions toujours ensemble ? Etait-ce parce que notre arrivée à l'Orphelinat s'était faite le même jour ? Que dans la seule initiale que je possédais pour nom de famille, ils pouvaient voir celui si célèbre de Gabriel ? La question n'avait pas une grande importance. Ils ne nous avaient pas séparé. Nous étions toujours ensemble. Et désormais, nous faisions partis de la même famille. C'était la volonté de Dieu.

Le besoin d'être toujours aux côtés de Gabriel ne fit que croître. Durant toute notre enfance, nous étions sans cesse ensemble. Nous apprenions ensemble, nous grandissions ensemble, nous nous forgions ensemble. Il était mon meilleur ami, celui à qui je pouvais tout dire, celui qui me comprenait sans même que je n'ai besoin de parler. Et bien davantage encore. Nos âmes étaient étrangement liées, comme si nos vies entremêlées étaient une évidence. Une évidence que rien ne pouvait briser. A chaque instant de ma vie, il a été là pour moi, et je ne saurais imaginer un monde dans lequel il n'est plus à mes côtés.

Père et mère faisaient partie de la milice. Ils étaient tous les deux soldats. Fervents croyants, ils nous enseignèrent à chaque instant de nos vies l'histoire de notre monde. Dieu, les démons, cette lutte acharnée entre le bien et le mal. Nous avions dix ans lorsqu'ils commencèrent à nous apprendre à nous battre. Ils ne faisaient pas de distinction entre Gabriel et moi. L'un comme l'autre, nous étions destinés à intégrer à nous battre avec ferveur contre les suppôts de Satan. L'entraînement était dur. Il fallait sans cesse que l'on donne le meilleur de nous même, et ça ne suffisait jamais. Nous devions toujours nous améliorer pour pouvoir répondre à la volonté divine, et être dignes de servir le Tout Puissant. Il fallait que l'on soit meilleurs, toujours meilleurs, malgré les dangers, malgré la mort qui planait sur nous. J'ai écopé de dizaines et de dizaines de blessures, j'ai vu la mort dans les yeux jusqu'à connaître par coeur l'odeur de son souffle glacé. Mais jamais je n'ai eu peur, parce qu'ils ont toujours été avec moi, et jamais ne m'ont abandonnée. Ils ? Gabriel et Dieu, bien sûr.

J'ai rencontré Dieu lorsque j'étais enfant. Ignorante et aveugle, j'ai vu sa lumière, j'ai senti la chaleur de sa flamme, et grâce à lui, j'ai grandi dans la connaissance et dans la pleine conscience du monde qui nous entoure. On m'a appris très jeune que, sur notre Terre, il y avait des abominations. Des êtres démoniaques qui ne devaient pas exister, qui n'avaient pas leur place, et qui devaient à tout prix être exterminés. A mes yeux, ça a toujours été la seule vérité qui pouvait exister. La seule qui méritait que l'on se batte. Et je me battais bien. L'entraînement que je suivais me plaisait, malgré les exigences de nos parents. Peut-être était-ce en partie parce que j'étais aux côtés de Gabriel, mais c'était surtout pour la mission que je portais en moi. J'étais entraînée pour répandre la volonté de Dieu. Pour exterminer les démons, jusqu'au dernier. J'aimais repousser sans cesse mes limites pour devenir la meilleure, et pour être digne de réaliser la mission qui m'incombait. Dieu est grand. Lui seul sait guider mes pas. Lui, et Gabriel.

A l'adolescence, ma relation avec Gabriel changea. L'admiration et l'attachement se transformèrent, l'amitié devint de l'amour. Ensemble, nous étions invincibles. L'un sans l'autre, nous étions bons. Mais l'un avec l'autre, nous devenions exceptionnels. Je suis persuadée que nous rassembler était la volonté de Dieu, depuis le départ. Comment pourrait-on expliquer autrement la relation fusionnelle qui nous unit depuis l'enfance, et qui nous bercera jusqu'à la mort ? Comment expliquer tout ce qui, dans nos vies, nous a toujours réuni ? Nous étions obligés de cacher les couleurs que prenait notre relation, puisqu'officiellement, nous étions frères et soeurs. Si aucun lien de sang ne nous unissait, nous savions que notre amour pouvait être mal perçu, et pouvait nous créer des ennuis que l'on souhaitait éviter à tout prix.

C'est à cette même période qu'a commencé ma fascination pour le feu. J'ai toujours trouvé ça extraordinairement beau. La lumière qui en émanait ne pouvait être que l'oeuvre de Dieu. Il s'agissait de la flamme divine, du feu de l'Eternel, et, à mon sens, cela n'avait rien à voir avec les flammes de l'Enfer dont on nous parlait parfois.  Je voyais dans les flammes un message divin qui m'indiquait la mission à laquelle je devais me prêter. Le feu est purificateur et salvateur. Je devais m'en servir pour libérer et purifier les âmes des démons. Tout le monde a le droit de se repentir. Même les abominations. Dieu en avait décidé ainsi, et je me soumettais à sa volonté. Je m'armais d'un briquet que je n'ai plus jamais quitté, et qui me permettait d'avoir du feu sur moi à n'importe quel moment.

A seize ans, nous avons finalement commencé à nous battre contre les démons. Ma foi envers Dieu était inébranlable. Je connaissais par coeur la mission que je devais accomplir. Et pourtant, malgré toutes les préparations, jamais je n'avais imaginé ce qui nous attendait réellement. Les démons étaient des êtres abominables. Des êtres qui méritaient la mort par-dessus tout. Pendant quasiment quatorze ans, Gabriel et moi en avons tué un nombre incalculable. Jamais l'un sans l'autre, toujours avec efficacité. Nous progressions à vu d'oeil, devenant de plus en plus bons, faisant de moins en moins d'erreurs. Et puis les choses ont basculé. Durant une nuit d'hiver particulièrement glaciale et ténébreuse, j'ai subi ma première transformation. Je n'étais plus humaine ; plus entièrement. De larges ailes noires étaient apparues à la place de mes bras. J'étais devenue un démon. Je crus d'abord à un châtiment divin, et la solution m'apparut de façon claire. Il fallait que je me purifie par les flammes. J'ignorais quand et comment j'avais offensé Dieu, mais il fallait à tout prix que je me repente.

Cependant, Gabriel m'empêcha de le faire. Il arriva à temps pour éteindre les flammes et sauver ma vie. Il me fit comprendre que ma malédiction n'en était peut-être pas une. Peut-être était-ce un moyen de parvenir à mieux mener à bien ma mission. Peut-être devais-je attendre d'en savoir plus sur le phénomène dont j'étais victime. Je priais plus que jamais, en attente de réponses. Mais Dieu restait étrangement silencieux. Je détestais profondément ce que j'étais devenue, mais je ne me sentais pas diabolique. Je demeurais une disciple de Dieu, et ma foi était inébranlable. Je décidai d'aller voir un prêtre pour lui poser des questions sur les démons, sans lui révéler le terrible secret que je devais porter. Mais Dieu en décida autrement. Alors que nous parlions, ces maudites ailes réapparurent malencontreusement. Gabriel intervint juste à temps pour me sortir de là, et me sauver la vie une nouvelle fois. Depuis ce jour, j'ai compris que nous n'étions plus en sécurité nulle part, et nous fuyons ensemble.
 

 


○ Prénom et Nom : Sasha Yewande Williams
○ Nom de code : Ojo (Qui signifie Météo en Yoruba)
○ Age : 29 ans
○ Race : Mutant
○ Alignement : Prof Xavier
○ Métier : Météorologue, physicienne et professeure de physique dans l'Institut d'Etudes Supérieures du Professeur Xavier.
○ Pouvoir :Atmokinésie : le climat change en fonction des émotions ressenties par Sasha. Plus les émotions sont fortes, plus les changements climatiques sont violents et étendus. Globalement, selon les émotions, le temps se présente ainsi :
> Joie : Beau temps, avec du soleil et de la chaleur. Plus la joie est grande, plus la chaleur augmente.
> Tristesse : Pluie fine ou neige, froid glaçant. Plus la tristesse est grande, plus il fait froid.
> Colère : Orages, avec des tempêtes et des ouragans. Plus la colère est grande et plus l'orage est violent.
> Peur : Temps extrêmement sombre, brume. Plus la peur est grande, plus il fait sombre, et plus le brouillard s'épaissit.
Les autres émotions se déclinent de ces quatre principales, et provoquent des effets en rapport avec la ou les émotions principales auxquelles elles sont rattachées.
 


 

 

  - Grand ou petit ? Ou entre les deux ? Du haut de mes 1m72, je suis plutôt dans la moyenne haute. Cependant, tout est relatif. Mes parents étaient plutôt grands, et j'ai hérité des jambes fines et élancées de maman. Mais quelle importance ?  
 
  - T’as des signes particuliers ? On a tous des signes particuliers, c'est pour ça qu'on est pas de simples clones idiots. Enfin, pas entièrement. Je suis afro-américaine, mais ça ne se voit pas énormément physiquement. J'ai une peau légèrement halée, mais relativement clair pour mes origines. Mes cheveux son lisses et longs. Je ne ressemble quasiment pas à ma petite soeur et à mon frère, qui eux, tiennent davantage de notre mère. Je ne quitte jamais un septum nasal, et j'ai un tatouage qui prend la forme d'un soleil sur l'épaule gauche. Mes yeux se mettent à briller lors des plus grosses manifestations de ma mutation, jusqu'à prendre une teinte dorée.
 
  - Décris-nous un peu ton style vestimentaire :  Je porte des robes, souvent très sombres. J'aime les bijoux en or, colliers, piercing, bracelet ou bagues. Je porte des bottines ou des talons la plupart du temps. Jamais vous ne me verrez en pantalon, ni en baskets. Je suis globalement très féminine, même lorsque je suis plongée dans mes recherches. Il faut bien qu'il reste quelque chose dans ce monde qui me fasse un tant soit peu plaisir. Quand on a plus rien d'autre, c'est mieux que rien.
 
  - Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ? En quoi ça te regarde ? Personne n'a à savoir que je porte un pendentif aux vertus soit-disant calmant, et une montre qui indique ma pression artérielle et mon rythme cardiaque. Quand il s'emballe trop, je peux réagir rapidement et me calmer. T'es content ?
 
   
 

- T’as Facebook ? Twitter ? Tumblr ? T’es geek ? T'en as beaucoup, des questions comme ça ? Je me tiens éloignée de toutes ces cochonneries. J'aime pas beaucoup le contact avec les autres, en dehors de ma famille et de mes étudiants - tous profondément passionnés par la physique, n'est-ce pas ? J'ai arrêté de jouer aux jeux vidéos y a déjà longtemps : quand j'ai compris que ça m'empêchait d'être totalement maître de moi-même, et qu'il y a eu un ou deux accidents.

- Ta famille est cool et fonctionnelle ? "Cool", comme vous dites, oui. Fonctionnelle... C'est une autre histoire. J'aime beaucoup mon frère Jack et ma soeur Charlie. Ce sont les seuls que je m'autorise à aimer, d'ailleurs. Je veille sur eux depuis mon premier jour, et ça sera ainsi jusqu'à la fin. Même si Jack est mon jumeau, c'est moi l'aînée, et c'est une des choses que je sais le mieux faire, avec mon travail. Pour ce qui est du reste, ça te regarde pas vraiment.

- C'est quoi tes passe-temps, dans la vie ? Qu'est-ce que ça peut te faire ? Ma vie se résume à mes recherches et aux cours que je donne. C'est la seule chose qui a réussi à me couper totalement de ce que je pouvais ressentir. Régulièrement, je passe un peu de temps avec ma famille. Et c'est tout. De toutes façons, je n'ai pas d'amis, et moins j'ai de contacts avec les autres, mieux je me porte. Je dessine aussi, parfois. Lorsque mes émotions menacent de reprendre le dessus. Ca me permet de les évacuer sans la moindre catastrophe à l'horizon.

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? Je me lève tous les matins à 5h précise. Je me prépare rapidement, puis je vais m'enfermer dans mon laboratoire jusqu'au début des cours. J'enseigne pendant plus ou moins d'heures selon les jours, puis je retourne dans mon laboratoire. A 19h, je retrouve souvent Jack et Charlie pour aller manger. Je sors le chien - oui, j'ai un chien, ça te cause un problème ? - puis je retourne au bureau et j'y reste jusque tard le soir. Une fois sur deux je m'endors là-bas jusqu'au milieu de la nuit. Ce n'est pas comme si je pouvais avoir une vie normale. Et de toutes façons, même si je le pouvais, j'en veux pas.

- Si tu pouvais passer dans le journal de 20h, qu'aurais-tu à dire ? Je leur exposerai l'intégralité de ma thèse sur l'approche du temps en physique et météorologie.

- Si tu pouvais devenir mutant (si t'es humain) ou humain (si t'es mutant), tu le ferais ? Oui. Sans la moindre hésitation. Être une mutante a ruiné ma vie et celle de mes proches, alors si je pouvais... Enfin, ça n'a pas une grande importance. Il ne faut pas trop rêver dans la vie, et si c'était quelque chose de possible, cela ferait longtemps que j'aurais fait le nécessaire. Ca suffit, t'as déjà été trop curieux.
 


 

Il n'y a jamais eu aucune happy end possible pour ma famille. Ni mon frère, ni ma soeur, ni moi, ne sommes nés sous une bonne étoile. Maman était une médecin respectée et une femme admirable. Ife Yewande, qui avait eu le courage de fuir son Bénin natal pour épouser notre père, contre la volonté de notre grand-mère. L'Afrique lui manquait, et elle avait pour projet d'y retourner plus tard. Finalement, elle n'en eut pas le temps. Lorsque nous étions petits, maman nous racontait son enfance, et nous disait que grand-mère était une sorcière vaudou, et qu'elle avait jeté un mauvais sort à notre famille, pour punir maman et papa de s'être aimés. Ces histoires mettaient papa mal à l'aise, et nos parents se disputaient souvent à ce sujet. Je n'ai jamais réussi à savoir s'il fallait réellement y croire, ou non.  

Très vite, il s'est avéré que j'avais un dérèglement émotionnel important. Quelque chose que les médecins appelaient "hypersensibilité". Mes émotions étaient toutes décuplées, je ressentais celles des autres avec une violence inouïe et je ne parvenais pas à contrôler le tout. Sans aucune demi-mesure, mes parents assistaient à des crises de colère phénoménales comme à une joie intense qui me faisait rayonner. Bébé, ma mère avait déjà noté que des phénomènes climatiques étranges se produisaient lors de manifestations poussées de ces émotions déjà trop fortes pour moi. Des orages alors qu'une seconde plus tôt il faisait beau, un froid inexplicable alors qu'on était au coeur de l'été... Mais elle n'en a jamais rien dit à mon père, un scientifique très centré sur le réel, qui refusait de croire ce qui n'avait pas d'explication rationnelle.

Mais ça n'était rien comparé à ce que Charlie vivait. Je l'ai tout de suite adorée, mais elle avait une terrible particularité. Charlie, son truc, c'était la radioactivité. Avant même de voir le jour, elle irradiait déjà. Maman était enceinte lorsqu'elle apprit qu'elle avait un cancer, mais nous ne l'avons su que bien après. Maman a toujours été très forte. Elle voulait nous protéger, et par-dessus tout, elle voulait que l'on puisse avoir une enfance normale. Lorsque les premières manifestations visibles de la mutation de Charlie sont apparues, et que les phénomènes météorologiques étranges se sont amplifiés, notre père a pris peur. Son côté scientifique et rationnel ne parvenait pas à accepter la possible réalité de la malédiction qui pesait sur notre famille, et il a préféré prendre ses distances plutôt que de remettre en question tout ce qu'il croyait savoir. Il devint un fantôme, présent dans de très rares occasions, laissant à notre mère tout le poids des responsabilités et de sa maladie.

Ma mutation n'a fait que grandir au fil des années, devenant de plus en plus incontrôlable. Je n'avais pas réellement conscience de ce qui se produisait, mais je savais que ça n'était pas normal. Je ne pouvais pas être heureuse sans que la canicule s'installe, je ne pouvais pas être triste sans que le ciel ne pleure lui aussi. Le temps était aussi instable que mes émotions, aussi imprévisible que mes changements d'humeur, aussi violent que ce que je pouvais ressentir. Mon dérèglement émotionnel ne m'aidait en rien à contrôler ce que je ressentais, et je ne me rendais pas compte de ce que je provoquais. Le temps avait tendance à changer incroyablement vite, mais mes yeux d'enfant ne voyaient rien d'autre qu'un phénomène extraordinaire et parfois effrayant. Et moi, je n'y comprenais rien.  

Mes six ans ont marqué une période particulièrement heureuse de ma vie. Maman était très présente pour moi et pour Charlie. Nous avions toutes les deux une mutation qui pouvait s'avérer dangereuse, et un problème émotionnel en fond. Cependant, nous étions bien ensemble - Charlie, Jack, maman et moi - et je passais beaucoup de temps dehors, à observer la nature et à exprimer ce que je ressentais par le dessin. Tout allait pour le mieux dans ma vie de petite fille, et pour la première fois, j'étais à peu près stable. Je crois que l'on peut dire que je rayonnais. Et le temps s'en ressentait. Cette année-là, une terrible canicule frappa la région dans laquelle nous vivions, asséchant les cours d'eau, privant les cultures d'une pluie vitale. Il me semble que c'est la première fois où maman a été véritablement en colère contre moi. Elle ne savait plus quoi faire, alors elle a hurlé, à en être méchante. Elle a hurlé jusqu'à ce que je m'effondre, et que dehors, la pluie et la fraicheur reviennent. Et ça a fonctionné. Je sais qu'elle s'en est terriblement voulue, mais moi je ne lui en voulais pas. Elle a toujours fait de son mieux, et nos malédictions lui échappaient. C'est à ce moment-là que j'ai vraiment compris l'ampleur de mon problème.

Maman m'a beaucoup aidée avec ça, m'offrant des moments de méditation et de yoga qui étaient censées me vider l'esprit, me lançant des défis toujours plus difficiles qui prenaient toute ma concentration. C'est ainsi que j'appris à aimer les sciences, les calculs et l'apprentissage de nouvelles connaissances. Maman est devenue très dure avec moi, parce qu'il était primordiale que j'apprenne à contrôler mes émotions, et à les garder pour moi. Pour le bien des autres, mais surtout pour mon propre bien. C'était la seule chose qui l'importait vraiment : le bonheur et le bien-être de ses enfants. A chaque fois que je me laissais aller à ce que je pouvais ressentir, elle était là pour me rappeler à l'ordre. Au fil du temps, j'arrivais de mieux en mieux à contrôler mes émotions, tant et si bien que je devins une enfant insensible et maussade. Maman était fière de moi, mais je sais que ça la détruisait. Il m'est arrivé de la détester, mais désormais, je sais qu'elle a tout sacrifié pour nous.

Jack et moi n'avions qu'onze ans lorsqu'elle a succombé au cancer qui la rongeait depuis plus de dix ans. Elle a tenu tout ce temps pour nous, mais c'est également à cause de nous qu'elle a fini par mourir. Maman était forte, et j'espère lui faire honneur aujourd'hui, et pouvoir être aussi forte qu'elle l'a été. L'enterrement a été l'épreuve la plus difficile de ma vie. Sans elle, je me sentais incapable de gérer ce que je ressentais, je me sentais incapable d'avancer et de continuer à essayer de vivre comme elle m'avait appris à le faire à ses côtés. C'est d'abord la tristesse qui a pris le dessus. Une pluie fine a commencé à tomber, comme si le monde entier était en deuil. Charlie, totalement abattue, s'est mise à rayonner.

Notre père, ce lâche, était présent ce jour-là. Pour la première fois depuis toujours, il a trouvé le courage de venir nous dire en face que nous étions des monstres, et il a eu le cran de dire à ma petite soeur qu'elle avait tué notre mère. La colère a remplacé la tristesse, le vent s'est levé, l'orage a commencé à gronder. C'est ce jour-là que Jack a lui aussi compris qu'il était un mutant. Il fit trembler la terre, tandis que les éclairs tombaient par dizaine, et que le temps s'assombrissait de plus en plus. Les personnes présentes commencèrent à hurler, et à fuir, mon père y compris. Effrayée, Charlie s'enfuit elle aussi. C'est à ce moment-là qu'un éclair frappa notre père de plein fouet, le tuant sur le coup. J'ai tué papa. La peur s'ajouta au reste, créant une véritable scène d'apocalypse. Nous étions tous les trois incontrôlables, effrayés et ballottés par nos émotions. C'est alors que Charles Xavier est arrivé, et nous a pris sous son aile.

Il a eu un rôle très important pour moi. Il m'a permis d'achever ce que ma mère avait commencé, m'aidant à contrôler mes émotions jusqu'à me donner l'impression que j'étais incapable d'en ressentir. Je m'engageais pleinement dans mes études, et dans la protection de ma famille. Il n'y avait plus que nous trois qui comptaient. Le reste, je m'en fichais profondément. A vingt-six ans, je devins docteur en physique, spécialisée dans les phénomènes climatiques et je m'intéressais de près à la radioactivité. Ma vie se partagea très vite entre mes élèves, mes recherches et ma famille. Il n'y avait rien d'autre, à part le dessin lorsque je perdais le contrôle, et Jay, un Border Collie un peu trop collant, qui avait la fâcheuse tendance à baver partout - surtout là où il ne devrait pas.

A vingt-huit ans, après plusieurs malaises inexplicables, mon médecin me diagnostiqua un cancer. Conséquence directe d'une exposition prolongée et forte aux radiations. Je décidai de garder ce secret pour moi, et de me battre autant que je le pourrais. Pas pour moi. Pour Charlie et pour Jack, parce qu'ils avaient besoin de moi et que Charlie ne se remettrait pas de tuer une deuxième personne qu'elle aimait. Pour maman, aussi, qui s'était battue pendant dix ans contre cette putain de maladie, et à qui je devais de me battre. Uniquement pour eux. Pas pour moi. Moi, je m'en fous de crever. On crève tous un jour, de toutes façons.

 

 


Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Ley le Jeu 31 Aoû 2017 - 21:58, édité 17 fois
Super Nanite
avatar
Féminin
Age : 25
Nombre de messages : 1230
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédit avatar : SilverDeni sur deviantart

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeKala ▬ 32 ansJyn'Aya ▬ 36 ansCharlie ▬ 28 ansFelix ▬ 34 ans
Nano. MondeAlpha PerduAlpha PerduX-MensZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Sam 15 Juil 2017 - 2:21
Aki' the Space Corgi a dit :
Bienvenue ma Ley ♥️

Je suis trop heureuse de t'avoir donné envie de venir ici *est fourbe et assume, wesh* What a Face
En vrai, je ne suis que joie de te voir ici, avec ce perso génial! Ça va rocker du poney, ma belle, tu vas voir *856

*lance de l'amour et des cookies sur sa Ley d'amour*


Voir le profil de l'utilisateur





La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Sam 15 Juil 2017 - 13:56
Siparti a dit :
Bienvenue ici ! *456

Alors comme ça c'est la maman de l'équipage ? What a Face J'pense bien qu'ils en avaient besoin.

J'suis trop contente de voir que t'as fait une nemienne (même si elle est mixte, ça compte Cool), mais il va falloir que tu parles un peu de sa biologie avant que je puisse valider. Elle est Nemien-Telun, certes, sa partie Nemienne ne la permet pas de se balader sur d'autres planètes sans combinaison ou équipement. C'est pas viable. Les Nemiens ont une biologie qui demande qu'ils soient hydratés en presque permanence, comme les poissons. Donc même si elle n'est que demi-nemienne, ça doit quand même avoir une influence sur sa biologie. Avec les cas mixtes, faut être spécifique sur ce qu'elle peut et ne peut pas faire. On n'acceptera jamais une combinaison qui laisse le meilleur des deux mondes par exemple. (Tous les trucs pratiques des Nemiens + tous les trucs pratiques des Teluns = un monde un peu trop parfait dans la vie réelle.) Donc peut-être ajouter un paragraphe dans la partie des signes particuliers qui explique comment elle fonctionne ? Ce qu'elle a hérité des traits raciaux de ses parents, ce qu'elle n'a pas, les problèmes, et cetera.

Et une seconde question qui est peut-être simplement dû au fait que j'ai lu trop rapidement ou que j'ai loupé des détails : tu dis qu'après le carnage dans son passé, elle a reçu la soif de vengeance et qu'elle a commencé à tuer des gens. Avec quoi ? Comment ? Elle n'avait pas d'entraînement, pas d'armes, rien qui indique qu'elle soit capable de faire ça professionnellement, si ? Sauf son envie de tuer à cause du traumatisme. (La pauvre d'ailleurs ! D:)

Bref quelques petits questions à répondre avant la validation o/


Voir le profil de l'utilisateur





Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Sam 15 Juil 2017 - 14:40
Ley a dit :
Merci pour l'accueil !

Alors du coup j'ai rajouté un paragraphe dans les signes particuliers qui explique un peu qui est mon perso et ce qu'elle peut faire en regard de sa mixité.

Ensuite, pour ce qui est de la façon dont elle tuait, son père était un soldat. Très jeune il lui a mis des armes entre les mains et c'est avec ça qu'elle a mis sa vengeance en place par la suite. J'avais mis une petite phrase au début de l'histoire, mais du coup j'ai un peu plus développé !

Voila, j'espère que ça ira comme ça :D


Voir le profil de l'utilisateur


La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Sam 15 Juil 2017 - 17:32
Siparti a dit :
C'est parfait ! J'adore l'ajout du bassin pour dormir. C'est tellement Nemien Cool

Validé ! ballerina


Voir le profil de l'utilisateur





Petite Langoustine au Caramel
avatar
Féminin
Age : 39
Nombre de messages : 18829
Date d'inscription : 07/07/2010
Crédit avatar : Studio Ghibli

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeSiv (25)Patya (17)Jez / Pencil (14)July (32)Unknown (??)
Nano. MondeAPChimèresX-MenX-MenZomzom
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Lun 17 Juil 2017 - 18:36
Alyaa a dit :
Mais bienvenue ! 8D

Avec une Nemienne en plus, wouhou \o/ Quoi "à moitié Telun" ? On s'en fout, c'trop cool, c't'une Nemienne 50%, j'adore 8D

confetti


Voir le profil de l'utilisateur


Sauve le poussin : vote !



La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Lun 24 Juil 2017 - 0:00
Siparti a dit :
La plupart des commentaires vont être semblables à ceux de la fiche de Tata o/ Notamment le fait qu'il y a trop de raisons pour ne pas valider Victoria en tant que Guide (ou même ex-Guide).

Le lien entre Victoria et Gabriel est impossible pour les Guides. Déjà à la phase de recrutement c'est pas possible, mais encore plus s'il y a un lien amoureux. Et ils sont pas cons, hein, les instructeurs. Ils font bien gaffe pour les liens d'amitié (ou plus), parce que c'est un grand risque. Ils vont pas se contenter de les séparer. C'est formation raté et fini pour eux. Pas d'exceptions. Même s'ils sont un duo euh... d'enfer (haha 8D).

Citation :
Cependant, Gabriel m'empêcha de le faire. Il arriva à temps pour éteindre les flammes et sauver ma vie. Il me fit comprendre que ma malédiction n'en était peut-être pas une. Peut-être était-ce un moyen de parvenir à mieux mener à bien ma mission. Peut-être devais-je attendre d'en savoir plus sur le phénomène dont j'étais victime.
Elle avait absolument la bonne réaction de vouloir se tuer (purifier par les flammes, comme tu dis). Le fait que Gabriel lui en empêche devrait dire que, pour elle, bon Guide qui a fini sa formation correctement, Gabriel est corrompu par le diable. Le fait que ce soit elle qui est zootrope ne doit rien changer à ses croyances. Elle se tue ou elle demande à un Guide de la tuer, mais d'une façon ou une autre, elle sait ce qu'il lui reste à faire. Si Gabriel lui empêche de le faire, c'est qu'il est en faute, c'est qu'il n'est pas en train de faire ce qu'il devrait faire, et c'est à elle de le zigouiller. Le fait qu'elle ne le fasse pas veut dire qu'elle n'a pas réussi sa formation. Elle devrait en être consciente.

Citation :
Je décidai d'aller voir un prêtre pour lui poser des questions sur les démons [...]
Même chose. Sa formation est finie. Elle n'a plus de questions. Elle sait tout ce qu'il y a à savoir et si elle a encore des questions c'est que la formation est raté. C'est pas possible ! (Enfin, pas sans que ton personnage termine enterré, quoi).

Du coup même solution, un groupe de croyants combattants qui ne font pas partie du Saint Ordre serait possible, mais pas ce duo-ci en tant que Guides.


Voir le profil de l'utilisateur





Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Mar 25 Juil 2017 - 3:06
Ley a dit :
Bon, on était quasiment sûrs que nos fiches allaient pas passer telles qu'elles étaient xD Du coup j'ai retravaillé tout ça, j'espère que ça ira maintenant \o/


Voir le profil de l'utilisateur


Petite Langoustine au Caramel
avatar
Féminin
Age : 39
Nombre de messages : 18829
Date d'inscription : 07/07/2010
Crédit avatar : Studio Ghibli

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeSiv (25)Patya (17)Jez / Pencil (14)July (32)Unknown (??)
Nano. MondeAPChimèresX-MenX-MenZomzom
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Mar 25 Juil 2017 - 22:30
Alyaa a dit :
Bon alors déjà, si vous pensez que ça passera pas, proposez pas. Nous on prend le temps de lire les fiches et c'est pas très cool pour nous :/ J'espère que vous comprenez, merci d'avance.

Alors déjà, s'ils sont aussi croyant, ils ne devraient pas utiliser le mot "zootrope". C'est un terme scientifique et vu à quel point la religion est importante pour eux, c'est juste bizarre.
Citation :
toujours avec efficacité et discrétion.
Les Miliciens ne sont pas discrets. Ils évoluent en groupe, ce sont des militaires et rien que l'uniforme inspire le respect et (souvent) la peur. Ils peuvent débarquer par surprise, certes, s'ils ont eut de bonnes informations, mais évoluer discrètement, c'est un truc de Guide.
Citation :
j'ai subi ma première transformation. Je n'étais plus humaine ; j'étais devenue un oiseau entièrement noir,
La première transformation n'est jamais complète. Et vu qu'elle déteste cette partie d'elle, je la vois mal s'entrainer pour la maîtriser. Donc ses transformations sont presque toujours incomplètes et surgies de nulle part. Autant dire qu'elle a pas vraiment besoin de se transformer malencontreusement devant un prêtre pour avoir à fuir. Statistiquement, ça aurait déjà dû arriver en déplacement avec son bataillon, dans les chambrées ou carrément dans les locaux de la Milice (mais là c'est la mort assurée).

La fascination du feu et la volonté de purification par les flammes est très bien vu, en revanche **

Donc comme je dis à Tata Ours (j'ai lu les fiches en parallèle donc je réponds en parallèle ^^), vos perso n'ont pas besoin d'être dans un groupe. N'essayez pas de les mettre dans l'un ou l'autre pour justifier une fuite, ce n'est pas la peine. Les zootropes sont de toute façon pourchassés et en plus, ton personnage ne maîtrise pas sa transformation, fait qui justifie à lui tout seul la fuite XD
Donc abrogez-vous des groupes et faites votre histoire sans les obstacles inutiles que vous semblez vous forcer à mettre là où y en a pas besoin, en fait XD


Voir le profil de l'utilisateur


Sauve le poussin : vote !



Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Mar 25 Juil 2017 - 23:17
Ley a dit :
Désolée, on pensait simplement qu'on pouvait essayer de présenter un concept qui nous plaisait vraiment et qu'on pensait original. On avait pas réalisé que ce serait un problème à ce point pour vous :)

Bon, du coup j'ai modifié ce qu'il y avait à modifier :) J'espère que ça ira cette fois !

Merci /o/



Voir le profil de l'utilisateur


Petite Langoustine au Caramel
avatar
Féminin
Age : 39
Nombre de messages : 18829
Date d'inscription : 07/07/2010
Crédit avatar : Studio Ghibli

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeSiv (25)Patya (17)Jez / Pencil (14)July (32)Unknown (??)
Nano. MondeAPChimèresX-MenX-MenZomzom
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Mar 25 Juil 2017 - 23:31
Alyaa a dit :
Je me doute bien que ça ne partait pas d'une mauvaise intention. Si vous en avez conscience maintenant, c'est cool pour nous ^w^

Il y a encore un petit "zootropes" dans la partie "T'aimes les animaux" What a Face
Citation :
De larges ailes noires étaient apparues dans mon dos.
À la place de ses bras, en fait xD Les membres remplacent des membres ; il n'en apparaît de nouveaux que s'il n'y a pas d'équivalent dans le corps humain =) (genre les insectes qui ont trois paires de pattes :p)

A part ça, c'est tout bon pour moi. Une fois que ces petits détails sont modifiés, tu pourras RP What a Face


Voir le profil de l'utilisateur


Sauve le poussin : vote !



Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Mar 25 Juil 2017 - 23:43
Ley a dit :
Ah zut xD Bon, cette fois c'est tout bon.

Merci encore :D


Voir le profil de l'utilisateur


Petite Langoustine au Caramel
avatar
Féminin
Age : 39
Nombre de messages : 18829
Date d'inscription : 07/07/2010
Crédit avatar : Studio Ghibli

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeSiv (25)Patya (17)Jez / Pencil (14)July (32)Unknown (??)
Nano. MondeAPChimèresX-MenX-MenZomzom
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Mar 25 Juil 2017 - 23:45
Alyaa a dit :
C'est tout bon, je peux te valider 8D
Amuse-toi bien dans Chimères !
*555


Voir le profil de l'utilisateur


Sauve le poussin : vote !



La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Ven 1 Sep 2017 - 16:31
Siparti a dit :
Woah, elle est pas très aimable dans ses réponses, hein celle-la XD J'posais seulement les questions pour m'informer, moi. Faut pas mordre *ù63

Citation :
le climat change en fonction des émotions ressenties par Sasha.
Donc ça veut dire qu'elle peut pas contrôler la météo en soit, vu que ça change selon ses humeurs (et qu'on peut pas les contrôler) ? Et c'est quoi la grandeur du champ touché par les changements de météo (environ) ? J'imagine que c'est pas pour l'entièreté de New York.

Citation :
Elle a tenu tout ce temps pour nous, mais c'est également à cause de nous qu'elle a fini par mourir.
Même pas vrai. C'est la faute à Charlie seulement /OUT.

Citation :
A vingt-huit ans, après plusieurs malaises inexplicables, mon médecin me diagnostiqua un cancer.
*gasp* NOOOOOOON. J'veux pas lire le drame qui va suivre si Charlie s'en rend compte un jour. Quoique si en fait, je suis curieuse.

Bon c'est pratiquement bon ! J'veux juste avoir les p'tites infos de plus pour son pouvoir et après je te valide o/


Voir le profil de l'utilisateur





Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Ven 1 Sep 2017 - 16:40
Ley a dit :
C'est pas moi, c'est Sasha ! éwè Promis j'y suis pour rien !

T'as tout compris ! Ce sont vraiment ses émotions qui contrôlent la météo, et la seule chose qu'elle peut faire, c'est essayer de limiter les dégâts en devenant aussi émotive qu'un rocher. :3 Et du coup pour la grandeur du champ, ça dépend de la force des émotions en fait. Plus ce qu'elle ressent est fort, plus ça touche un périmètre important. Je pense que ça va de moins d'une centaine de mètres à plus d'un kilomètre lors des crises vraiment violentes ! Ca irait comme ça ? :D





Voir le profil de l'utilisateur


La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Ven 1 Sep 2017 - 16:44
Siparti a dit :
La pauvre ! C'est pas très pratique comme pouvoir si elle peut pas contrôler ce qui se passe XD Mais qui a dit que les pouvoirs devaient être pratiques, hein ? What a Face

C'est goood ! T'es validé !
Et un Williams de moins, un !


Voir le profil de l'utilisateur





Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Ven 1 Sep 2017 - 16:47
Ley a dit :

○ Prénom et Nom : Aleks M. Hekser
○ Age : 35 ans
○ Nationnalité : Norvégienne
○ Métier avant l'apocalypse : Psychiatre
○ Lieu de vie : Sans domicile fixe pour l'instant, mais on pense à se poser un peu à Vannstad, alors on se cherche un endroit où vivre !
○ Occupation actuelle : Pour l'instant, touriste. Prochainement soldat, chasseuse, éclaireuse, ou peut-être psychiatre.
 


 

 

  - Grand ou petit ? Ou entre les deux ?  Un mètre soixante-huit et demi ! Le demi est important, j'vous assure ! Kaja, elle râle si on oublie le demi dans son un mètre deux et demi ! Bref, c'est tout juste la bonne taille pour pouvoir porter Kaja et la faire grimper dans des endroits difficiles d'accès. Nous on se plaint pas, on est bien comme on est !
 
  - T’as des signes particuliers ?  J'ai pas mal de cicatrices, dans le dos, sur le ventre et les jambes notamment. J'les aime bien, elles sont jolies. Ca me donne un style de combattante, j'suis certaine que si les zombies les voyaient, ça les ferait fuir. Quoi que, pas sûr. C'est sacrément stupide ces machins-là, j'sais pas s'ils comprennent quoi que ce soit à la vie !
 
  - Décris-nous un peu ton style vestimentaire :  Mon style vestimentaire ? Pratique et confortable ! Des pulls quand il fait froid, des t-shirts quand il fait chaud, un pantalon de sport toute l'année, et des chaussures à la fois solides et souples qui me permettent de courir, grimper, sauter, et mettre des coups - souvent dans la face des zombies ! Puis j'ai mes sacs, toujours plein à craquer, Isa et Bobby sur le dos, des armes attachées un peu partout. Bref, rien de bien transcendant, mais j'me sens en pyjama toute l'année. C'est comme à la maison !
 
  - Y a-t-il un objet que tu portes toujours sur toi ? Bon, déjà j'ai le pendentif de Sigrid, la seule femme que j'ai aimé dans ma vie. Oh, et puis... Ce ne sont pas des objets, mais je suppose que ça rentre dans la question aussi ! Je pourrais vous parler d'eux pendant des heuuuures entières. Ils sont fantastiques, vraiment, je suis sûre que vous allez les adorer vous aussi, après tout, tout le monde les aime, puisqu'ils sont géniaux, un peu comme moi et aussi comme Kaja finalement, sinon ils seraient pas avec nous. Bon, j'avoue que parfois ils sont un peu rustres, mais personne ne peut leur en vouloir, ils sont simplement nés comme ça, et si quelqu'un n'est pas content, eh bien tant pis, ça fait rien, ils ne se rendent pas compte de ce qu'ils ratent et d'à quel point ils ont tort de les rejeter. C'est vraiment une honte ! Les pauvres bébés, c'est pas leur faute, hein, c'est pas votre faute à vous... Alors je vous présente Isa. Elle m'accompagne depuis si longtemps que je serai bien incapable de vous dire quand est-ce que je l'ai rencontrée. Puis ensemble, on a rencontré Charles-Edouard de Montpardieu, ici présent - mais Monsieur préfère qu'on l'appelle Bob. Pas vrai, Bobby ? Oooh, toi alors, tu me fais tellement rire. Petit charmeur, va. Hein ? Quoi, comment ça, vous vous demandez qui sont Isa et Bob ? Ils sont pas assez voyants comme ça ? Regardez-les, ils font fondre mon petit coeur à chaque fois. Isa, c'est l'amour de ma vie, ma pelle, et Bob, c'est la petite merveille qui me sert à exploser les zombies, mon fusil d'assaut. Ils sont trognons, vous trouvez pas ?
 
   
 

- Tu parles norvégien, c'bon ? Et anglais ? Oui, parfaitement ! Je suis norvégienne, alors la langue du pays, je maîtrise. L'anglais aussi, je me débrouille bien. Je parle souvent anglais à Kaja, pour qu'elle se familiarise avec la langue de Shakespeare. Il parait qu'il y a pas mal d'étrangers dans le sud, alors si jamais elle doit se débrouiller toute seule, faut bien qu'elle soit capable de s'exprimer !

- Si tu te faisais mordre, tu le dirais aux autres ? Si on se fait mordre, c'est game over ! Fin du game, le jeu est terminé, on remballe tout ! Mais si y a bien un truc qu'il est interdit de faire, c'est ça. Pas vrai Kaja ? On laisse pas les zombies nous approcher, nous toucher ou nous mordre. Jamais ! Mais bon, si jamais y en avait un qui échappait à Bobby ou Isa, il est probable que je chercherai quelqu'un pour s'occuper d'eux et surtout de Kaja, puis après je me suiciderai. Game over, je vous dis !

- Tu as 9 zombies face à toi et tu es tout seul. A droite, un ravin, à gauche, une vieille grange en ruine. Tu as une batte de baseball. Tu fais quoi ? Neuf ? Rien que pour moi ? Rooh, le bonheur ! Voyons, qu'est-ce que je fais... J'les défonce ! Tous ! Bon, et si Kaja est dans le coin et qu'elle a son flingue, je lui en laisse deux ou trois peut-être. Ca dépend si elle a été sage ou pas.

- Tu dois choisir : tu sauves la mamie, l'enfant ou l'humain super sexy qui te fait de l'œil ? J'sauve l'enfant, sans hésiter ! Ca fera un ami à Kaja, pour qu'elle puisse tirer avec quelqu'un d'autre que moi. Quelqu'un de son âge !

- Une journée normale, pour toi, ça ressemble à quoi ? Ca dépend des jours, mais y a toujours au moins un moment où Kaja et moi, on bute des zombies. C'est notre passe-temps favoris. On alterne un peu les jeux, parfois on joue à cache-cache ou trappe-trappe avec eux. Parfois, on démolit des trucs aussi. On aime bien démolir des trucs. On dessine sur les murs, on va dans des endroits où on devrait pas aller... Bref, on fait tout un tas de trucs interdits ! C'est excitaaaaaant !

- C'est la fin du monde ou tu crois qu'un jour, tout redeviendra comme avant les zombies ? J'espère bien que non ! La fin des zombies... Ce serait l'horreur. On ferait comment pour s'amuser nous ? On tuerait qui ? Comment est-ce qu'Isa et Bobby feraient ? Et puis, croyez-moi, le monde d'avant était au moins mille fois pire que celui d'aujourd'hui !
 


 

 Que je vous raconte ma vie ? Installez-vous confortablement, voilà, comme ça, prenez une boisson chaude parce qu'il fait froid en ce moment et... C'est parti.

Je suis née en 2037 à Hamningberg, dans le nord de la Norvège.

Mon père était... Mmh, attendez. Kaja, mon ange ? Bouche-toi les oreilles, maman va dire de vilains mots. Je disais donc, mon père était un sombre connard. C'était un aristocrate, vous savez, ceux qui peuvent tout se permettre sans jamais en payer les conséquences. On vivait dans un petit village. Tout le monde le connaissait, tout le monde l'appréciait, même si je crois qu'ils savaient ce qu'il nous faisait à maman et moi. Mais il était drôle. Je l'aimais bien, on s'amusait beaucoup, lui et moi. Il avait une collection d'armes impressionnante, et il passait des heures à m'en parler, à me les montrer, et à m'expliquer comment on s'en servait. "Un jour, elles seront toutes à toi", qu'il disait. J'avais quatre ans la première fois qu'il m'a amené à la chasse. Il a attrapé un élan qui faisait au moins quatre fois ma taille ! Un monstre, j'vous dis. C'est moi qui l'ai tué le truc. Papa m'a montré comment faire, et moi, je lui ai planté le couteau dans la gorge, pendant que papa regardait. "Regarde le mourir, Aleks. Regarde le se vider de son sang." Alors, j'ai regardé. Quand maman l'a su, elle s'est énervée très fort contre papa. Lui aussi s'est énervé, parce que maman avait pas le droit de lui parler comme ça. Il a enlevé sa ceinture, et ils sont allés dans leur chambre. Moi, je me suis juste bouchée les oreilles, et j'ai attendu que ça passe. Comme d'habitude.

Il avait quinze ans de plus que maman. Maman, c'était quelqu'un de bien, mais je la trouvais faible parfois. Elle s'est mariée à dix-huit ans, et elle a mis douze ans pour avoir un enfant. Papa lui en voulait beaucoup pour ça, je crois. C'était elle qui faisait tout à la maison : la cuisine, le ménage, les courses, elle s'occupait de moi, elle rangeait les chaussettes de papa, elle me protégeait de lui et elle subissait sa colère. On aurait largement pu se payer une femme de ménage, mais papa n'aimait pas dépenser son argent. Maman pouvait bien le faire, ça suffisait. Et puis, si elle le faisait mal, il la tapait. J'avais six ans, la première fois qu'il s'en est pris à moi aussi. Je ne me souviens plus vraiment pourquoi, mais ça n'a pas d'importance, pas vrai ? Après cette première fois, c'est devenu un rituel récurent. Lorsqu'il débouclait sa ceinture, je savais ce que ça voulait dire. Il disait que c'était pour mon bien, parce qu'il nous aimait, ma mère et moi. Il forçait maman à faire des choses qu'elle ne voulait pas faire. Et un jour, maman en a eu marre. J'avais neuf ans quand elle s'est pendue. C'était le matin de Noël. Papa qui était très croyant a immédiatement dit que maman était en Enfer, désormais.

L'absence de maman l'a rendu encore plus violent avec moi. Il m'a fait subir des choses que je ne pourrais même pas décrire. Les mêmes qu'à maman. Et puis un jour, moi aussi j'en ai eu marre, comme maman. Mais j'étais pas comme elle. Je venais d'avoir onze ans. C'était un dimanche matin, et lui et moi, on allait à la chasse, le dimanche matin. Ca faisait un moment qu'il me laissait prendre un fusil pour tirer avec lui. Je me suis concentrée, j'ai visé. Mais ça n'est pas sur l'élan que je visais. C'était mon père. Il a juste eu le temps de se rendre compte de ce qui lui arrivait, de bégayer un mot dont je ne me souviens même plus, et puis, j'ai tiré. BOUM, entre les yeux, comme il m'avait appris ! S'il avait vu ça, il aurait été fier, j'en suis sûre. Accident de chasse, affaire classée. C'était pas ma faute, c'était le fusil qui avait dérapé. Après ça, j'ai été envoyée dans un pensionnat catholique. Un des prêtres était mon oncle. Je ne le connaissais pas, parce que de son vivant, mon père était fâché avec lui.

C'est là que j'ai fait la connaissance de Sigrid. C'était une jeune fille douce, gentille et incroyablement jolie, qui avait le même âge que moi. Comme mon père m'interdisait de sortir, c'était la première vraie amie que je me faisais. On passait tout notre temps ensemble, et au début, j'ai été sincèrement heureuse là-bas. Mais ça n'a pas duré. Mon oncle ne valait pas mieux que mon père, et alors que je croyais que tout était fini, je me suis retrouvée coincée dans le même engrenage malsain et violent. Je pense sincèrement que beaucoup d'enfants y passaient, Sigrid y compris, mais personne n'en parlait. On avait sûrement tous honte, et on pensait que c'était normal. Sigrid et moi, on rêvait souvent d'une vie meilleure. On voulait s'enfuir sur les routes, faire un tour du monde, et vivre heureuses. On avait le projet de quitter le pensionnat ensemble. Mais finalement, ça ne s'est jamais fait. Je n'ai pu partir que lorsque j'ai atteint ma majorité, et mon oncle a pu continué ce qu'il faisait sans être inquiété de quelque façon que ce soit. Sigrid et moi, on s'est perdues de vue à ce moment.

Désireuse de m'en sortir, j'ai commencé des études de psychiatrie. J'avais encore l'argent de mon père pour vivre, et notre manoir. C'était étrange de revenir dans cet endroit après tout ce temps. C'était encore plus étrange de se dire que papa et maman étaient tous les deux morts ici. Mais ça ne me dérangeait pas vraiment. Malgré tout, j'aimais cette maison, son odeur, son histoire, et tous les trésors qu'elle contenait. Les armes de papa étaient à moi. La chasse est rapidement devenu un passe-temps régulier, qui m'occupait lorsque je n'étais pas en train d'étudier. Papa aurait été fier de moi. J'étais devenue une tireuse au moins aussi bonne que lui. J'adorais ça.

A vingt-six ans, je terminais mes études et devenais psychiatre, au centre hospitalier de ma ville. C'est là-bas que j'ai revu Sigrid. Elle avait eu moins de chance que moi. Pour survivre après le pensionnat, elle avait été obligée de se prostituer. Elle était à l'hôpital à cause d'une sévère dépression, qui n'allait plus jamais la quitter. Quand j'ai appris qu'elle faisait toujours ça pour gagner de l'argent, je lui ai proposé de venir vivre chez moi. La maison était bien assez grande pour nous deux.  Elle a finalement accepté. Pendant deux ans, on a cohabité, et elle s'est soignée. Elle a pu commencer à se chercher un autre travail, et je lui fournissais l'aide et les médicaments dont elle avait besoin. Progressivement, notre relation a changé. On a toujours été proches, elle et moi, mais on l'est devenu encore plus. On est tombées amoureuses l'une de l'autre, et ça a été la période la plus merveilleuse de ma vie. Je lui ai appris à se servir d'armes, comme papa me l'avait appris.

Mais le bonheur, à l'époque, ça ne durait jamais bien longtemps. A trente ans, Sigrid s'est faite agressée dans la rue par une bande de types qui n'ont jamais été arrêtés par la police, même si Sigrid dit qu'elle en a reconnu un, qui était un de ses anciens clients. Après cette terrible épreuve qui l'a faite retomber dans la dépression, Sigrid a fait un déni de grossesse. Elle en était à six mois lorsqu'on a appris qu'elle était enceinte. Je lui ai dit qu'on allait s'occuper de ça ensemble, qu'on allait surmonté cette nouvelle épreuve, que ce bébé allait être le nôtre. Mais malgré ça, Sigrid l'a pas supporté. Je crois que c'est ce qui l'a achevée pour de bon. Un jour, alors que j'étais au travail, elle a pris une arme dans la salle de mon père, elle a retrouvé le client régulier qui avait participé à son agression, et puis elle l'a tué. Prison ferme pour elle. Elle m'a fait promettre d'élever l'enfant qu'elle portait comme si c'était le mien, loin de la prison et du monde dans lequel on avait vécu elle et moi. Je lui ai promis.

Elle a accouché en décembre. Une petite fille, qu'elle a voulu appeler Kaja, et qui, l'espace de quelques heures, lui a redonné le sourire. Elle est restée à l'hôpital avec Kaja et moi pendant une petite semaine, puis elle est retournée en prison. Le lendemain, Sigrid s'est suicidée. Mais elle est pas vraiment partie. Elle m'aurait pas fait ça, je la connais. C'est à ce moment-là que j'ai compris que la vie n'était qu'un vaste jeu sans importance. Alors je jouais. A partir de cet instant, tout a pris davantage de couleurs. Tout est devenu incroyablement beau et amusant. Kaja et moi, on a commencé à vivre pour de vrai. Quelle importance peut bien avoir une vie quand elle est retirée si facilement ? Hein ? Ma fille avait trois ans quand y a eu le début de l'invasion de zombies. C'est aussi à cet âge là que j'ai mis un flingue entre ses mains pour la première fois. Fallait bien qu'elle sache se défendre la petite. Bon, j'avoue qu'au début, j'ai pas mis de balles dans son flingue. J'ai attendu qu'elle ait trois ans et demi pour ça. Les zombies pour nous, c'était là une occasion extraordinaire pour s'amuser et faire tout ce qu'on avait toujours voulu faire.

Au début, on voulait rester dans notre ville et tuer des zombies - on adore ça, tuer des zombies - mais à force d'en buter, y en avait de moins en moins dans notre zone. Et puis, c'était toujours la même chose. Alors j'ai pris autant de vivre, d'armes et d'affaires que je pouvais, puis Kaja, Isa, Bobby et moi, on est partis sur les routes pour rejoindre le sud de la Norvège.  On avait entendu parlé d'une base de résistants là-bas, et comme on avait pas trop d'endroits où aller... On s'est dit que ça allait nous faire voir du paysage, et qu'il y aurait plein de zombies à buter sur la route ! Pas vrai Kaja ? Kaja ? Eh, c'est bon maintenant, tu peux arrêter de te boucher les oreilles. Elle a que cinq ans, Kaja, mais elle tire déjà super bien. Plus tard, elle sera une grande tueuse de zombies, comme sa maman. Hein, chérie ? On a plusieurs jeux avec les zombies, mais le plus important, c'est de jamais les laisser nous attraper, nous toucher, ou nous mordre. Pas vrai Kaja ? C'est bien mon ange.

Bref, on a traversé la Norvège en un peu plus de huit mois en passant par la Finlande puis la Suède. On a fait pas mal de détours et d'escales, on a buté beaucoup de zombies, et on s'est beaucoup amusées. Kaja aime bien quand c'est Isa qui déglingue les zombies. J'allais tout de même pas priver une petite fille aussi adorable de son amusement favori. On est arrivées à Vannstad il y a un peu plus d'un an. On visite tranquillement, on s'aventure un peu plus loin, puis on revient. C'est vachement sympa, comme endroit ! Très différent de là où on vient. On a pas encore décidé si on voulait rejoindre le camp ou pas. La dernière fois, Kaja a failli se faire attraper par un zombie. Parfois je me dis que ce serait peut-être plus sûr pour elle si on y allait. Mais ils ont pas l'air marrant-marrant là-bas... Mais nous, on est vraiment heureuses.
 

 


Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Ley le Dim 10 Sep 2017 - 16:57, édité 1 fois


La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Dim 10 Sep 2017 - 14:52
Siparti a dit :
Citation :
C'est la fin du monde ou tu crois qu'un jour, tout redeviendra comme avant les zombies ? J'espère bien que non ! La fin des zombies... Ce serait l'horreur. On ferait comment pour s'amuser nous ? On tuerait qui ? Comment est-ce qu'Isa et Bobby feraient ? Et puis, croyez-moi, le monde d'avant était au moins mille fois pire que celui d'aujourd'hui !

Omg. T'es sûre qu'elle est psychiatre, celle-là ? XD On dirait qu'elle en a besoin plutôt !

D'ailleurs, je sais pas exactement comment fonctionne la criminalité des mineurs et les casiers judiciaires en Norvège, mais le meurtre c'est un très grand crime quand même. Même si elle était mineur quand elle a tué son père, ils font des background checks pour les jobs comme psychologue et psychiatre vu qu'ils sont en contact avec des groupes vulnérables, nan ? Je sais qu'aux États-Unis tu peux même pas commencer ce genre d'études à moins que t'as passé le CRB check qui scanne justement pour ce genre d’événements. (Après aux Pays-Bas si tu commets un crime avant tes 12 ans c'est pas dans ton casier judiciaire donc ça serait possible, mais dans le cas de graves crimes (comme le meurtre) tu es quand même placé sous surveillance avec les services sociales.)
Et détail, mais après ce qui s'est passé et qu'elle a été placé dans le pensionnat, si la maison et les objets dedans ne sont pas mis aux enchères pour X raison, les armes de son père devraient quand même être sous clé en tant qu'arme(s) du crime. Bref, ils vont pas lui laisser des armes après ce qui s'est passé quoi. Ca devrait être confisqué, logiquement.
Après rien ne lui empêche d'en procurer encore si elle a un permis....... mais vu ce qui s'est passé je doute qu'on lui en donnerait un XD Faudrait qu'elle accuse quelqu'un d'autre du meurtre ou que la police pense que c'est quelqu'un d'autre qui a commit le crime pour que ça passe, je pense.

Citation :
On est arrivées à Vannstad il y a quelques jours seulement.
Je préviens vu que beaucoup de gens semblent oublier mais ça veut dire que tu ne vas pas pouvoir faire des RP Flashback, hein. Ca limite peut-être ton jeu !

Pour le reste euh... elle me fait légèrement peur, la nana geek J'lui fais pas confiance.


Voir le profil de l'utilisateur





Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Dim 10 Sep 2017 - 17:00
Ley a dit :
Voilààààà. Donc j'ai un peu modifié la mort du papa pour que le reste soit plus plausible (c'est passé de meurtre-de-sang-froid à meurtre-de-sang-froid-déguisé-en-accident-de-chasse, et puis j'ai changé le "quelques jours" en "un peu plus d'un an". Comment ça j'avais pas pensé aux FBs ?

@Ley a écrit:
Et puis un jour, moi aussi j'en ai eu marre, comme maman. Mais j'étais pas comme elle. Je venais d'avoir onze ans. C'était un dimanche matin, et lui et moi, on allait à la chasse, le dimanche matin. Ca faisait un moment qu'il me laissait prendre un fusil pour tirer avec lui. Je me suis concentrée, j'ai visé. Mais ça n'est pas sur l'élan que je visais. C'était mon père. Il a juste eu le temps de se rendre compte de ce qui lui arrivait, de bégayer un mot dont je ne me souviens même plus, et puis, j'ai tiré. BOUM, entre les yeux, comme il m'avait appris ! S'il avait vu ça, il aurait été fier, j'en suis sûre. Accident de chasse, affaire classée. C'était pas ma faute, c'était le fusil qui avait dérapé.

 

/o/

Edit : Et oui, elle est bien psychiatre xD J'aime bien le paradoxe de la psychiatre psychotique, et elle a des excuses aussi 8D


Voir le profil de l'utilisateur


La soudoyée ¤ Assassin privée de Kami-sama
avatar
Féminin
Age : 24
Nombre de messages : 36691
Date d'inscription : 02/07/2010
Crédit avatar : crowvenchi

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeDalton (24)Navi (?)Pasha (23)Jem (21)Ryot (28)Emmett (41)
Nano. MondeX-MenADPChimèresZombielandAlpha PerduX-Men
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Dim 10 Sep 2017 - 21:22
Siparti a dit :
Hahaha XD Putain j'ai peur de la rencontrer franchement. C'est du genre que tu veux pas dans ton groupe. On dirait une bombe prêt à exploser. Totalement imprévisible. Ca fout la trouille dans l'apocalypse.

MAIS c'est validé What a Face


Voir le profil de l'utilisateur





Nanite Gourmande
avatar
Féminin
Age : 97
Nombre de messages : 620
Date d'inscription : 14/07/2017
Crédit avatar : Lena Richards

Vos Personnages
Personnages:
PersonnagesPerso 1Perso 2Perso 3Perso 4Perso 5Perso 6Perso 7Perso 8
Prénom & âgeRayän J. Kalnaäros - 50 ans Victoria B. Aslanov - 30 ansSasha Y. Williams - 29 ansAleks M. Hekser - 35 ans
Nano. MondeAPChimèresX-MenZombieland
Avatar
MessageSujet: Re: Ley - Cultivatrice de biscottes \o/   Dim 10 Sep 2017 - 22:32
Ley a dit :
Merci m'dame \o/ Si t'as peur de la rencontrer, faut absolument qu'on se fasse ça un de ces quatre 8D Ca peut être drôle, héhéhéhéhé.


Voir le profil de l'utilisateur


[Retour à l'index]  :: Naniteland :: Présentation de la Tribu
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum